Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le paradis à Madagascar
Articles récents

Déplacement sur la côte Est de Madagascar

20 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #MESAVENTURES

Cela fait maintenant plus de dix ans que j'ai décidé sur un coup de tête de m'installer sur la côte-Est de Madagascar entre l'océan Indien et le canal des Pangalanes. Et quand j'ai quelque chose dans la tête je ne l'ai pas ailleurs disait ma mère car elle regrettait souvent amèrement d'avoir eu un fils aussi têtu et déterminé que moi.... (mais j'ai mis de l'eau dans mon vin depuis ce temps là, comme le dit l'adage).
Le jour du départ est arrivé et mon bateau est sur la remorque accrochée au 4x4 et le quad est dans le bateau. Ce qui m’offre trois modes de locomotion dont un sur l’eau quand je serai arrivé près du canal des Pangalanes, souvenir de la colonisation. 
En effet, les français ont fait creuser ce canal reliant les lagunes situées le long d’une partie de la côte Est pour éviter de transiter par la terre ferme entre les différentes lagunes. Il n’est pas aisé du tout de traverser des terres envahies soit par une végétation luxuriante soit par des zones humides, voire des marais où il est possible de tomber nez à nez avec un crocodile de quatre mètres de long. Il est encore moins aisé de longer en pirogue la côte de l’océan indien qui peut se montrer très fougueux et il faut être un pêcheur chevronné pour l’affronter dans les frêles pirogues.

En se déplaçant sur la terre ferme on a le risque de rencontrer un gentil crocodile.

En naviguant le long de la côte on a affaire aux vagues du fougueux océan Indien.

Il restait donc la navigation sur le canal des Pangalanes avec ses eaux calmes. Canal creusé pendant la colonisation entre les différents lacs sur des centaines de km reliant les villages en bord de mer.

Lire la suite

Découverte d'une plante vraiment bizarre

19 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON

En défrichant mes plantes invasives j'ai découvert cachée derrière une masse imposante de Strelitzia (Oiseau de paradis) une troisième espèce de Sansevieria de la même famille que les langues de belle-mère mais ce qu'elle a de particulier c'est que cette plante n'a pas de feuilles ou plutôt ses feuilles sont parfaitement cylindriques et pointues.
Cette plante était encore rare il y a une vingtaine d'année. Puis elle a été multipliée à cause son originalité et sa résistance en intérieur car elle ne demande pas de soins particuliers ce qui est idéal pour les amateurs de plantes qui sont un peu… paresseux.
Il faut savoir qu'il existe plus d'une soixantaine d'espèces de cette famille et si j'en possède déjà trois, c'est un bon début pour en faire collection comme d'autres font la collection de boîtes de fromages.
Cette plante est très lente à se développer et il ne faut pas compter sur une poussée de plus d'une à quatre feuilles cylindriques par an.
Elle est comme d'autres espèces de sa famille très facile à maintenir en intérieur et décore autant un espace moderne qu'une serre ou même un intérieur baroque dans un cache-pot vintage en barbotine par exemple.
Oui je sais… j'ai un goût douteux en ce qui concerne la décoration intérieure.

Une espèce de Sansevieria, plante étonnante sans feuilles… ou plutôt sans tige car les tiges cylindriques et pointues sont des feuilles. (Sansevieria cylindrica)
 

Lire la suite

Analyse personnelle de la situation actuelle

17 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Pour ma part, ce que j'ai compris dans toute cette histoire de Covid 19 c'est qu'on est vraiment rentré de plein fouet dans le mur de l'irresponsabilité et plus rien ne sert de courir car il fallait partir à point et non pas surproduire et appauvrir la planète qui n'est plus capable de nourrir toute la population du globe.
On est arrivé à un point de saturation et celui qui a inventé ce virus a décidé que c'était terminé de se balader au bout du monde tous les ans pendant la période des vacances, de faire venir des bananes, des oranges du pétrole et autres produits du Brésil ou de Chine dans des bateaux poubelles qui polluent les océans.
Même ici à Madagascar où il n'y a pas beaucoup de bateaux qui accostent, d'avion qui atterrissent presque pas de grosses usines qui polluent etc. On déconseille désormais de ne plus consommer de poisson qui pèse plus de 5 kg car il sont bourrés de particules de plastique et autres rejets dans l'océan. Donc j'ai arrêté d'acheter aux pêcheurs des gros poissons. 
Avec ce ralentissement momentanée du fonctionnement habituel, les populations seront dans l'obligation de choisir un autre mode de vie. C'est comme au jeu de l'oie quand on atterrit sur la case "prison" il faut attendre qu'un autre joueur vienne nous délivrer et quand on tombe sur la case "tête de mort" il faut recommencer la partie. Donc certains sont tombés sur la case "tête de mort" et d'autres sur la case "prison" et il n'y a que des personnes comme moi qui ont compris que le monde allait à sa perte qui se sont retirés au fin fond de la terre, isolé du monde afin de ne pas trop subir les revers de cette pandémie.
Mais ce n'est que mon analyse toute personnelle qui n'engage que moi et qui ne veut pas dire que j'ai raison... mais c'est mon raisonnement.

Carte montrant le trafic des bateaux en temps réel ce matin 6 heures le 17 octobre2020. Sur le plan des gaz à effet de serre  les émissions de CO2 de l'industrie maritime représente environ un milliards de tonnes...

Sur cette carte du monde on voit le flux aérien en temps réel ce matin à six heure le 17 octobre 2020 en sachant que 1 kg de kérosène utilisé, ce sont 3 kg de CO2 qui sont envoyé dans l'atmosphère.

Mais ces deux exemples ne sont qu'une broutille comparé à la pollution du trafic sur terre ferme.

Lire la suite

Les langues de belles-mères me défient

16 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #FLEURS-PLANTES

Non rassurez-vous je suis monogame et par conséquent je n'ai qu'une belle-mère... par contre j'ai des tas de langues de belles-mères qui ne diront  jamais du mal de moi.
Voici donc son histoire: Un jour on m'a apporté une plante grasse en forme de langue qu'on nomme de façon vernaculaire langue de belle-mère. Je l'ai planté dehors dans un coin et elle s'est rapidement multiplié au point que j'en possède des centaines de pieds actuellement. Bien entendu il existe des tas d'espèces, de variétés ou de formes de cette plante mais pour ma part je n'en possède que deux espèces dont (Sanseveria zeylanica) et une autre espèce qui est bordée de jaune (Sansevieria trefasciata).
C'est une plante qui s'adapte très bien aux climats secs ou en intérieur et souvent il suffit de déraciner une de ces plantes et de la jeter dans un coin pour que ses racines s'enfoncent dans le sol d'elles-mêmes au bout d'un certain temps. Elle se plait particulièrement dans les sols sableux.
Elle demande juste un endroit lumineux et chaud pour s'y plaire mais elle pourra également être planté dans un endroit ombragé. Donc si vous avez des problèmes avec vos plantes d'intérieur, avec celle-ci vous n'aurez aucun soucis à vous faire car même si vous oubliez de l'arroser pendant plusieurs semaines, elle subsistera... sauf si vous l'abandonnez pendant quelques mois sans lui accorder le moindre verre d'eau. En effet, même les chameaux auront besoin de s'abreuver après la traversée du désert.
Cette plante est idéale pour ceux qui partent en vacances pendant un mois par exemple car ils seront certains que leur Langue de belle-mère n'aura pas laissé pendre ses feuilles coriaces et aura très bien supporté l'absence d'arrosage.
Si vous avez plusieurs feuilles dans le même pot et que la plante commence à être à l'étroit, vous pouvez l'arracher du pot, trancher la racine qui relie deux plants et les replanter à part. La cicatrisation se fera sans problème car c'est vraiment une plante très coriace. Vous en trouverez peut-être dans les bureaux de tabacs et si ce n'est pas le cas, essayez les fleuristes et autres jardineries.

Un petit coin de langues de belle-mère en fleurs qui se multiplient de façon exponentielle.

La seconde espèce est moins prolifique... peut-être qu'elle n'a pas trouvé l'endroit idéal pour se multiplier donc "wait and see" comme diraient nos amis anglais.
 

Lire la suite

On ne recule devant rien pour satisfaire le voyageur

15 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Ici à Mada les différences avec la France sont parfois impressionnantes, bouleversantes, émouvantes, et parfois ahurissantes. Bien sûr il faut toujours compter ici sur le traditionnel «mora mora» qui pourrait se traduire par «doucement, doucement» et il ne servirait à rien de vouloir bousculer les habitudes insulaires car on n’y gagnerait qu’à s’énerver soi-même. 
Les minibus (taxi-brousse) qui relient les grandes villes entre elles ne prennent le départ que lorsque tout a été fait pour que toutes les places soient prises. Il va sans dire que cela peut prendre des heures en ne négligeant pas de faire appel à des rabatteurs qui ratissent les alentours du stationnement pour guider les éventuels clients vers tel ou tel autre bureau des différentes coopératives de taxis-brousse. 
J’ai ainsi été témoin d’une scène étonnante. Le taxi-brousse en question était presque complet en voyageurs et on chargeait le reste des bagages sur la galerie du toit. Parmi les paniers de poules, les pneus de voitures, les valises et les balles de fripes destinés à être vendues dans les villes de la province, il y avait également un quad (quadricycle) qu’une dizaine de «chargeurs» avaient hissé péniblement sur le toit du taxi-brousse. 
Bien sûr, quand le départ est imminent, on prévient par téléphone portable tous les voyageurs qui avaient retenus leur place à l’avance et qui ne tardent pas à arriver les uns après les autres. 
Mais à ma stupeur, un vif mécontentement se dégagea des voyageurs à la vue du quad sur le toit du véhicule et plusieurs d’entre eux exigèrent d’être remboursés car ils craignaient un accident à cause du surpoids. 
Finalement après une heure d’attente c’est le départ après avoir caché le quad sous une bâche et qu’on ait péniblement déniché d’autres clients. Le voyage qui, malgré la crainte de voir la galerie du taxi-brousse arrachée dans les nombreux virages pris à la limite de la prudence avec souvent les pneus du véhicule qui crient leur inquiétude se déroula à mon grand étonnement sans incidents majeurs. 

Un taxi brousse bondé dans lequel les voyageurs devront se serrer les uns contre les autres pendant des heures durant sur un trajet de routes défoncées et parfois sur des pistes ensablées... pour les routes de l'impossible on utilisera des camions bâchés ou tout ce monde s'entassera tant bien que mal au milieu des poules, des colis, des bidons et bien d'autres éléments pour relier les villes et villages entre eux car très rares sont les lignes de chemin de fer. mais l'espoir d'une amélioration fait vivre et on s'accommode de ces moyens de locomotion en attendant mieux et en priant pour arriver sans encombres majeurs à destination.

Et naturellement quand les freins sont trop sollicités, il peut arriver que l'on loupe un virage et que le semi-remorque se retrouve avec les roues dans le sens inverse de celui pour lequel ils ont été créés. Certaines mauvaise langues diront que c'est plus facile de repeindre le dessous du camion... et de vérifier si tout est encore en ordre.
 

Lire la suite

La région du Menabe dans le Sud -Ouest de Madagascar.

14 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #LA VIE A MADAGASCAR

Je me souviens avoir acheté une moto chinoise pour pouvoir me déplacer dans cette région mais si les pistes sont praticables sur certains tronçons, celle qui mène de Morondave à Belo sur Tsiribihina est vraiment éprouvante car je me suis étalé avec cette moto au moins vingt fois dans le sable sec et mouvant.

A un moment donné la moto s'est enfoncée presque jusqu'aux essieux et plus moyen de continuer. Il était neuf heures du soir et il ne me restait plus qu'à refaire le chemin dans le sens inverse soit environs  80km. C'était vraiment la galère.

Le lendemain je me suis contenté de visiter l'allée des baobab pas très loin de la ville de Morondave. Ce sont des arbres gigantesques avec des branches qui semblent être ancrés dans le ciel. Ces arbres sont les emblèmes de cette région car on en voit un peu partout autant près des  plants d'eau que le long des pistes.

Ce qui m'a le plus amusé dans cette ville c'est le "bus scolaire" tracté à la main.

Bus scolaire tracté à la main avec une vitesse limitée à 10 km/h.

Ah ! la fameuse allée des baobabs qui a rendu célèbre cette région du Menabe.

Des baobabs en veux tu ? En voilà.

Le tronc impressionnant de ces arbres en font une curiosité.

Ces arbres immenses émergent de la végétation tels des mastodontes.

Parfois isolés et parfois amoureux, ils s'enlacent et s'embrassent.

L'extrémité de leurs branches semblent s'enraciner dans le ciel.

Bien entendu ils sont présents également au bord des zones humides.

Et quand on est au bord de l'eau, on voit flotter ce genre de trèfle qui en réalité est une fougère aquatique extrêmement rare en Europe et qui porte le joli binôme de Marsilea quadrifolia.

Et voilà la visite guidée du Menabe s'achève ici... à suivre dans un autre coin de la Grande île qui ne finit pas d'étonner celui qui sait la regarder sous tous ses angles.

Lire la suite

L'ami Fernand

13 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Mon ami Fernand vient de m'envoyer un mail qui m'a scié et j'ai voulu vérifier si cette nouvelle était vraie ou fausse mais apparemment c'est une nouvelle qui pourrait révolutionner le monde car plus besoin de chercher du pétrole ailleurs que sur les décharges.
Et le slogan serait :"tu es pétrole et tu retournera en pétrole".
En fait on peut mettre dans cette machine  tout ce qui est plastique: des sacs plastiques, des bouchons de bouteille, des bassines, des flacons de détergent ou de shampoing… Bref, tout ce qui est en polyéthylène et en polypropylène. 
Avec 1kg de plastique, on produit séparément 650 g de diesel, 180g d’essence, 100g de gaz et 7g de résidu selon certaines sources.

«En prenant en compte le temps de nettoyage, on pourrait transformer assez de gasoil, d'essence et de gaz pour ouvrir une station service avec plusieurs de ces machines nommées Chrysalis. Et du coup plus besoin de camion citerne sur les routes car ce serait directement du producteur au consommateurs qui amèneraient leurs sacs plastiques et recevraient en échange un peu de carburant et pourquoi pas une bouteille de gaz si on amène assez de plastique. 

Le prix de revient de cette installation reviendrait donc aux alentours de 50 000€ selon des infos que j'ai pu collecter.


Cette machine est commercialisée à partir de cette année et elle intéressera certainement beaucoup de personnes qui habitent dans des pays comme Madagascar qui n'a pas de pétrole mais trop de déchets plastiques à ne plus savoir qu'en faire et qui se dispersent dans les mers car faut-il le rappeler, Madagascar est une île

Affaire à suivre...

https://earthwake.fr/

 

Lire la suite

Mon ami Alphonse.

12 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON

C'était un samedi comme un autre j'étais désœuvré et je lisais machinalement le journal régional qui était étalé devant mes yeux. 
Ayant parcouru les grands titres, un petit article attira mon attention où il était question d'une exposition de champignons qui allait se dérouler ce week-end et que toutes les personnes intéressées pouvaient si elles le désiraient apporter leur trouvailles afin de les faire déterminer. 
Comme j'ai un esprit un peu tortueux je me suis dit que j'allais donc ramasser des tas de champignons que sûrement on ne pourrait pas déterminer. Sitôt pensé, sitôt en chemin avec une boîte à chaussures vide sous le bras.
Je n'y connaissais pas grand-chose en champignons mais j'en avais déjà vu dans les haies, les bois et les près lors de mes nombreuses journées de hautes études buissonnières.
Je courrait tel un furet de gauche à droite puis ne trouvant plus d'espèces différentes, je changeais de coin et pendant plusieurs heures je vadrouillais ainsi entre les arbres les haies et autres obstacles naturels et quand enfin ayant rempli ma boîte à chaussure avec des champignons, je me suis dit que j'allais créer le buzz avec ma boîte à chaussure rempli de champignons très divers.
Je me suis donc rendu au centre culturel où devait se dérouler l'exposition et je n'y voyais qu'un Monsieur en train de tripoter des tas de champignons très divers étalés sur les tables.
Tout de suite il déversa le contenu de ma boîte à chaussures avec le reste des champignons puis il me colla deux champignons dans les mains et me dit d'aller les ranger sur la table en face de l'étiquette "Stropharia aeruginosa". je me souviens avoir fait deux pas  puis être revenu vers lui en lui demandant de me répéter ce qu'il venait de dire car j'avais déjà oublié ce qu'il m'avait demandé.
Peu à peu je me suis forcé à retenir les noms barbares qu'il me disait et vers minuit nous avions posés la majeure partie des champignons sur les tables avec les étiquettes correspondantes à chaque espèce.
Il me demanda si je pouvais revenir le dimanche matin pour terminer la mise en place et pour accueillir les premiers visiteurs.
J'étais vraiment flatté de ne plus être une personne lambda mais qu'on me demandait un service qui allait me faire entrer dans le domaine de la mycologie.
Je n'oublierai jamais ce jour qui fut pour moi le début d'une longue aventure avec les champignons et si mon ami Alphonse n'est plus de ce monde, il restera malgré tout un être qui aura beaucoup compté dans ma vie car grâce à lui j'ai quitté ma peau de jeune homme complexé pour devenir un adulte qui allait contribuer à son tour à sensibiliser des personnes aux merveilles de la nature que mon ami Alphonse aimait et protégeait de son mieux.

Mon ami Alphonse était un grand homme cultivé et rigoureux dans son approche concernant les champignons.

Il a même reçu une médaille agricole pour sa contribution à une thèse sur les champignons des terrils.

Il serait temps de ne plus confondre la culture avec l'agriculture... car il aurait plutôt mérité la légion d'honneur plutôt que de la donner à des rois et reines de Belgique d'Espagne qui n'ont d'autres mérites que d'être nés avec une cuillère en or dans la bouche... 

Photo d'une exposition de champignons dans le hall de l'Hôtel de ville de Saint Avold que nous avons réalisé ensemble Alphonse et moi-même.

Lire la suite

L'or des fous

11 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON

J'aime plonger mes mains dans mon tonneau d'or. Bien entendu ce n'est pas du métal que contient mon tonneaux mais de l'or brun issu des matières organiques qui se sont dégradés et ont formé du terreau qui me donne de belles tomates entre autres.
J'ai appris dernièrement dans les nouvelles que dans le sud de Madagascar des gens mourraient de faim et de soif actuellement.  Donc en leur apportant un seau d'eau et un sac de riz et vous placez à côté une palette pleine de lingots d'or, que pensez-vous que vont choisir ces gens affamés? Seul le fou prendra la palette de lingots d'or et mourra de faim et de soif.
Je ne comprends pas les gens qui aiment l'or. Pour ma part j'ai toujours détesté l'or et même étant marié deux fois, je n'ai jamais porté d'alliance ou autre gadget en or.
Il m'est arrivé lors de mes prospections sur les terrils des houillères de Lorraine à la découverte de champignons thermophiles de trouver de l'or… mais c'était de l'or des fous, de la pyrite qui ne vaut pas un clou.
Et si on m'offrait un tonneau rempli d'or, je le refuserai car j'ai ma petite retraite qui ne connait pas la crise obtenue après quarante deux ans et demi de bons et loyaux services dont une trentaine d'années sur une plateforme chimique à risques hauts du type Seveso 2.
On peut être heureux et satisfait de son sort même sans ors ni artifices qui ne sont fait que pour pavaner tels des paons ou encore pour vivre dans la crainte de se faire voler son or.

Mon tonneau de 200 litres "d'or brun" que je n'échangerai pour rien au monde car il suffit à mon bonheur.

Mes plants de tomates ne me coûtent rien car avec les graines d'une seul tomate je produit des tas de jeunes plants grâce à mon bon terreau sans aucun additif.

Ce pourpier est issu de boutures que j'ai prélevé sur d'anciens plants et comme par miracle ils donneront de nouveaux plants sans efforts autre que l'apport de mon "or brun".

A droite des boutures de poivrier à gauche des graines d'un de mes cotonnier qui ont germées et donné de jeunes plants sans aucune difficulté et au milieu des boutures de Gaillardes fraichement plantées.

Essayez donc de planter une pépite d'or, elle ne produira rien du tout et comme le dit l'adage: "Entre l'or et le son l'âne choisira toujours le son".


 

Lire la suite

Connaissez vous le shiitake?

10 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Il existe des champignons que l'on peut cultiver aisément sans problèmes majeurs. Ainsi le Shiitake ou Lentin du chêne (Lentinula edodes) est de ceux-là car il nécessite peut de connaissances et on peut cultiver ce champignon par exemple sur une bûche ou des bout de grosses branches de chêne coupées depuis peu et qui n'a pas eu le temps de se dessécher.
Pour ce faire, il suffit de laisser flotter ces bouts de bois pendant quelques jours dans de l'eau de pluie de préférence ou dans une rivière ou autre point d'eau non pollué, puis on perce des trous dans les bouts de chêne qu'on a préalablement sorti de l'eau puis à l'aide d'un marteau on enfonce dans les trous percés du "blanc de champignons "(mycélium) qu'on trouve dans le commerce parfois dans les jardineries ou autres. 
Il ne faut pas négliger de laisser couler de la cire de bougie sur les trous remplis de "blanc de champignons" afin que les limaces ou autres insectes ne viennent pas  se délecter du "blanc de champignons".
Puis on entrepose ce bois dans un endroit à l'ombre dehors ou à l'intérieur en recouvrant ou en entourant d'une bâche en plastique afin de maintenir le tout humide.
Et... yaka attendre que les premiers fruits du champignon apparaissent pour les mettre à la poêle. Un régal.

J'ai testé cela en France et pendant cinq ans périodiquement les champignons faisaient leur apparition jusqu'à ce que le bois de chêne soit complètement réduit en bouillie.
Il est bon de savoir que ce champignon est excellent pour la santé car d'après certaines recherches ce champignon apparaîtrait comme un trésor de bienfaits car il réduirait le taux de cholestérol et stopperait la croissance du virus de la grippe. Avec ses vitamines, sels minéraux et oligo-éléments ce champignon est intéressant également concernant ses vertus diététiques.
D'autre part, les japonais ont remarqué que les billes de bois sur lesquels la foudre était tombée produisaient plus de carpophores que les autres bouts de bois qui produisaient des shiitakes et ils ont donc fait subir des électrochocs aux billes de bois inoculés de mycélium de ce champignons et le rendement en a été nettement augmenté.
Si j'étais chercheur de laboratoire  et pas seulement chercheur de champignons, je testerai la consommation de ce champignon contre le virus de la Covid 19 (ne sait-on jamais car cela ne mange pas de pain de faire des essais).

Avez-vous remarqué ses lames en forme de dents de scie? Par contre on ne mange que le chapeau et les lames car le pied est très coriace.

Lire la suite

Ces microbes nos amis

9 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Dernièrement j'ai vu une émission concernant nos amis les microbes ou bactéries qui font que nous puissions vivre mieux et être à l'abri de certaines maladies.
Des tests ont été réalisés qui disent que plus on possède de différentes sortes de bactéries en nous, mieux on est protégé. Or la malbouffe fait que dans les sociétés modernes beaucoup de ces bactéries ont disparues et cela affaiblit énormément notre organisme si moderne soit-il.
Les tribus isolés auraient 40% de plus d'espèces différentes de bactéries que la société moderne qui de ce fait doit faire appel à des antibiotiques et autres gadgets pour renforcer ou guérir des agents pathogènes. 
Mais il faut savoir que si les antibiotiques ont sauvés beaucoup de vies, ils tuent autant les bons que les mauvais microbes et de ce fait s'ils nous sauvent la vie, ils affaiblissent notre système immunitaire.
Mais que faire docteur allez-vous me demander. Tout d'abord je ne suis pas docteur mais quelqu'un qui se demande si le monde dans lequel il vit ne va pas simplement à sa perte en détruisant non seulement la faune et la flore avec laquelle il vit, mais également le microbiote qui vit en lui.
Par exemple il est prouvé qu'un bébé qui nait par césarienne possède beaucoup moins de bonnes bactéries que le bébé qui est arrivé par voie naturelle et qui de se fait a reçu de bonnes bactéries de sa mère grâce à l'accouchement par voie basse.
Donc si à la naissance certains bébés manquent déjà de certaines bactéries qui enrichissent la flore intestinale, et si au cours de sa vie ce bébé ne reçois que des aliments préparés avec des substances douteuses du genre E avec un nombre derrière ou autres, il n'est pas sûr que le naturel lui revienne au galop car il sera beaucoup plus exposé tout au long de sa vie que le bébé qui est né par voie basse. 
J'ai vu également lors d'une autre émission que par exemple les pamplemousses étaient plongés dans des bains qui ne donnent vraiment pas envie d'en manger car après élimination de la peau blanche amère par je ne sais plus quel acide on fait appel à la soude… oui celle qui sert à déboucher les tuyauteries… ce qui ne veut pas dire que cela nettoiera nos boyaux aussi… 
 Donc un bon conseil, mangez des légumes non traités buvez des boissons non traitées et éliminez de votre assiette cochonneries et autres conserves ou plats préparés industriellement car si notre organisme tolère certaines doses de toxines, sommes-nous certains de pouvoir les éliminer tous sans exception car à force d'avaler n'importe quoi on raccourcira d'autant notre espoir de longévité. (C'est un vieil imbécile qui vit en dehors de son temps qui vous dit cela).


 

Lire la suite

Aux viandards et autres mangeurs de la terre

8 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Actuellement on se rend compte qu'il ne sera plus possible bientôt de nourrir toute la population du globe terrestre car l'élevage traditionnel n'y suffira plus et les productions agricoles polluent beaucoup trop et deviennent nocives autant pour le climat que pour l'homme lui-même alors que faire?
Ici et là on entend d'autres sons de cloches et des chercheurs ont déjà trouvé un moyen de produire de la viande à partir de cellules souches. mais pour l'instant cette viande est hors de prix. Mais en attendant l'espoir fait vivre.
D'autre part on parle de production agricole dans des serres à plusieurs étages, ce qui réduirait la surface au sol, le tout analysé par des logiciels qui analysent en permanence l'hygrométrie, la température idéale ainsi que la luminosité, le tout alimenté par du solaire.
Le plus intéressant serait de construire ces serres et ces usines à fabriquer de la viande in vitro directement à côté des points de vente afin de limiter au maximum le transport car pour l'instant on mange des aliments qui viennent par exemple du Brésil et qui détruisent la biodiversité sans apporter de quoi vivre normalement aux producteurs de ce pays.
Pour ma part j'essaie de mon mieux d'élever des lapins que je nourris avec de l'herbe donc pas besoin de tondeuse,  puis j'utilise les déchets pour produire du compost qui me sert à  enrichir le sol afin de favoriser une poussée plus favorable de mes plantes qui à leur tour seront consommées… mais pour se faire, il faut se lever tôt et surtout sortir les mains des poches car les temps passés derrière un bureau à regarder voler les mouches ou consulter son smartphone pour juste envoyer un smiley tout en buvant son gobelet de café est désormais has been... pour moi.


 

Lire la suite

Et pourtant elle tournera encore…

7 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Elle, c'est la terre. Alors que le monde est plongé dans les soucis concernant un tout petit virus qui a décidé de s'en prendre aux humains, la terre n'a pas fini de tourner pour autant. Que l'homme ou d'autres espèces disparaissent de la surface de la terre, celle-ci continuera encore longtemps son périple autour du soleil. Avec ou sans les abeilles, avec ou sans les hommes, un renouveau naîtra du chaos, tel le phénix qui renaît de ses cendres. mais l'humain n'en fera peut-être plus partie car la terre sera devenu invivable pour lui.
L'homme se croit tellement puissant après tout ce qu'il a inventé, tout ce qu'il a réalisé mais il n'échappera pas à son destin qui est de retourner en poussière comme tout le reste du vivant.
Pour ma part, cela m'indiffère que le plus grand prédateur que la terre ait connu disparaisse car il aura fait son temps tout comme les dinosaures ou autres espèces dont parfois on peut encore trouver des vestiges ou des espèces rescapées qui auront été en mesure d'évoluer malgré les aléas et autres bouleversements.
Il n'est donc pas étonnant que l'homme cherche par tous les moyens en ne reculant devant aucun sacrifice pour s'échapper de la terre pour aller, tel un Christophe Colomb chercher une autre terre promise… sauf que pour parcourir des années lumières… il faudra des années-lumière ou alors traverser un trou noir et se retrouver dans le néant.
Mais bon, je me suis certainement encore levé du pied gauche pour avoir de telles pensées alors que le foot, le tennis et autres jeux du cirque sont d'une actualité brûlante et beaucoup plus importante… ou pas?

Et elle continuera à tourner tout de même car elle renaîtra de ses cendres tel le phénix.
 

Lire la suite

Il pleut, il pleut ma chère…

6 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Dernièrement le soleil inondait de bonheur ma vie mais désolait mes plantes aujourd'hui c'est le contraire, mes plantes verdissent de bonheur et moi je me fais une raison en me disant que le bonheur des uns ne fait pas absolument le malheur des autres. Les plantes étant des être vivants tout comme les humains, les animaux ou les virus etc. je me réjouis chaque jour pour tout ce vivant car il m'apporte quelque chose de nouveau, même si je suis déjà passé mille fois devant cette fleur, devant cette autre plante ou tel arbre.
Les fleurs et plantes ornementales colorent ma vie tandis que les arbres m'offrent leurs fruits et d'autres plantes qui n'ont ni fruits ni fleurs m'apportent de l'ombre lors des grosses chaleurs qui vont débuter dès que les froideurs de la grise saison font leur apparition chez ces gens là haut dans l'hémisphère nord de la terre.
Ici à Madagascar les saisons sont inversées et même s'il n'y a pas vraiment de saison froide à part dans les hautes terres où parfois il est nécessaire de mettre une grosse veste sur sa chemise qui est de mise,  mais on n'attrapera jamais d'engelures.

Je m'imagine que ces fleurs sont également faites pour me plaire… car en ce qui concerne les insectes ce n'est pas la beauté mais ce qu'elles peuvent leur offrir en nourriture qui les intéresse davantage. (Gaillardia pulchella) 

Ces fleurs se tendent vers moi comme pour inonder ma vie de couleurs. (Coreopsis lanceolata)

Boule de neige chinoise nomment-on cette plante qui fleurit actuellement devant ma porte d'entrée. (Viburnum macrocephalum)

Les frangipaniers profitent des rayons du soleil pour se parer de leur douces teintes. (Plumeria alba)

Je peux observer trois buissons de cette plante en trois couleur différentes mais ce jour un seul de ces buissons était en fleur. (Ixora coccinea)

La nature n'a décidément pas de limites pour nous étonner et nous charmer comme cet étrange Hibiscus qui se propage comme une trainée de poudre chez moi si je laisse les graines germer sans restrictions. (Hibiscus acetosella)

Les Bougainvilliers se conjuguent en différentes teintes. 

Le bougainvillier qui se trouve près de mon puits est lui aussi garni de fleurs drapées dans leurs mantes d'un violet épiscopal.(Bougainvillea spectabilis)

Les formes, les couleurs leurs senteurs tout contribue à nous offrir des cadeaux pour ceux qui sont sensibles aux beautés de la nature. (Caesalpinia pulcherrima)

Ce tendre rose est celui d'un Bégonia qui se multiplie à volonté sans restrictions. (Begonia cucullata)

Cette plante forme de stolons qui s'enracinent sans aucun problème. (Episcia cupreata)

Et je pourrai continuer encore longtemps à publier des images de fleurs qui embellissent ma niche écologique mais je ne voudrai pas lasser le lecteur. (Heliconia bihai)

Lire la suite

Insignifiante mais si bénéfique.

5 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Dimanche et j'ai décidé de faire un petit tour dans la nature en respirant l'air sain et iodé du bord de l'océan Indien.
Sous le soleil qui m'inondait de ses  doux rayons je marchais lentement afin de m'imprégner de cette douceur de vivre ici sur la côte Est de Madagascar.
A un moment donné j'ai vu devant moi une petite plante insignifiante mais que je connais bien car il s'agit de ce qu'on appelle de façon vernaculaire le pain de coucou, trèfle aigre, ou oxalis vulgaire. Pour les puristes on va dire que son véritable binôme est Oxalis stricta.
Cette plante ressemble à du trèfle avec des feuilles en forme de cœur. Sa saveur est un peu acide mais pas désagréable et comme elle est relativement riche en vitamine C et en bêta-carotène,  je n'ai pas l'intention de m'en priver.
Pourquoi appeler cette plante pain de coucou? Tout simplement parce qu'en automne quand les oiseaux se préparent à entreprendre leur grande migration vers les pays du sud, ils ont besoin d'une nourriture riche et les graines de cet Oxalis comblent un besoin nutritif pour les oiseaux qui doivent affronter une période éprouvante.
En fait ce n'est pas parce que j'ai migré moi aussi vers le sud que je consomme en salade cet Oxalis mais tout simplement parce que je suis certain que cette plante n'aura pas subi des traitements et autres manipulations et forçages.
Il existe des tas de plantes sauvages qui sont bonnes pour notre organisme… mais j'avoue qu'il est plus simple de remplir son caddie au supermarché.
Et pourtant il y a au monde encore des vieux de la vieille comme moi qui savent apprécier les choses simples de la vie et qui volontairement ont mis une distance de 260 km du supermarché le plus proche à leur lieu de résidence.

Pain de coucou (Oxalis stricta) à gauche et quelques feuilles de pourpier à droite (Portulaca oleracea) , qui apporteront une notre différente dans mes crudités du jour. Ces petites plantes insignifiantes sont souvent considérées comme de mauvaises herbes car bien entendu elles ne présentent pas un intérêt commercial comme les belles têtes de salades et autres plantes que l'homme a "bricolé" afin de mieux remplir les assiettes et les caddies des supermarchés ce qui ne serait pas le cas de bien des plantes dites "sauvages".

 

Lire la suite

Il est interdit d'interdire

4 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #REFLEXIONS

Et voilà encore une liberté qui fout l'camps en France car vous allez payer une amende qui peut aller jusqu'à 135€ si vous allez cueillir des champignons le mardi ou le jeudi en Normandie.
En fait, il faut savoir que le champignon n'est qu'un fruit, tout comme les pommes, les poires et autres mûres, fruits du roncier!

Sachant également que certains champignons délivrent des milliards de spores qui peuvent faire des centaines voire des milliers de km emportées par le vent ou dans les pneus des voitures, et qu'on ne ramassera pas les champignons qui sont trop vieux, je ne vois pas pourquoi on devrait interdire ou limiter le ramassage des champignons. 
Mais après tout l'état a besoin de sous et des tas de fonctionnaires de l'état sont payés pour trouver comment combler le déficit de la France et là aucun créneaux n'est ignoré.
Par exemple, sachant également que nous sommes des mammifères au même titre que les souris ou les éléphants, et qui n'a jamais vu un taureau ou autre faire l'amour à une vache de son choix dans un pré? Même les oiseaux font l'amour librement...
Mais en tant que mammifères essayez donc de  faire l'amour avec votre âme sœur dans un lieu accessible aux regards d'autres personnes et là vous risquez un an d'emprisonnement ainsi qu'une amende de 15 000€ (code pénal article 222-32).
Donc si vous faites l'amour dans votre jardin, dans votre voiture ou sur votre balcon et même sur votre canapé s'il est exposé dans votre salon à la vue des passants vous risquez de vous retrouver en prison… avec un sentiment d'amour en cage.

Donc, si vous voulez le conseil d'un vieux con soixante-huitard attardé, fuyez ce pays où les interdictions commencent à abolir les libertés.
https://www.lamanchelibre.fr/actualite-910656-normandie-la-cueillette-des-champignons-est-interdite-les-mardis-et-jeudis

Oh ! my god i am shocked !
 

Lire la suite

Connaissez-vous Monsieur Adam?

3 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #PERSONNES

Quand je suis arrivé à Madagascar, il m'est arrivé d'avoir des pannes sur la voiture ou de vouloir souder quelque chose ou encore des travaux d'électricité à faire quand ce n'était pas tout simplement pour lui demander un conseil avisé car Monsieur Adam était unique en son genre, il savait tout faire.

Il avait toujours le sourire aux lèvres quand il m'accueillais. Il n'était pas riche et pour survivre avec sa famille il rechargeait également les batteries qui servaient souvent à éclairer le soir les maisons qui n'étaient pas raccordées au réseau électrique.
Quand j'avais des travaux a effectuer et quand je demandais ce que je lui devais, souvent avec un sourire il me disait, "c'est comme vous voulez".
Pourtant, ses affaires étaient en baisse depuis que la route qui venait jusqu'en ville était goudronnée m'avait-il confié un jour. Avant cela quand il y avait la piste, le travail ne manquait jamais car les véhicules souffraient à cause de la boue et du sable mélangé à de l'eau qui rongeait les plaquettes de freins et mettait à mal les amortisseurs et cela donnait beaucoup de travail à Monsieur Adam.
Un jour Monsieur Adam a voulu se rendre dans une grande ville de l'Est de Madagascar par taxi-brousse et malheureusement le taxi-brousse a eu un accident et Monsieur Adam qui voulait protéger sa petite fille assise à côté de lui a été blessé mortellement et ce n'est que quelques jours après son enterrement que j'ai été mis au courant de son décès.
J'aimais bien Monsieur Adam car il avait un esprit ouvert et même s'il était musulman pratiquant, on pouvait discuter de tout avec lui et il ne manifestait jamais de désaccord car c'était une personne intelligente.

Monsieur Adam était une personne que tout le monde estimait beaucoup et je garderai un bon souvenir de lui car souvent les personnes qu'on rencontre laissent en chacun de nous une partie, si infime soit-elle de ce qu'elles dégagent.


 

Lire la suite

Le rosé des prés n'arrose pas les prés.

2 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Un cousin du champignon de Paris qui vit à la campagne et surtout dans les prés ou les pâtures est repérable de très loin car si vous voyez des cercles concentriques où l'herbe est plus verte dans les prés, vous pouvez être certain que c'est un endroit où vous avez de la chance de trouver des champignons car si le rosé des pré est le champion des ronds de sorcières, il est loin d'être le seul champignon qui dans les prés forme ces cercles où l'herbe est plus verte. d'autant que ces cercles de champignons peuvent se rencontrer également dans les bois.
Dans le temps quand on ne s'expliquait pas ce phénomène, on pensait naïvement que c'était des sorcières, des fées, des elfes et autres lutins qui la nuit venue avaient dansé en rond dans l'herbe et que l'herbe devenait de ce fait plus verte ou que le fait de danser en rond faisait pousser les champignons en formant des cercles.
De nos jours alors que des spécialistes se sont penchés sur ce phénomène, ils expliquent parfaitement cela. En fait les champignons par leur capacité à synthétiser des substances abiotiques et antibiotiques pour s'implanter ou défendre un endroit qui est propice à leur développement sécrètent des sels ammoniacaux, nitrates etc. qui ont un effet de fertilisation.
Ainsi l'apport de nitrates et d'eau de pluie suffit à augmenter la poussée d'une herbe plus verte alors qu'à l'intérieur du cercle, le sol a été épuisé par les cercles des années précédentes où la plupart des éléments nutritifs ont été "pompés" par les champignons car les cercle s'agrandissent d'année en année. 
Et voilà toute l'histoire de ces fameux cercles dont certains de nos jours vont croire que ce sont les martiens qui sont venus envahir la terre avec leur soucoupe volante qui aurait appauvri l'herbe à l'intérieur de ces cercles tout en déversant des substances sur le pourtour de la soucoupe volante, ce qui aurait comme conséquence de produire une herbe plus verte ou une poussée de champignons.

Mais si vous ne croyez pas celle-là, je peux très facilement vous en inventer une autre.
 

Dessin du rosé des prés qui arrose les prés par Roland Sabatier dans le livre "Le gratin des champignons".

Lire la suite

Un champignon spectaculaire

1 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

La Vesse de loup géante
Encore un champignon comestible qu'il est impossible de confondre avec une autre espèce toxique ou non. Vu sa taille spectaculaire, les autres espèces de cette famille sont beaucoup plus petits. 
Ce champignons pousse souvent dans les prés, les parcs à vaches et sa taille peut atteindre des dimensions spectaculaires. Il m'est arrivé de trouver des endroits où poussaient plusieurs spécimens de la grosseur des ballons de foot, voire plus gros encore.
Ce champignon est comestible et la recette est facile car on le coupe en tranche qu'on fait revenir dans une poêle agrémenté de ce qu'on aime.
Sachant qu'un champignons peut aussi bien accompagner un plat de viande qu'un plat de légumes… mais… mais… mais attention aux excès car si on dit de l'alcool qu'il est à consommer avec modération, il en va de même des champignons qui sont de véritables bombes chimiques car s'il contiennent des éléments bénéfiques pour le corps humain,  si on ingère trop d'éléments bénéfiques, ceux-ci peuvent avoir des effets contraires dans certains cas. 
Je dis ça je dis rien.

La Vesse de loup géante (Calvatia gigantea). Le champignon spectaculaire que nous avons présenté au public parmi d'autres espèces avec mon ami Alphonse qui malheureusement nous a quitté après une vie consacrée à sensibiliser ceux qui le désiraient au monde mystérieux et combien passionnant des champignons macroscopiques.

Il est a préciser que ce champignon se consomme jeune, frais et bien ferme encore. Il peut atteindre des dimensions importantes en une seule nuit. Et ce champignons arrivé à maturité peut laisser s'échapper des millions voire des trillions de spores.
 

Lire la suite

Les éléphants peuvent se tromper aussi.

30 Septembre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Errare humanum est diront les uns, il est des erreurs qui peuvent être fatales diraient les autres. En tout cas il ne faut pas toujours croire ce que moi au d'autres écrivent car celui qui ne se trompe jamais aura droit qu'on lui lance la première bière ou quelque chose de ce genre dit l'adage.
Toujours est-il que mon ami le docteur Louis, ORL à la retraite m'a envoyé un article tiré de

http://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/photos-six-champignons-automne-ramasses-foret-qui-reveillent-papilles-1868868.html

dans cet article il était question de 6 champignons comestibles sauf que sur la photo de ce qu'on appelait le pied bleu et dont le binôme est Lepista nuda qui signifie Lépiste nu donc qui a un pied nu il y a une cortine brun rouille qui est la couleur de la sporée des cortinaires qui s'est déposée sur la cortine qui orne le haut du pied.
Bon il est vrai que la confusion dans ce cas précis ne serait pas trop grave car moi-même j'ai déjà mangé en toute connaissance des Cortinaires purpurescents dont il s'agir ici sur la photo mais si des confusions sont faites sur des champignons, on aurait aussi bien pu confondre la photo par exemple de la petite prune du meunier qui est un excellent comestible avec un clitocybe blanc qui lui ressemble et dont les différences sont vraiment insignifiantes et qu'on donne comme mortel. 
Donc méfiance et boule de gomme dirait mon gamin qui sait déjà reconnaître à huit ans plusieurs espèces de champignons car il est très méticuleux dans ses observations.

 

Voici la photo à gauche qui a été publiée sous la rubrique pied bleu et ce n'est qu'en lisant ce qui était écrit en tout petit qu'on comprend qu'il ne fallait pas confondre un Cortinaire avec un pied bleu.

La photo de droite montre bien un pied bleu avec un pied nu sans restes de cortine. Ainsi pour la détermination d'un champignon si on est sûr à 99% qu'un champignon est comestible, on s'abstient de le consommer car si une voiture qui passe à 100 km/h heurte 1% du corps d'un piéton, cela peut suffire à l'expédier ad patres.

 

 

Lire la suite

Un superbe champignon en bouquet de fleur

29 Septembre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Un jour me promenant dans une forêt de l'est de la France, j'ai eu l'occasion de m'émerveiller devant un champignon de toute beauté. Déjà très visible de par sa couleur d'un bel orangé, il présentait en plus des lobes qui me faisaient penser à un petit bouquet.
Ce champignon selon certaines sources serait comestible cru en dessert servi arrosé de Schnaps de Kirsch et saupoudré de sucre glace. Mais en ce qui me concerne, je n'ai jamais fait appel à cette recette car je m'abstiens totalement de boire de l'alcool fort et d'autre part, je mettais en place à l'époque une exposition de champignons que j'ai animé le dimanche pour les visiteurs et le lundi pour les écoles du lieu d'exposition,. Donc le lundi soir quand j'ai nettoyé les tables sur lesquelles étaient exposés les champignons, ce magnifique exemplaire n'était plus tellement frais car il était prélevé dans la nature depuis trois jours. 
En fait, si beaucoup de champignons sont passé dans mes mains afin de sensibiliser le plus grand nombre de visiteurs je n'ai pas eu l'occasion de me régaler souvent avec les découvertes les plus intéressantes par contre j'ai tout de même un palmarès assez conséquent en ce qui concerne les espèces différentes que j'ai pu ajouter à mes menus gastronomiques.

Donc si les spécialistes en champignons sont bien chaussés, ce ne sont pas eux qui mangent le plus souvent les meilleurs champignons car ils se contentent souvent de ramasser peu d'exemplaires de chaque sortes mais le plus d'espèces différentes et sont donc obligés de laisser les beaux cèpe et autre giroles pour les chercheurs qui ne connaissent que ces espèces là.

La Guépinie en helvelle (Tremiscus helvelloides) peut être consommée aussi en salade ou être conservé dans du vinaigre comme les cornichons. Et avec ses belles pétales d'un bel orangé elle ne risque pas d'être confondu avec une espèce toxique.

Lire la suite

Un sparassis des pins qui ne trompe pas.

28 Septembre 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Il y a des champignons bons comestibles que très peu de personnes connaissent et qui ne peuvent pas être confondus avec d'autres car ils poussent directement au pied des grands pins et certains les appellent les choux-fleurs car il peuvent avoir la taille d'un ballon de foot voire de plusieurs ballons. Donc si on en trouve un, cela suffira à faire un repas pour toute la famille. J'avais un secteur dans une forêt de pins sylvestres où je pouvais en trouver une bonne dizaine dans une après-midi en quadrillant une forêt de trois ou quatre km². Son binôme latin est Sparassis crispa. Bien entendu il est un peu difficile à nettoyer car des feuilles mortes peuvent s'être glissées dans les méandres du champignon donc pour le nettoyer je le coupais  en tranches de un centimètres d'épaisseur et je  passait ces tranches sous le jet du robinet.
Il commence à pousser dès le mois de septembre et il peut se préparer de diverses façons. Pour ma part je faisais une tourte que je garnissait avec ce champignon (j'en salive encore).

Comme il revient généralement plusieurs années de suite aux mêmes endroits, j'avais pris l'habitude de repérer les endroits précisément avec un GPS portable et  je ne loupais jamais aucun d'eux quand la saison était propice à leur croissance.
Par contre il faut éviter de recueillir les sujets trop âgés car ils deviennent un peu caoutchouteux . Mais tous les goûts sont dans la nature dit l'adage… ou pas?

 

Lire la suite

Champignons si mignons mais mortels:

27 Septembre 2020 , Rédigé par MADAGASTON

En premier lieu nous avons donc la famille Amanite dont il faut se méfier le plus mais dont les spécimens  sont facilement identifiable car en ce qui concerne l'espèce la plus dangereuse de cette famille, l'Amanite phalloïde, elle possède, soit un dessus du chapeau lisse de couleur jaune-verdâtre et blanc pour la forme blanche et les autres espèces dont l'Amanite printanière et l'Amanite vireuse  qui sont caractérisées par des lames blanches sous le chapeau avec un pied blanc qui porte dans sa partie supérieure un anneau et le bas du pied est garni d'un bulbe qui est inséré dans une espèce de sac qu'on appelle la volve.
Cette espèce n'a pas de saveur particulière car j'ai testé la saveur en recrachant bien entendu et en me rinçant la bouche. 
Je n'en ai jamais perçu d'odeur bien distingue non plus (mais je ne suis pas un spécialiste des odeurs).
C'est une espèce qui attaque le foie et on a peu de chances d'en réchapper car les premiers symptôme ne se manifestent que 12 heures et parfois seulement 48 heures après l'ingestion et il n'existe pas d'antidote spécifique. Il faut parfois pratiquer  une transplantation du foie sans oublier que les reins peuvent également être atteints.
Puis dans cette Famille d'Amanites il y a également l'Amanite panthère qui possède un chapeau strié sur le bord de couleur brun avec des flocons d'un blancs pur . Son pied blanc est également garni d'un anneau dans la partie supérieure et le bas du pied est garni d'un bulbe avec quelques bourrelets.
Puis naturellement il y a l'Amanite tue-mouche que tout le monde connait grâce à la couleur rouge du dessus de son chapeau avec des flocons blancs . Son pied est également blanc ainsi que ses lames et son pied est également bulbeux.
Bien entendu il y a de nombreuses espèces d'Amanites comestibles et d'autres qui ne présentent pas d'intérêt culinaires. Donc pour commencer il faut bien assimiler les critères d'identification afin d'éliminer le risque confusion avec des espèces comestibles de cette famille ou d'autres familles qui peuvent avoir des caractéristiques semblables en partie.


Dessin de Roland Sabatier tiré du merveilleux livre le "Gratin des champignons" de Georges Becker docteur ès Sciences en Mycologie et Roland Sabatier illustrateur de génie.

Livre que je recommande fortement car on apprend à connaître les champignons en s'amusant.

Lire la suite

La saison des champignons de tous les dangers

25 Septembre 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Ce n'est pas parce que je me trouve à Madagascar et que c'est l'printemps ici qui s'annonce que je ne pourrai pas me permettre de penser qu'on entre actuellement de plain pied dans la saison des champignons en France. Bien entendu il vaut mieux cueillir des champignons dont le pied est plein et bien ferme que des champignons avec un pied véreux… mais après tout ce sont des protéines animales donc sans danger pour l'homme.

En effet, les revues de tous poils et plumes s'en donnent à cœur joie pour mettre en garde les ramasseurs de champignons car s'il est agréable de savourer un plat de cèpes de Bordeaux en forme de bouchon de champagne bien frais et bien consistants, il est fort possible également de ramasser par mégarde une amanite phalloïde qui est encore dans son œuf et qui ressemble à s'y méprendre à un tout jeune cèpe encore fermé. D'autant que les deux espèces peuvent très bien cohabiter dans la même niche écologique.

Il en va de même de la petite prune du meunier à forte odeur de farine qui peut être confondu avec des clitocybes mortels. Et bien d'autres espèces encore.

Bon je ne vais pas faire ici la liste de toutes les confusions qu'il est possible de faire mais il est une règle invariable qui vous mettra à l'abri d'une erreur, c'est d'apprendre bêtement tous les caractères d'identification des espèces toxiques voire mortelles. et ainsi on éliminera le risque car pour ce qui est des autres champignons ils seront très bons, bons, médiocres comestibles ou simplement âcres, amers, ou détestables quand ils ne seront pas trop coriaces pour mettre dans la marmite.

Bien entendu, il n'y a pas de trucs pour savoir si un champignon est comestible ou toxique donc vous commencez par exemple à chercher tous les caractères des amanites mortelles car il y en a plusieurs espèces et formes. Puis vous passez à une autre famille et ainsi de suite jusqu'à ce que vous ayez bien assimilé les risques que représentent les espèces toxiques et mortelles ou simplement indigestes.

Il ne faut pas perdre de vue non plus que les champignons ne sont pas des plantes ordinaires car contrairement aux plantes vertes qui fabriquent des sucres grâce à leur fonction chlorophyllienne, les champignons n'en sont pas capables par contre ils absorbent le sels minéraux qui se trouvent dans le sol et certaines espèces font un échange avec les plantes vertes en bons voisin du genre "passe moi le sucre, je te donne du sel en échange". Ce qu'on appelle la symbiose par endomycorhize ou ectomycorhize c'est à dire en pénétrant par exemple les radicelles des arbres ou en créant un manchon autour des radicelles.

En fait si on se plonge dans le domaine des champignons, il y a de quoi s'occuper pendant toute sa vie et on n'est jamais au bout de ses surprises car on pourrait écrire un livre sur chaque espèce parmi toutes les espèces qui existent sur la terre,

Nous consommons tous les jours des champignons sans le savoir car ils sont partout même sur vous car il n'y a pas que les champignons macroscopiques mais également des champignons microscopique qui nous sont bénéfiques mais d'autres peuvent s'avérer dangereux et créer des maladies comme des mycoses, les moisissures, etc.

Mais en fait, les champignons jouent un rôle essentiel pour la vie sur terre car sans champignons, il n'y aurait probablement aucune vie possible sur terre.

Bon je vais arrêter là pour ne pas lasser le lecteur mais je pourrai écrire un livre avec toutes les connaissances que j'ai acquis sur les champignons et une bibliothèque avec tout ce que je ne connais pas encore sur les champignons.

Une exposition de champignon que nous avons mis en place avec mon ami Alphonse dans une grande surface de l'Est de la France afin de sensibiliser les personnes intéressées.

Entre cent et deux cent champignons différents ont été ramassées le jour précédant cette exposition mycologique et certaines espèces ont été présentées à différents stades de leur croissance. Toute la journée les gens de passage ont pu poser des questions et avoir un contact direct avec les espèces fongiques car certaines espèces se reconnaissent à leur odeur, à leur saveur, à leur consistance, à des critères bien particuliers, et seule une connaissance rigoureuse des espèces dangereuses peut permettre d'éviter le danger de confondre une espèce comestible avec une espèce toxique ou mortelle.

Lire la suite

Les vols de bétails dans la région du Menabe et dans le Sud-Ouest de Madagascar

25 Septembre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #LA VIE A MADAGASCAR

Plusieurs paragraphes étonnants que j'ai pu relever dans le livre d'Emanuel Fauroux concernant les vols de bétails sont toujours d'actualité de nos jours car il n'y a pas si longtemps, ma femme qui possédait un zébu qui était gardé dans le village de sa mère a été volé et on a découpé la bête sur place pour aller la vendre au marché  et on peu ainsi lire dans une étude sérieuse que les vols de bœufs, depuis des siècles, sans doute, font partie intégrante de ce qu’on pourrait appeler un "mode de production".
Plusieurs types de vols sont à noter:
Au temps de la Monarchie dans le cadre de leurs activités guerrières , certaines groupes de personnes entreprenaient des raids aux dépend des groupes politiques qui leur étaient hostiles ou qui ne reconnaissaient pas l’autorité de leur souverain. Lorsque les raids étaient victorieux, ils donnaient lieu à un butin comprenant notamment des bœufs. Les bêtes capturées qui avaient survécu aux ripailles organisées après la victoire, pouvaient être jointes aux troupeaux des vainqueurs ; il s’agissait d’une activité connue de tous, honorable, en quelque sorte. 
Depuis l’époque coloniale et l’instauration de la paix française, il n’y avait plus de vols légitimes, et seulement en de très rares occasions, au début du XXè siècle, les vols ont pu être considérés comme un acte de résistance face à l’envahisseur. 
On doit distinguer, aujourd’hui, les vols inter-lignagers, qui s’effectuent généralement à petite échelle, et les vols qui relèvent du grand banditisme, réalisés par des hommes armés, capables de tuer s’ils rencontrent une résistance. 
Les vols inter-lignagers ont toujours existé et font partie des institutions de certaines ethnies. Ils avaient, et ont encore- fréquemment comme auteurs de jeunes hommes désireux de faire leurs preuves et d’affirmer leur virilité et leur courage aux yeux de leur entourage. Il s’agit alors de vols pratiqués quand l’occasion s’en présente (on découvre un beau bœuf non gardé au hasard d’un déplacement) ou pour faire face à un soudain besoin d’argent. 
Dans un autre cas, ce type de vol n’est qu’une façon de régler un contentieux ancien entre deux lignages, les vols dans un sens appelant, en représailles, les vols dans l’autre sens. Ou tout simplement du désir de nuire à un adversaire, à un personnage que l’on jalouse, ou dont on a eu à se plaindre… Les bœufs sont alors volés en très petits nombre; ils sont abattus et partiellement dévorés à la hâte ou, mieux, quand cela est possible, confiés à un intermédiaire clandestin : ils ne peuvent grossir le troupeau du voleur, qui ne souhaite évidemment pas être découvert.
Voir : AOMBE 2 « Le bœuf et le riz dans la vie économique et sociale Sakalava de la vallée de la Maharivo » Era 1989 Emmanuel Fauroux Editeur Scientifique »

 Un zébu avant le vol

Le même zébu après être découpé en morceaux à la hache prêt à la vente


 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>