Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le paradis à Madagascar

Le lis zéphir rose ou  lis de la pluie.

31 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #FLEURS-PLANTES

J’ai eu la joie de découvrir après une bonne pluie nocturne ces belles fleurettes de couleur rose avec leur petite gorge blanche d’où sortent des étamines jaunes. Ce sont des fleurs rustiques et on n’a nul besoin de s’en occuper car elles possèdent des bulbes et ces fleurettes sont assez rustiques. On les trouve même à l’état sauvage ici à Madagascar.

C’est voir la vie en rose, quand la brousse s’éveille et qu’à l’ombre d’un grand Eucalyptus au milieu de l’herbe on peut s’émerveiller devant ces petites touches de couleur rose. Les toulous (Coucal de Madagascar) font entendre leur coucoulements, les abeilles bourdonnent autour des buissons de baies roses et des fleurs d’Acacia auriculiformis.

Que demander de plus à la vie quand on a la chance de pouvoir vivre dans un paradis sur terre. D’autant que c’est actuellement la saison des gaves qui sont les fruits sucrés du Psidium cattleianum qu’il suffit de cueillir au passage dans les nombreux buissons sauvages.

Zephyranthes rosea

Lire la suite

Miam miam !

30 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CUISINE

Je me suis procuré dernièrement quelques kg de farine de blé dur et naturellement ma divine Sergine qui excelle dans la cuisine nous a mijoté une tourte fourrée avec de la chair de camarons hachés menu qui sont de grosses crevettes roses de Madagascar pêchées à la pirogue dans l’océan indien à un jet de pierre de la résidence où nous habitons.

Elle n’a pas voulu dévoiler les autres ingrédients qu’elle a ajouté à la farce mais en tout cas ce n’était pas une plaisanterie car tout le monde a regretté que la tourte ne soit pas plus grande et qu’on n’a pas pu la partager en de plus gros quartiers. Bien entendu il y avait aussi de la salade verte et autres crudités en accompagnement et si je suis sage elle a promis de réitérer son exploit.

Ah oui vraiment , Madagascar est le paradis sur terre pour les vieux retraités français qui ne craignent pas les pandémies et qui ne sont pas masqués du matin au soir sous peine de récolter une amende salée.

 

Lire la suite

De l'eau dans les jambes

29 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #BLAGUES

Une petite histoire drôle d’un vieux monsieur qui se plaint d’être revenu de chez son médecin qui lui a diagnostiqué de l’eau dans les jambes.

Le vieux monsieur réfléchit puis il se dit :

«  J’ai bu chaque jour de ma vie du Schnaps avec mon café du matin, de la bière pendant la matinée, un apéro avant le déjeuner, du vin en mangeant à table, un digestif après le repas puis encore de la bière car les après-midi son longs et on a soif et je ne parlerais pas du repas du soir ou encore quand on avait des invités et que l’alcool coulait à flots.

Donc l’eau que j’ai dans les jambes ne peut provenir que du fait que je me brossais les dents chaque jour et que je me rinçais la bouche avec de l’eau  ».

 

Lire la suite

Enfer des pauvres et paradis des riches...

26 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #LA VIE A MADAGASCAR

"C'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches" selon Victor Hugo dans l’Homme qui rit.

Pour certains malgaches pouvoir se payer une portion de vache qui rit est déjà le paradis car pour gagner sa croûte il faut affronter par exemple les éléments déchainés de l'océan Indien en découpant un vieux rafiot en ferraille échoué sur la plage avec un marteau et un burin en affrontant les vagues rageuse qui déferlent sur cet amas de ferraille..

De nos jours où le moindre clou est coupé avec une tronçonneuse on ne s’imagine même pas ce que c’est que de vraiment gagner sa vie en travaillant sans machine-outil. Et pourtant à Madagascar c’est chose courante que de couper de la ferraille en se servant d’un marteau et d’un burin.

Ici on connait la valeur du travail et on ne s’imagine même pas qu’on puisse travailler de façon différente car certaines personnes ne savent même pas ce que c’est qu’une machine électrique.

Maintes fois j’ai pu assister à la vison d’un travail harassant sous un soleil de plomb. Bien entendu pour nous qui ne sommes pas habitués à voir ce genre de travail cela parait invraisemblable mais ici à Madagascar il faut savoir qu’on n’attend pas une aide de l’état pour aller chercher son argent à la banque. Ici on vit au jour le jour et on ne sait pas ce que la marmite contiendra le lendemain. Peu de personnes peuvent compter sur un salaire en fin de mois et comme 90% du travail est dans l’informel, il n’y a naturellement aucune couverture sociale et quand on tombe malade, on ne mange pas si la famille ne vient pas en aide.

Il faut savoir qu’à Madagascar neuf personnes sur dix travaillent dans l’informel dont les trois quart sont dans le secteur agricole, donc non déclaré et sans couverture sociale. Ici on ne sait même pas ce que c’est que les congés payés et les chômeur ne savent pas ce que c’est que des indemnités de chômage.

Mais ils sont libres d’entreprendre sans demander trente six permissions, trente six autorisations, trente six conditions et autres interdits comme en occident. Bien sûr que cela engendre souvent des situations un peu rocambolesques ou encore des constructions légèrement hors normes. Mais après tout si on n’empiète pas sur les libertés de l’autre on arrive à vivre en communauté.

 

Lire la suite

Fruit de la passion, un délice des dieux.

25 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #FRUITS

Sous la frondaison des arbres de ma mini jungle les lianes des fruits de la passion on créé un genre de tunnel et au plafond de ce tunnel pendent de délicieux fruits de la passion.

Quand on ramasse beaucoup de ces fruits qui sont tombés la nuit, on en fait un délicieux jus naturel et quand on n’en trouve qu’un ou deux, on les coupe au milieu et on déguste la chair juteuse et sucrée à souhaits.

Pour avoir de nouvelles lianes productrices de ces fruits, il suffit de jeter quelques graines près des broussailles ou des arbres afin que les lianes puissent s’accrocher. On peut également palisser les plants pour faire une culture intensive, mais pour ma part, je préfère de loin laisser faire la nature et ne pas commencer à vouloir produire un maximum de fruits d’une espèce au dépends d’autres espèces.

Toutefois, la forme des fruits qui poussent chez moi sont de couleur jaune et les fleurs sont autostériles c'est-à-dire qu’il faut plusieurs pieds  afin que les insectes puissent féconder les fleurs avec du pollen provenant d’autres pieds. La pollinisation croisée est obligatoire

Donc quand je savoure un fruit, je laisse toujours deux ou trois graines dans l’écorce du fruit et je le jette au hasard dans les broussailles afin qu’elles puissent germer, ce qui est fréquemment le cas s’il y a un peu d’humus et d’humidité.

Au soir de ma vie, je me contente de ce que la nature veut bien m’offrir et en aucun cas je ne me prendrai au jeu de vouloir produire plus que ce que j’ai besoin. Bien entendu, je ne suis pas capable de manger tous les avocats qui pendent aux branches d’un de mes avocatiers actuellement mais j’ai surpris ces jours-ci un chien errant qui est venu dévorer un gros avocat d’au moins un demi-kilo. Mais si j’arrive avant le chien je ramasse les avocats et je les distribue à ceux qui en veulent.

Passiflora edulis f. flavicarpa est son binôme

Lire la suite

Un magnifique champignon blanc

24 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Sur une branche pourrie d’un laurier rose j’ai eu la surprise de découvrir un champignon qui ne répond pas à des critères assez convainquant pour le déterminer d’une façon claire et nette car s’il ressemble à un autre champignon connu, il n’en a pas vraiment l’apparence. En effet les champignons de la même espèce peuvent prendre la plupart du temps des formes différentes mais il y a des caractères communs qui les distinguent.

Ce champignon dont j’ai trouvé deux exemplaires possède  un anneau très marqué sur le pied et qui me ferait penser à une mini-jupe des années soixante. J’ai eu beau chercher,  je n’ai rien trouvé de semblable dans la littérature.

Donc il se pourrait que ce soit une espèce qui n’a pas encore été décrite et j’aimerai tant lui donner un binôme sachant toutefois qu’il s’agit d’une espèce qui entre dans la famille des Lentinus ou assimilés.

Si j’avais le pouvoir de le décrire microscopiquement car on y découvre des caractères qui sont plus probants que la macroscopie et si j’étais en savoir de faire une description latine afin de faire valider un binôme, je l’appellerai Lentinus brevi habitu qu’on pourrait traduire par Lentin à robe courte.

Sachant que Madagascar est le pays par excellence de l’endémisme autant floristique que faunistique, rien ne serait étonnant que de nouvelles espèces non découvertes au monde puissent y évoluer.

 

 

Lire la suite

Une mignonne petite boule de piquants.

23 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #ANIMAUX

Hier en me promenant près de mon bassin non loin de ma petite jungle j’ai vu quelque chose qui flottait à la surface de l’eau et quand je me suis approché j’ai constaté que c’était un petit Tenrec, un animal qui ressemble à un hérisson mais qui n’est pas de la famille des hérissons malgré qu’il soit couvert de piquants comme les hérissons. C’est une espèce endémique de Madagascar qui a été importé naturellement dans les îles voisines car certaines personnes consomment la chair de cet animal.

Naturellement l’animal était mort noyé. J’ai donc prospecté les alentours et j’ai découvert un autre petit Tenrec que j’ai délicatement capturé pour le soumettre à une série de photos et je suis allé le déposer loin du bassin près de mes clapiers à lapins où il pourra venir se réfugier bien à l’abri de la pluie et où il trouvera assez de fruits et autres insectes à manger et surtout où il sera éloigné du bassin malgré que les pentes ne soient pas trop abruptes afin que les animaux puissent tranquillement venir s’abreuver. Malheureusement comme l’herbe à couvert une partie du bord du bassin, certainement qu’il est resté accroché avec ses piquants dans cette herbe et qu’il n’a pas trouvé prise pour se sortir de ce piège.

Sachant que dans de bonnes conditions une femelle peut donner naissance jusqu’à une trentaine de petits en une fois, je vais donc entreprendre des prospections plus assidues pour essayer de sauver d’autres petits qui s’égareraient de ce côté du bassin. Naturellement j’ai nettoyé les abords du bassin afin d’éviter que d’autres petits se fassent prendre dans ce piège mortel.

Tenrec ecaudatus est son binôme

Lire la suite

Sous mon acacia je dormais heureux…

22 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #FLEURS-PLANTES

Juste en face de la fenêtre de ma chambre à coucher pousse un bel arbre qui est actuellement en fleurs. Il s’agit d’un acacia apparenté au mimosa sauf que ses belles fleurs jaunes au lieu d’être des pompons comme chez les mimosas sont des inflorescences allongées et c’est le festival tous les matins avec des insectes bourdonnants qui viennent se gaver du nectar de ces fleurs parfumées qui m’enivre à chaque fois que je viens me reposer sous mon arbre.

La particularité de cet acacia c’est que ses gousses se tortillent pour ressembler à des oreilles d’où son binôme : acacia auriculiformis, (en forme d’oreille).

En plus de donner de l’ombre, cet arbre avec ses nombreuses feuilles qui tombent au sol forment une couche superficielle d’humus car le sable du sol n’est pas vraiment nourrissant pour les plantes par contre cet arbre pousse même sur des sols très pauvres et je suis obligé constamment d’arracher des jeunes pousses si je ne veux pas être envahi et que cela devienne une forêt qui m’empêcherai de sortir de chez moi. Bien entendu, dans les endroits qui ne sont pas encore planté par d’autres espèces je laisse faire la nature car cet arbre pousse à une vitesse incroyable, et en milieu favorable cet arbre peut atteindre une hauteur de 10 mètres en cinq ans. Soit une poussée de dix à vingt cm par mois.

Mais ce qui est très intéressant pour moi c’est que les lapins mangent également les feuilles de cet arbre, ce qui fait que lorsque je n’ai plus assez d’herbe pour les nourrir il suffit de leur offrir une petite branche garnie de feuilles pour les rassasier ponctuellement.

 

Lire la suite

Un bon repas équilibré ?

19 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CUISINE

Bien entendu si on veut faire un bon repas équilibré il ne faut pas courir au supermarché et mettre dans son caddie des repas préparés ou des conserves dont on ne connait même pas la provenance et il en va de même des légumes frais qu’on trouve parfois dans les rayons bios car souvent le mal est fait et les traitements qui ont été faits par le passé restent dans la terre pour une certaine période. Enfin c’est ce que je pense et je laisse le soin de croire aux autres ce qu’ils veulent.

Je pense que pour faire un bon repas équilibré, il faut simplement consommer des aliments différents afin d’apporter à l’organisme le maximum de bienfaits.

Ici a Madagascar on a la chance de pouvoir manger toute l’année des produits issus de la région, que ce soit du poisson, de la volaille des lapins, des œufs, des légumes, des fruits en abondance et naturellement des produits laitiers yaourts et autres qu’on confectionne nous-mêmes mais cela n'est pas exhaustif car on trouve bien plus de choses comestibles ici qu'en France.

Sachant que les cuissons détériorent les vitamines, il est préférable de manger certains aliments crus, mais bien entendu, il est difficile voire impossible de manger des pommes de terre ou du riz cru. Mais on peut très bien manger des crudités comme de la salade verte, des carottes râpées, des tomates et autres, parsemé de persil, ail et oignons crus selon les goûts de chacun. Bien entendu si on ne veut pas avoir une haleine de chacal il vaut éviter de manger une tête d’ail ou un oignon entier. Par contre le jus de quelques rondelles de citrons ne pourra faire que du bien.

D’autant que certains fruits que je mange toujours crus, tout comme la majorité des personnes, sont accessibles toute l’année come les bananes mais à part pour réaliser un canard à l’orange, il ne me viendrait pas à l’idée de ne manger que des oranges, bananes, avocats et autre fruit en leur faisant subir une cuisson. Bien entendu je privilégie également les épices qui ne manquent pas ici à Madagascar car je produit déjà mon poivre vert, mes baies roses et autres herbes. Et bien entendu, il faut aussi de la matière grasse. Donc je privilégie d’assaisonner mes crudités avec de l’huile d’olive extra vierge qui coûte un bras mais quand on aime on ne compte pas dit le proverbe.

Bien entendu il n’est pas défendu de se faire de petits plaisir et de préférer manger ses galettes de poisson aux persil, ail, oignons, curcuma, gingembre et autres secrets frits dans un minimum d’huile.

 

Lire la suite

Savez-vous planter du riz…

18 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #FLEURS-PLANTES

Oui, peut-être partout au monde des hommes sèment du riz, sauf à Madagascar. En effet pour nourrir ma centaine de léporidés j’ai soumis l’idée de semer du riz dans une parcelle de terre près de la maison. Sauf qu’à Madagascar si les hommes sèment du riz « ça pousse pas » telle est la réponse de ma divine Sergine qui en sait bien plus que moi concernant les us et coutumes de Madagascar.

Quand j’ai voulu demander la raison pourquoi la main de l’homme ne pourrait pas faire pousser du riz en semant les grains. Pour toute réponse elle m’a répondu, que c’était un travail de femme. J’ai été dans l’obligation de me contenter de cette réponse au risque de mécontenter ma divine Sergine qui a donc engagé une femme qui est venue avec son gamin, et qui munie d’un bâton a fait un trou à côté de l’autre pour y enfouir ces précieuses graines de riz « sauvage » qui n’a pas encore subit les affres d’une manipulation génétique.

Ainsi dans certains pays les vendeurs de graines qui font tout ce qu’ils peuvent pour que plus personne ne puisse faire pousser les graines issues de leurs plantes n’ont pas jugé rentable de faire de la manipulation et j’ai l’heureux privilège d’avoir trouvé à Madagascar un pays où ces apprentis sorciers qui sont devenus des lobbies internationaux n’ont pas encore pris la peine de venir avec leur mains griffues avides de faire de l’argent au détriment de l’être humain… mais pour combien de temps encore ?

 

Lire la suite

La vie ordinaire des gentilés de la brousse à Madagascar

16 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #LA VIE A MADAGASCAR

Dans la brousse à Madagascar, personne n’a d’eau courante au robinet et souvent il n’y a pas de puits non plus. D’ailleurs à quoi servirait un puits là où il y a autant d’eau qu’on le désire ?

Donc en face de chez moi il y a une vallée qui se remplit au fur et à mesure des pluies nocturnes et cette étendue d’eau sert autant aux gamins pour aller à la pêche que pour les adultes s’y tremper leur derrière ou se laver les dents que pour y laver le linge ou y faire la vaisselle.

C’est bien plus pratique que de tirer de l’eau avec une corde et un seau d’un puits.

Donc tous les matins, c’est le défilé, et les uns après les autres viennent du village situé à quelques centaines de mètres  barboter dans cette eau qui en même temps est très poissonneuse puisque les enfants viennent y pêcher de la blanchaille avec des cannes à pêche bricolées par leurs soins ou alors avec des bouts de moustiquaire qui leurs servent de filets. Souvent, les enfants repartent avec assez de poissons pour agrémenter d’un peu de protéines animales le repas de midi.

Nombreux sont ceux qui ne peuvent pas se permettre d’acheter du charbon de bois et qui vont simplement chercher du bois dans les broussailles afin de pouvoir alimenter le feu qui sert à faire cuire le riz qui colle au fond de la marmite en aluminium.

D’autres un peu plus fortuné se servent du fatapera un petit fourneau en tôle prévu pour brûler du charbon de bois. Souvent il flotte dans l’air une odeur de riz brûlé qui va servir à préparer une boisson que de nombreuse personnes ont l’habitude de boire en accompagnement de leur repas.

Les gens vivent de peu, et s’il y a des personnes, surtout des hommes, qui essayent de noyer leurs conditions de vie dans le tokagasy qui est une boisson fortement alcoolisée.

En général les gens rient, et discutent longuement entre eux et parfois ils chantent même et ils ont l'air d'être content de leur sort car ce qu’on ne connait pas, ne peut leur manquer en aucun cas.

 

Lire la suite

La torche enflammée.

15 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #FLEURS-PLANTES

Chez moi, ici sur la côte-Est de Madagascar, près de la maison pousse une plante sans pied qui pousse aussi bien entre les fourches d’un arbre que par terre lorsqu’on la jette dans un coin car cette plante épiphyte « vit de l’air du temps » … Ainsi comme ses feuilles forment un récipient au milieu de la plante, elle y retient l’eau et les débris organiques ainsi que les insectes qui sont digérés par la plante.

Bien entendu la plante étant sensible à la sécheresse, il faut la mettre dans un endroit ombragé de préférence. Les fleurs ressemblent à une flamme rouge et rose avec des pointes de couleur bleue et jaune qui sortent  du milieu de la plante. Cette plante ne nécessite aucun soin particulier ici sous les tropiques et ses feuilles dures résistent bien à la sécheresse également quand elle est bien ombragée.

Elle pousse mieux naturellement sur un tas de terreau ou dans un sol riche en humus humide mais elle peut également pousser sur des rochers, ou sur les arbres. Et il est très facile de reproduire cette plante en divisant ses rejets.

Bilbergia pyramidalis est son binôme.

Lire la suite

Les vrais miels et les faux miels.

12 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CUISINE

Ma femme qui ne me veut que du bien a acheté au marché local un litre de miel pour la somme d’environs 4 € le litre.

Moi qui ai mangé du vrai miel à la cuillère quand j’étais petit je m’étonnais de la valeur gustative exécrable du miel qu’on trouve ici car il est liquide au lieu d’être crémeux ou aggloméré.

Donc comment savoir si on est en présence d’un vrai miel ou d’un faux miel ?

C’est très facile :

Il suffit d’allumer une allumette et d’essayer de brûler un peu de miel. Si ça flambe c’est que c’est du miel pur et qu’il n’y a pas eu d’ajout d’eau.

Si on met un peu de miel dans de l’eau et si on y ajoute quelques gouttes d’iode et si la couleur varie au bleu c’est que le miel a été frelaté avec de l’amidon ou de la farine.

Encore plus simple, vous prenez un morceau de pain et vous le trempez dans du miel si au bout de dix minutes le pain aura durci c’est que le miel est pur s’il y a beaucoup d’eau dans le miel le pain deviendra mou.

D’après les infos que j’ai pu recueillir, de nombreux miels qu’on trouve sur les rayons des supermarchés sont des miels impurs ou faux miels.

En effet certains miels sont simplement des miels qui ne proviennent pas des abeilles mais sont des sirops de sucres agrémentés d’autres produits afin de tromper le consommateur tel que du glucose, du dextrose, de la mélasse, du sirop de sucre, du sirop de maïs, de la farine, de l’amidon etc. Dans les usines on fabrique n’importe quoi pourvu que cela rapporte de l’argent.

D’autant qu’avec les pesticides employés massivement, ont ne sait jamais si le miel est vraiment bio ou non.

Encore quelques trucs pour savoir si vous avez affaire à du vrai miel ou du faux miel car le vrai miel ne colle pas si on le frotte entre ses doigts alors que le faux miel a tendance à coller à cause du pourcentage élevé d’édulcorants et autres.

Le vrai miel est très épais et ne coule pas comme le faux miel.

Si vous chauffez du vrai miel il caramélise rapidement sans créer de la mousse contrairement au faux miel.

Cette énumération concernant les vais et faux miels n’est naturellement pas exhaustive car il existe bien d’autres méthodes pour reconnaitre un vrai miel d’un faux miel. Mais comme la production française couvre à peine un quart de la consommation, il est évident que les industriels en profitent pour fabriquer leurs miels à toutes les sauces et parfums inimaginables car l’homme est devenu un être avide de s’enrichir au dépend de ses semblables.

Et naturellement vous l’aurez deviné ce sont les chinois qui sont passé maître pour fabriquer des miels qui n’ont jamais vu la moindre abeille et qui inondent la planète avec leurs faux miels.

https://magazine.laruchequiditoui.fr/miel-industriel-le-gros-enfumage/

 

 

Lire la suite

Champignon ou corail ?

11 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

La nature dans sa diversité crée des formes, des couleurs, des senteurs, des saveurs et autres éléments spectaculaires qui nous laissent rêveur.

Ainsi j’ai découvert dans ma mini-jungle après de fortes pluies nocturnes des champignons qui ressemblent à du corail ; ils sont plutôt flexueux ce qui n’est pas vraiment l’apanage des champignons dits « comestibles » à moins de vouloir les mâchouiller en guise de chewing-gum.

Ces champignons se nourrissent de bois en décomposition et participent à la transformation de la matière organique pour la transformer en humus.

L’odeur de ces champignons est assez forte mais je ne pourrai pas dire à quoi cela me fait penser d’autre qu’à une sorte de cuir. Mais n’ayant pas le nez assez fin pour dire de quel cuir il pourrait s’agir, je préfère laisser l’imagination de chacun y voir le cuir qu’il veut.

Partant d’un pied, le champignon se divise en plusieurs branches qui se terminent par des sortes de spatules. Il y a une vague ressemblances avec certaines Clavulina mais je n’ai pas trouvé d’espèces qui ressemblent vraiment à ce champignon.

Donc s’il y a un mycologue dans la salle, je lui serait gré de bien vouloir me donner son avis afin que je puisse le partager avec les lecteurs curieux de nature.

 

Lire la suite

La Fabrique du Désarroi: L'Histoire d'une Esclave de la Recherche

10 Mars 2021 , Rédigé par ALEA EXIL Publié dans #LECTURE

Il est des personnes qui, malgré leur fierté, leur capacités intellectuelles, leur soif de justice, leur rigueur morale et spirituelle, ne parviennent pas à s'intégrer dans la société d'aujourd'hui Pourtant, en des époques passées et pourquoi pas futures (il faut toujours garder espoir), elles auraient été l'élite de leur contemporains et se retrouvent parias, laissées pour compte de leur époque.
Ceci est le parcours de vie d'une intellectuelle à la sensibilité exacerbée qui, malgré tous ses efforts ne parvient pas à se faire une place.
Son style à l'humour caustique et décapant vous arrache le rire derrière le désespoir qu'il sous-tend.
C'est un règlement de compte en bonne et due forme , même avec ses proches. 
C'est l'exorcisme d'une insondable et infinie souffrance.
On est très mauvais juge lorsqu'on est directement impliqué.

 

 
Lire la suite

La pomme et sa noix.

10 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #FRUITS

Quand la pomme tombe au pied de l’arbre la noix de cajou n’est jamais loin. Sera mon proverbe du jour.

En effet, lors d’une ronde dans ma mini jungle j’ai trouvé tôt le matin plusieurs pommes de cajou avec leur noix attachée en dessous. En fait de pommes, ces fruits ou pseudo-fruits ressembleraient plutôt à des poires.

Si  ce « fruit » peut se manger cru, je trouve son goût sucré mais légèrement acerbe tout de même et je n’en mangerai pas un panier plein car la chair du fruit est très fibreuse. Par contre la noix de cajou quand elle, torréfiée elle est délicieuse.

Cette pomme de cajou contiendrait beaucoup de vitamines C peut-on lire sur Internet. Et la noix après torréfaction est souvent mangée en tant qu’amuse bouche.

Ce qui m’a le plus amusé concernant ce fruit de l’anacardier

( Anacardium occidentale ) C’est la description qu’en rapporte un explorateur André Thévet qui a décrit le fruit comme tel :

 

« Acaïous, portans fruits gros comme le poin, en forme d’œuf d’oye. Aucuns en font certain bruvage, combien que le fruit de soy n’est bon à manger, retirant un goust d’une corme demy mure. Au bout de ce fruit vient une espèce de noix grosse come un marron, en forme de rognon de lievre. Quant au noyau qui est dedans, il est tres bon à manger, pourveu qu’il est passé legerement par le feu. L’écorce est toute pleine d’huile, fort aspre au goust… » (Singularitez, 1557).

 

Sa sent vraiment le bon français parlé au temps du roi François Ier  à qui on attribua la paternité d’un développement important des arts et des lettres en France.

 

Lire la suite

Un insecte rare et noble. 

8 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #INSECTES

En début de cette année, j’ai découvert dans mes plantations un insecte peu ordinaire, déjà par sa couleur rouge-orange avec des bandes noires. Il étonne par son allure de locomotive qui traine un wagon derrière lui car je pensais d’abord que c’était deux insectes collés l’un à l’autre en train de copuler mais en fait ce n’était qu’un seul insecte de la famille des coléoptères, insectes qui possèdent un exosquelette c'est-à-dire qui sont pourvu d’un blindage externe rigide.

J’ai envoyé mes trois photos au site Galerie du monde des insectes et c’est deux mois plus tard que je viens de recevoir une réponse à mon questionnement concernant cet insecte et c’est une gentille dame Lysbeth d’Alys qui a validée le nom de cet insecte qui se nomme : Abiphis nobilis.

J’ai donc fait des recherches sur Internet et la seule indication que j’ai trouvé c’est qu’un seul exemplaire de cet insecte est épinglé au Royal Belgian Institute of Natural Sciences (RBINS). Comme cet insecte a également été découvert à Madagascar, il se pourrait que ce soit une espèce endémique. D’autant que je n’ai trouvé nulle part ailleurs des renseignements concernant cet insecte.

Il va de soi que si cet insecte qui a posé pour les photos était un peu intimidé, il a repris allègrement sa route après la séance photo à partir de l'endroit exact où je l'avais trouvé afin qu'il ne soit pas dépaysé et naturellement je l'ai remercié pour sa prestation. S'il ne m'a pas répondu c'est peut-être simplement parce que nous ne parlons pas la même langue.

Cela me fait vraiment plaisir de pouvoir apporter ma modeste contribution à la connaissance des espèces faunistiques et floristiques de Madagascar que je découvre au fur et à mesure du temps qui passe.

Il a rentré toutes ses griffes et autres pour la photo du ventre.

Lire la suite

L'arbre qui sauve des vies.

6 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #FLEURS-PLANTES

Arbre de vie, arbre aux miracles

(Moringa oleifera), On ne tari plus d’éloge pour cet arbre qui peut sauver des vies humaines. En effet cet arbre est vivement conseillé pour lutter contre la malnutrition car non seulement sa consommation est conseillé pour pallier la carence en vitamines A car elle contient quatre fois plus de vitamine A que la carotte mais sa consommation aurait également un apport sept fois plus élevé en vitamines C que les oranges. Trois fois plus de potassium que les bananes, quatre fois plus de calcium que le lait sans compter que cette plante possède 37% de matières grasses. Que demande le peuple à part du pain et des jeux du cirque après avoir planté une forêt de ces arbres.

Dernièrement c’est la première Dame de Madagascar elle-même qui a pris sa bêche pour donner l’exemple pour planter ces arbres qui pourront sauver de nombreux enfants de la malnutrition qui rôde dans le sud de la Grande île. C'est grâce à un petit article dans les infos qui me parviennent quotidiennement que j'ai réalisé que je possédais un spécimen de cet arbre près de ma maison d'habitation.

Quand je me baladais sur les marchés je voyait bien ces feuilles qui étaient vendues sur les étals des gens de la brousse et je pensais naïvement que  les gens n’ayant pas les moyens de se payer des mets de choix étaient obligés de manger des feuilles d’arbres. A présent je me rends compte de mon ignorance car ces feuilles sont comme une manne qui donne bien plus éléments nutritifs que nos salades vertes ou nos épinards et autres frites au ketchup-mayo.

Je sais désormais que j’ai un autre chalenge à accomplir c’est de multiplier cet arbres autant que je le peux car si je ne suis pas en mesure de rallier la population à mon panache blanc, ni à leur offrir la poule au pot, je pourrai peut-être contribuer selon mes moyen à disséminer les graines de cet arbre de vie.

 

Moringa oleifera est son binôme.

Lire la suite

Contributions à la connaissance de la flore de la côte-Est de Madagascar

5 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #FLEURS-PLANTES

Connaissiez-vous la Danielle ensifoliée ? Ensifolius venant du latin « à feuilles en forme d‘épée ». Le nom générique Dianella ferait référence à Diane, la déesse de la chasse.

Concernant les feuilles de cette plante qui est plutôt envahissante chez moi, et comme mes lapins n’apprécient pas vraiment les feuilles de cette plante je limite son aire de croissance afin de pouvoir diversifier au maximum avec d’autres espèces de plantes.

On ne connait pas vraiment l’origine de cette plante qui est assez répandue dans certains pays chauds de l’hémisphère sud de l’océan indien et au-delà.

Les fleurs de cette plante ressemblent vaguement aux fleurs des plants de pomme de terre avec des pétales bleues et le centre jaune. Les fruits dont les graines sont éparpillées par les oiseaux, offrent une belle couleur bleue brillante, peu commune chez les fruits.

Des éléments de la plante seraient utilisée en médecine pour divers traitements et ce qui est intéressant de noter également, c’est que la racine de cette plante pillée, mélangée à du riz pourrait être torréfié et être utilisé par la suite comme poison contre les rongeurs.

 

Lire la suite

Une langouste livrée par une crevette.

3 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #POISSONS-FRUITS DE MER

Hier comme d’habitude la femme d’un pêcheur que mon fiston espiègle appelle Madame Crevette est venue jusqu'à notre portail avec sa marmite en plastique sur la tête en hélant « ohh dééé ! » . Elle nous proposait cent quatre vingt camarons (grosses crevettes roses) et une superbe langouste adulte.

Parfois cette femme de pêcheur en pirogue vient nous proposer de petites langoustes de moins de 20 cm et je refuse catégoriquement car si on veut préserver cette richesse il faut laisser le temps aux espèces de se reproduire et je ne manque pas de leur expliquer pourquoi je refuse d’acheter des espèces qui ne sont pas encore adultes..

Bien entendu la pêche à la langouste est défendue au mois de novembre et décembre afin de permettre la ponte. Et comme ces richesses halieutiques font vivre beaucoup de familles le long des cotes de Madagascar, je leur achète régulièrement le fruit de leur pêche car actuellement avec les restaurants qui n’accueillent plus de touristes la vie est devenue très difficile pour les gentilés.

Comme nous adorons manger des fruits de mer et du poisson, nous n’achetons pratiquement jamais de viande de bovin ou de porc car je trouve qu’on peut tirer plus de bénéfices d’une terre en produisant des fruits et légumes plutôt qu’en laissant raser des surfaces immenses par des bovins. Quant à la viande de porc, j’ai renoncé définitivement à en manger car je trouve que c’est une viande trop grasse et peut-être même cancérogène selon certaines sources.

Comme mes deux parents sont décédés à cause d’un cancer, j’essaye d’éviter au maximum de suivre leur exemple en ne mangeant plus de produits transformés comme des saucisses et autres cochonneries grillées au barbecue. D’ailleurs je n’ai jamais vraiment suivi le troupeau d’un certain Panurge et à ce jour cela m’a plutôt bien réussi.

 

Lire la suite

Une plante envahissante et qui pue.

2 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #FLEURS-PLANTES

J’ai bien essayé de faire manger les feuilles de cette plante à mes lapins qui m’ont regardé d’un drôle d’air comme pour me demander si je ne voulais pas les empoisonner avec cette plante à odeur désagréable.

Cette plante a été introduite dans de nombreuses régions au monde où elle s’est naturalisée et elle est considérée comme plante envahissante. En effet cette plante se contente de friches, de bords de route et des chemins ou terrains vagues pour pousser et se multiplier.

Mais comme les fleurs de cette plante attirent beaucoup d’abeilles et de papillon, je la laisse se développer à condition qu’elle ne nuise pas à d’autres plantes en  prenant leur place car je suis pour la biodiversité à condition qu’il n’y ait pas une espèce qui se développe au détriment des autres.

Cette plante atteint chez moi environs 80 cm de haut et ses feuilles sont dentelée, ce qui les fait ressembler à des feuilles de chanvre mais sans aucun rapport avec cette plante tant appréciée par certains fumeurs de marijuana (la plante qui enivre selon les mexicains).

Turnera ulmifolia est son binôme

Lire la suite

A cœur vaillant rien d’impossible.

1 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #REFLEXIONS

Tel est l’adage qui veut dire que quand on veut on peut. Bien entendu en Europe et ailleurs au monde on dispose de machines et qu’il suffit d’appuyer sur un bouton pour qu’un seul homme puisse soulever des tonnes pendant que dix autres sont obligés de rester assis sur leur canapé en regardant béatement pendant des jours entiers 22 joueurs courir derrière un ballon.

Si c’est ça ce que veulent nous imposer les mamamouchis du progrès, alors c’est à s’arracher les cheveux car ce n’est pas pour ne rien faire que l’homme s’élèvera dans son estime. Recevoir de l’argent à la fin du mois sans bouger le petit doigt n’anoblit pas son homme d’après moi car s’il est obligé de courir tous les jours ou d’aller « bodybuldiner » pour entretenir ses muscles c’est vraiment du gâchis.

A Madagascar et ailleurs au monde il faut encore se décarcasser pour gagner sa croute, et parfois en étant exploité par ceux qui ont déjà plus qu’ils ont besoin pour vivre. Nous vivons vraiment dans un monde inégal où les uns se repaissent honteusement des efforts des autres car si on considère que des richesses naturelles sont payées des clopinettes et revendues au prix fort dans d’autres pays qui profitent d’un système inégalitaire, cela me révolte.

Bien entendu on va aider les pays pauvres… à rester pauvre afin d’en profiter au maximum. On va leur refiler ce qu’on ne veut plus chez nous, un peu comme les premiers colons qui ont débarqués dans les terres inconnues et on offert de la verroterie en échange d’or et autres richesses.

Mais l’homme étant le plus grand prédateur que la terre ait connu, il faut bien vivre comme lui si on ne veut pas être rejeté par ses semblables. Alors pitié, je vous demanderai de pardonner mes errances qui ne sont pas digne d’un humain qui se respecte… ou pas ?

A Madagascar on connait encore la valeur du travail.

Lire la suite