Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le paradis à Madagascar

mesaventures

Déplacement sur la côte Est de Madagascar

20 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #MESAVENTURES

Cela fait maintenant plus de dix ans que j'ai décidé sur un coup de tête de m'installer sur la côte-Est de Madagascar entre l'océan Indien et le canal des Pangalanes. Et quand j'ai quelque chose dans la tête je ne l'ai pas ailleurs disait ma mère car elle regrettait souvent amèrement d'avoir eu un fils aussi têtu et déterminé que moi.... (mais j'ai mis de l'eau dans mon vin depuis ce temps là, comme le dit l'adage).
Le jour du départ est arrivé et mon bateau est sur la remorque accrochée au 4x4 et le quad est dans le bateau. Ce qui m’offre trois modes de locomotion dont un sur l’eau quand je serai arrivé près du canal des Pangalanes, souvenir de la colonisation. 
En effet, les français ont fait creuser ce canal reliant les lagunes situées le long d’une partie de la côte Est pour éviter de transiter par la terre ferme entre les différentes lagunes. Il n’est pas aisé du tout de traverser des terres envahies soit par une végétation luxuriante soit par des zones humides, voire des marais où il est possible de tomber nez à nez avec un crocodile de quatre mètres de long. Il est encore moins aisé de longer en pirogue la côte de l’océan indien qui peut se montrer très fougueux et il faut être un pêcheur chevronné pour l’affronter dans les frêles pirogues.

En se déplaçant sur la terre ferme on a le risque de rencontrer un gentil crocodile.

En naviguant le long de la côte on a affaire aux vagues du fougueux océan Indien.

Il restait donc la navigation sur le canal des Pangalanes avec ses eaux calmes. Canal creusé pendant la colonisation entre les différents lacs sur des centaines de km reliant les villages en bord de mer.

Lire la suite

C'était la dernière ligne droite avant le retour en France 

21 Septembre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #MESAVENTURES

Nous sommes la veille de Noël et toujours pas de piste sérieuse concernant mon voleur qui m'a dérobé mes économies.. 
Un des témoins qui avait été convoqué par la police a pris la fuite et cela retarde d’autant notre enquête (en fait, quand un prisonnier prend la fuite, cela sous-entend qu'il a réussi à charmer ses surveillants en leur offrant un "koli koli": pot de vin). 
Comme les prisons sont sursaturées et qu'il n'y a plus de place pour d'autres occupants, on s'arrange pour que les prisonniers puissent s'échapper… parfois… mais cela ne veut pas dire qu'on ne fait pas d'efforts pour améliorer la situation.
J’ai donc demandé qu’une nouvelle réquisition soit préparée et qu’on fasse un transfert de compétences au commissariat de la ville où se cache le voleur pour éviter des déplacements onéreux juste pour auditer un témoin en relation téléphonique avec notre voleur par exemple. 
Les fêtes de fin d’année vont retarder d’autant l’enquête et il ne me reste guère plus d’un mois avant de revenir en France, histoire de refaire un visa de trois mois, durée maximale si on n'est pas résident.. 
D'autre part, il vaut mieux ne pas faire l’expérience d'être enfermé dans une prison malgache où la famille est obligée d’apporter de la nourriture aux prisonnier pour empêcher qu’ils ne meure de faim… Donc je préfère être à ma place qu’à celle de mon voleur s’il se fait prendre. 
De toute façon, je ne m’attarderai pas trop chez moi en France où il doit faire froid et humide. 
Ici, c’est en fin d'année que le plus grand nombre de plantes fleurissent et où les fruits et légumes seront disponibles à profusion pour un prix ridicule.
D'autant que si les pensions n'augmentent plus depuis un bail en France, vu que le cours de l'ariary, qui est la monnaie malgache a perdu énormément de sa valeur depuis que je suis résident dans le pays, et de ce fait, même si la vie augmente, le niveau de vie d'un français actuellement à Madagascar est beaucoup plus avantageux grâce au change.

Non ce n'est pas la porte d'entrée d'une prison… et à l'heure actuelle on n'emploie plus de pierre roulante pour obstruer un passage comme sur la photo.

Ici à l'heure actuelle, on a des cadenas chinois pour interdire l'entrée ou la sortie et qui sont la parfaite imitation des cadenas qu'on trouve en France sauf que les cadenas d'ici ne fonctionnent pas toujours très bien et certains peuvent se fermer mais on n'arrive plus à les ouvrir (les gentilés les appellent les "kadana")

Lire la suite

Il y a enquête et quête...

13 Septembre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #MESAVENTURES

Les jours se suivent et mes économies fondent sous le soleil sans que l’enquête ne nous apporte rien que de vains espoirs . 
Monsieur cent mille volts comme je surnomme l’un des enquêteurs qui semble être taillé dans du palissandre n’est pas prêt à céder au pessimisme. Il se dit prêt à suivre le voleur jusqu’en Amazonie si nécessaire.
Et ils ne font pas les choses à moitié mes deux enquêteurs car sous leur chemise ils portent à même la peau un étui avec de vrais pistolets chargés qu’ils sont fiers d’exhiber quand ils ont décidé de se payer un peu de bon temps en éclusant par exemple huit grandes bières à deux en moins d’une après-midi. 
Ceci à mes frais bien entendu, comme tout le reste d’ailleurs, hôtel, restaurants, frais de transport et même les unités de leurs téléphones portables. Je me sens obligé de leur faire la leçon et de les menacer d’arrêter de financer cette enquête sur le champ et de faire mon rapport au commissaire en rentrant s’ils persistaient dans leur comportement inqualifiable. Cela leur a donné une douche froide à tous les deux et ils m’ont supplié de leur pardonner et m’ont juré que cela ne se renouvellera plus. 
J’ai donc décidé que pour réduire les dépenses nous arrêtions de jouer aux flics américains et au lieu de nous promener en 4 x 4 en ville, nous effectuerons désormais nos trajets courts à pied et les autres en taxi-ville qui sont généralement de vieilles 4 L ou de mythiques 2 CV. 

Le sympatrique enquêteur qui jurait de poursuivre les voleurs jusqu'en Amazonie si nécessaire.
 

Lire la suite

Sous le soleil de Tuléar et sa région

11 Septembre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #MESAVENTURES

Après avoir bataillé et transpiré plus que nécessaire, nous voilà arrivés à bon port dans ce petit village au bord de la mer du canal du Mozambique. En parlant de village, je ne vois que quelques cabanes en bois et en matériaux naturels qui ne comptent qu’une pièce chacune. Mais si nous faisons connaissance avec la famille proche du voleur, pas de trace du voleur et sa famille nous avoue ne plus l’avoir vu depuis des lustres. Par contre la famille nous indique une autre piste plus proche de la mer qui est plus praticable pour le retour en ville.

Cette fois, c’est la végétation qui met à mal la peinture du véhicule car la piste est bordée d’épineux plus hauts que le véhicule et les branches fouettent celui-ci au point d’y tracer de longues éraflures. 
Nous arrivons enfin en ville afin d’y surveiller les boîtes de nuit et autres lieux de divertissement. Vers trois heures du matin, nous décidons d’aller prendre quelques heures de repos. Je m’affale sur le lit de l’hôtel en faisant tourner au maximum les pales du ventilateur et en ayant soin d’ajuster ma moustiquaire afin de ne pas laisser perturber mon sommeil par des insectes qui sont les animaux les plus dangereux de la grande Île car certaines espèces femelles d’anophèles véhiculent le parasite plasmodium qui provoque le paludisme.

Même avec tous les lézards, geckos et autres caméléons de toutes les couleurs très abondants dans la région et qui se nourrissent d’insectes, ces derniers sont très nombreux et souvent agaçants.

Pour me changer les idées afin de ne pas devenir triste et afin de chasser le mal-être qui pourrait s'installer au fond de moi , je me change les idées comme je le peux en admirant la nature, la faune et la flore et naturellement les conditions de vie des humains, leur manière de vivre etc.

Bien entendu il y a des gens heureux, il y a aussi ce fléau qu'est le paludisme qui est véhiculé par des moustiques du genre anophèles.

 Heureusement à Madagascar on trouve de nombreux prédateurs qui se nourrissent d'insectes afin de limiter leur nombre car si certain insectes pondent leur œufs dans l'eau stagnante et que les grenouilles, crapauds, poissons et autres en consomment pas mal,  il y a également de nombreux animaux terrestres qui en consomment journellement comme par exemple l'iguane à queue épineuse appelé également lézard de Madagascar(Oplurus cuvieri)

 Le caméléon géant de Madagascar qui est endémique peut mesurer jusqu'à 70 cm de long et comme tous les caméléons il peut tourner ses yeux globuleux indépendamment l'un de l'autre ce qui lui permet d'avoir une vision exceptionnelle et une légende malgache dit que le caméléon peut regarder en même temps vers le passé comme vers l'avenir car il peut tourner un œil vers l'arrière et l'autre en observant ce qui est devant lui. (Furcifer oustaleti)

Le caméléon rhinocéros comme d'autre caméléons parmi les 70 espèces qu'on peut trouver à Madagascar est très particulier avec son nez proéminent (Fucifer rhinoceratus). 

 Cette espèce de Gecko d'un vert fluo se nourrit autant d'insectes que de fruits et on peut même l'apprivoiser car j'en ai vu un qui venait manger des bouts de fruits jusque dans ma main. il en existe une variété qui peut mesurer 30 cm et même 35 cm d'après la littérature (Phelsuma Madagascariensis) 

Naturellement le mimétisme est de rigueur chez certain geckos qui ont l'art et la manière de se "déguiser" en écorce pour mieux disparaître dans le décor et cela me rappelle ce que je devait enseigner aux bleus à l'armée quand j'était moniteur chez les commandos du 23 ème régiment d'infanterie à Metz devant-les-ponts avant de mériter mes premières sardines (galons): faire FOMEC c'est à dire faire disparaître les Formes, les Ombres, les Mouvements, les Éclats, ainsi que les Couleurs. 

Un petit caméléon rhinocéros que les gamins sont venus me vendre contre une poignée de bonbons. Puis j'ai relâché ce petit bout de rhino dans son élément de verdure.

Petit caméléon tapis ou caméléon à pierreries je ne saurai faire la différence... avis aux spécialistes.

Naturellement il y a aussi les mantes relieuses très nombreuses qui ne dédaignent pas les insectes qui ont l'imprudence de se trouver à portée de ses pinces redoutables. 
 

Lire la suite