Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le paradis à Madagascar

Voulez-vous devenir multimillionnaire comme moi?

30 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

En fait quand je retire de l'argent au guichet automatique à Madagascar, ce n'est pas un ou deux billets de banque que je retire de mon compte mais des liasses de billets. 
Bien entendu le maximum qu'on peut retirer en une journée est de 1 200 000 Ariary (l'Ariary étant le nom de la monnaie actuelle à Madagascar).
 Mais comme au temps du Franc en France, quand le nouveau Franc est apparu les anciens continuaient à parler en anciens francs. Et c'est pareil ici ou l'ancienne monnaie était le Franc malagasy ou Fmg.
 Donc quand je dis à ma femme d'aller à la banque retirer 1 200 000 Ariary elle est perdue mais quand je lui dit de retirer 6 millions de Fmg ce qui est exactement la même somme, elle me comprend car il suffit de multiplier par cinq  la nouvelle monnaie en cours depuis un bon bout de temps pour trouver l'équivalent de l'ancienne monnaie le Fmg.
Donc, comme je reçois un virement de France de mille euros par mois directement ici sur mon compte à Madagascar, ces euros sont changés à l'heure actuelle en plus de vingt millions de Fmg, ce qui donne le tournis à ma femme qui m'appelle tonton Cristobald, et je me demande d'ailleurs si ce n'est pas la raison principale qui fait qu'elle me surveille comme du lait sur le feu... J'ai un doute.

Les billets de banque dont voici les plus grosses coupures sont souvent agrafées par dix pour faciliter le comptage. Un paquets de ces billets ci-dessus vaut donc pour les gentilés un million de Fmg. Donc nous avons ici 14 millions de Fmg

 

Le billet de 10 000 Ariary était encore il y a quelques années la plus grosse coupure et valait environs 2,50€

Je rappelle à tout hasard que cet argent a déjà été dépensé au cas où il y auraient des personnes intéressées par mes millions.

Lire la suite

Balade en brousse,

29 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Le dimanche quand personne ne travaille, il m'arrive de me déconfiner sans en avertir quiconque et je fais un tour dans la brousse.
La brousse étant ici à Madagascar un espace envahi par des buissons ou des broussailles selon les habitants des petits villages.
Pour les habitants de la capitale, tout ce qui est en dehors de celle-ci c'est la province.
En fait ces broussailles ou buissons sont le résultat d'une coupe systématique pour s'approvisionner en bois pour alimenter le feu qui sert à faire cuire le riz quotidien. En France on prie pour avoir son pain quotidien, ici,  on mange très peu de pain mais beaucoup de riz blanc collant au fond de la marmite en alu qui mijote des heures sur le feu et laisse une odeur épouvantable, mais qui apparemment plait aux gentilés qui font même une boisson avec cette eau de cuisson du riz. Cette boisson a un goût qui n'a pas l'approbation de mon palais... certainement trop délicat ou alors parce que je n'ai pas eu d'eau de riz dans mon biberon quand j'étais encore au stade de gentil poupon... (je ne saurai vous dire car ma mémoire est devenue défaillante)...
En fait pour en revenir au sujet de cet article, dans la brousse, il n'y a pas grand chose à voir à part le bout de piste qui se transforme bientôt en sentier étroit qui serpente entre les haies de gaves (Psidium sp.) puis de temps en temps un Eucalyptus parmi les trois ou quatre espèces qui croissent ici se profilent à l'horizon quand ce n'est pas un Anacardier sauvage (oui c'est ainsi que se nomme l'arbre qui donne des pommes de cajou et des noix de cajou).
Les Acacias (les vrais pas les robiniers qu'on appelle faussement des acacias en France), sont très envahissants également ici et souvent ils arrivent à atteindre une belle taille en peu de temps si on ne les coupe pas avant.
Souvent on plante également des arbres pour délimiter un terrain car s'il existe bien le bornage des champs effectué par un topographe, il y a le risque que les bornes soient volées pour en faire du matériel de construction ou pour borner un autre terrain... Ben oui, il n'y a pas de cadastre encore à Madagascar et pour délimiter un terrain on va au guichet foncier qui délègue une personne pour délimiter le terrain en compagnie des voisins, propriétaires ou ceux beaucoup plus nombreux qui ne possèdent qu'un droit coutumier car la terre appartient à l'état s'il n'y a pas eu de documents de faits pour prouver qu'on est propriétaire des terrains. Donc cette personne qui arpente le terrain effectue un plan d'après une vue satellite et le topographe vient suite à cela poser les bornes. En vous fournira alors un papier avec un plan de votre terrain qu'il faudra aller enregistrer aux service des domaines mais comme ce service est parfois corrompu à Madagascar d'après les médias, peu de personnes vont faire enregistre leurs terrains et se contentent d'un document délivré par le guichet foncier.
Et pourtant, si on regarde bien il y aurait de quoi écrire un livre avec ce qu'on peut voir dans la brousse et une bibliothèque entière avec ce qu'on ne voit pas.

Voici, en sortant de chez moi que je marche sur la piste qui longe la propriété

 Puis la piste se transforme en sentier qui serpente à travers les haies de gaves (Psidium sp.)

De temps en temps on longe une ouverture herbeuse bosselée et rasée par les zébus qui résultent des traces d'anciennes charbonnières non comblées.

 Un peu plus haut on arrive sur des parcelles semées de bruyères  avec au loin des eucalyptus qui on réussi à s'implanter sur cette terre sableuse et acide.

Sous la couche de terre de bruyère il y a une couche de sable blanc qui est employé pour la construction et les trous creusés par les hommes pour extraire le sable se transforment en mardelles remplies d'une eau ferrugineuse.

Lire la suite

Le temps et comment en gagner sans jouer à la loterie.

28 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

En fait, gagner du temps est primordial dans une vie bien organisée car il permet également de gagner de l'argent.
Un exemple? Voici donc:
Pour ma part quand j'étais jeune, beau et con à la fois (ce qui me désole le plus  c'est que je ne le suis pas resté ... jeune et beau)... je remettais toujours à plus tard ce que je n'aimais pas faire...comme payer des PV, des factures etc.
Un beau jour j'ai pris le taureau par les cornes et je me suis dit que j'en avais vraiment marre d'être trop con et qu'être simplement con me suffisait amplement car je vivais presque toujours avec des facturations majorées d'intérêts de retard à cause de ma procrastination car il ne faut jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire le jour même. C'est la règle primordiale pour se sentir mieux et gagner du temps et de l'argent.
J'ai donc acheté des classeurs "Centra", puis je me suis bricolé des étagères rudimentaires dans un cagibi et j'ai attribué  un poste à chaque classeur (par exemple: EDF-GDF-Banque, assurances, factures etc). et je ne rangeais ces papiers dans les classeurs qu'après avoir réglé tout de suite ou répondu tout de suite, le jour même afin que les papiers ne s'entassent pas. 
Et croyez-moi si vous le voulez cela m'a fait non pas seulement gagner du temps mais énormément d'argent car si, dix pour cent de dix ou vingt euros paraissent peu, si on multiplie par dix ou vingt ces intérêts de retard en un an puis par vingt ou trente an, cela permet de se payer du bon temps, de temps en temps.


 

Lire la suite

Il est où le paradis?

27 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

En France, on vit dans un pays où l'enseignement est gratuit, les soins sont plus ou moins gratuits, il y a très peu de vrais pauvres et pourtant rares sont les pays où on manifeste autant car pour un oui ou pour un non on sort les banderoles, puis on les range et quelques temps plus tard on sort d'autres pancartes qui demandent autre chose.
Je me souviens qu'en mai 1968 les manifestants brandissaient des pancartes pour dire qu'il était interdit d'interdire... Donc moi qui ai reçu très peu d’instruction, je m'imagine que cela voudrait dire qu'on voulait que tout soit permis?
Les aides de l'état encouragent les gens  à  rester chez soi à ne rien faire plutôt que d'aller travailler.
Bien entendu quand dans le monde entier on entend cela on pense que la France est le paradis sur terre, et quand je raconte ici à Madagascar que les euros tombent des arbres comme les feuilles en automne, gens me croient sur parole car ils voient certains français dépenser tous les jours des sommes qui suffiraient à beaucoup de malgaches de vivre pendant un mois en nourrissant toute leur famille. 
En effet, le salaire moyen des travailleurs malgaches tourne autour de 1 à 2 euros par jour de travail, ce qui fait un salaire de moins de 50 € par mois car ici on travaille également le samedi. 
Alors que certains hôtels affichent des prix pour une chambre de 20 à 30 € pour les moins chers dans la capitale, quant aux restaurants, si on prend trois repas par jour cela revient à peu près à autant. 
Donc un retraité français qui se payerait un mois de vacances dans la capitale de Madagascar y laisserait la somme minimale de 1 500€ de quoi nourrir trente familles malgaches pendant un mois... et je ne parle pas des vieux retraités français qui se font harponner invariablement par une belle jeune fleur des îles et qui partagera sa couche et sa table tous les jours pendant ce mois de vacances. 
Ici les belles jeunes femmes ne considèrent que la beauté intérieure sans se soucier de l'apparence physique. Que le vieux retraité français soit sénile, bedonnant ou disgracieux, cela n'a aucune incidence car c'est l'épaisseur du portefeuille qui rentre en ligne de compte et très peu le reste.
C'est comme si vous étiez dans le désert et que vous êtes sur le point de mourir de soif, une flaque d'eau boueuse sera un miracle pour vous comme pour ces jeunes femmes qui pour améliorer considérablement leur conditions de vie extrêmement précaires ne regarderont pas à deux fois si le vieux retraité ressemble à un Brad Pit ou à un Brad Piteux.

Voici donc un exemple deux jeunes mariés qui vont arpenter ensemble... ou pas... un chemin bordé de sentiments et de sensations... divers et qui m'avaient fait l'honneur de m'inviter à leur noce. 

Je leur souhaite de trouver la piste qui les mènera au paradis.
 

Lire la suite

La publicité, utile ou inutile?

26 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Bien sûr il m'arrive comme à tout le monde de m'offrir parfois quelques instants de répit et d'allumer le téléviseur avec un abonnement de quelques milliers de chaînes... enfin presque... car je ne les ai jamais compté.

Mais ce qui est certain, c'est qu'il est rare que je puisse regarder longtemps avant que des publicités ou plutôt une bande annonce comme ils disent viennent interrompre le cours de l'émission ou du documentaire que je suis en train de regarder.
Bien entendu je zappe immédiatement d'une chaîne à l'autre afin de trouver un autre programme qui me parait intéressant. Puis rebelote, la pub revient perturber  le programme.

Je ne suis pas spécialement opposé à la publicité mais quand elle est mensongère ou quand elle pousse à la surconsommation, ou quand le volume devient plus intense que le volume que vous avez réglé alors là cela devient du matraquage et je ne parle même pas du "sublimarquage" qui rend par exemple une pomme plus belle afin de nous prendre pour des poires.

Nous avons été tellement conditionnés dès notre plus jeune âge par la lessive qui lave plus blanc que blanc et autres fadaises que nous trouvons normal que certaines marques dépensent des sommes folles pour surconsommer et détruire la planète.

Croyons-nous vraiment que nous serons plus heureux quand nous auront voyagé au bout du monde sur un paquebot de luxe ou dans un avion pour nous payer un weekend au soleil ou en roulant dans un superbe SUV?

Selon certaines sources, Les publicités destinées à vendre des automobiles, les avionneurs et des énergies fossiles  auraient déjà certaines années dépensé plus de 5 milliards d’euros rien qu'en France dans des opérations de publicité. Ce sont des sommes colossales qui sont dépensées et totalement déconnectées de la réalité. Car elles sont totalement responsables du dérèglement climatique qui va engendrer le plus grand péril que l'humanité ait connu.

Bien entendu que la publicité peut également être une source d'information mais elle ne doit en aucun cas pousser à la surconsommation.

Mais ce ne sont que les pensées d'un vieil idéaliste, anarchiste et rêveur d'un monde meilleur.
 

 

Lire la suite

Est-il possible de stimuler son cerveau à n'importe quel âge?

25 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Dernièrement j'ai reçu une vidéo de l'ami Pierre Castello qui explique qu'on peut entraîner son cerveau à n'importe quel âge afin qu'il reste jeune... mais il y a un certain nombre de principes qu'il faut retenir:
1) le cerveau ne s'use que si on ne s'en sert pas, contrairement à certaines piles contenues dans les lapins crétins articulés. 
On pensait que le cerveau allait perdre ses facultés et qu'on allait perdre des neurones au fil du temps et que les neurones allaient s'éteindre comme les étoiles du firmament quand le jour se lève et que c'est pour cette raison qu'on commençait à avoir des problèmes de mémoire ou des problèmes cognitifs.
Mais... mais... mais, c'est faux, rassurez-vous, car si des neurones peuvent mourir avec l'âge, il est tout aussi possible de donner naissance à de nouveaux réseaux de neurones à tout âge en stimulant son cerveau.
2) On peut le stimuler de nombreuses manières différentes, comme par exemple si on a des interactions sociales, ou en faisant des mots croisés ou autres jeux de réflexion etc. Mais on peut également faire comme moi en cherchant chaque jour un nouveau sujet d'article et faire des recherches pour le commenter.
3) Très important aussi c'est l'activité physique qui ne consistera pas à se vautrer dans un fauteuil et suivre les évolutions de 22 joueurs et d'un homme en noir courir après un ballon. Car lorsqu'on fait une activité physique on stimule la fabrication de nouveaux réseaux neuronaux. 
Pour ma part, le matin après la douche et avant d'avaler mon café je vais nourrir ma centaine de léporidés en leur donnant à chacun d'eux 33 gr de maïs ainsi que leur propre volume d'herbe ou de feuilles de certains arbres ce qui me fait, lever les bras pour ouvrir et fermer les clapier et volontairement je vais chercher pour chaque lapins sa pitance  dans la réserve, ce qui me fait beaucoup marcher. 
Bien entendu il faut choisir des activités physique qui obligent le cerveau à réfléchir aussi car pour mes lapins, je peux inspecter les clapiers l'un après l'autre, examiner sommairement la santé de mes lapins ainsi que de réfléchir pour savoir s'ils ont besoin d'être nettoyés car l'ouvrier qui s'occupe d'eux doit être averti si la porte d'un clapier est à consolider ou si il faut que je refasse de nouveaux clapiers car parfois les lapins se sentent à l'étroit à plusieurs par clapier quand ils commencent à être adultes.
4)En effet, en ce qui concerne l'activité physique il ne faudrait pas seulement pratiquer toujours la même activité physique car on s'y habituerait et cela deviendrait une routine donc il faut varier les activités physique pour faire fonctionner également ses neurones. 
Pour ma part, l'activité concernant mes lapins me prend environs une heure chaque matin puis je vais souvent au cours de la journée dans mon atelier où j'ai toujours autre chose à bricoler ou dans ma jardinerie et mes plantations car il y a tant de choses à faire qu'il me faudrait au moins dix vies pour réaliser tous mes rêves les uns plus fou que les autres.

 

Lire la suite

Çà y est je me suis lancé dans le fromage,

24 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Bon pour l'instant cela laisse à désirer car je n'ai pas de présure ni de ferment lactique mais j'ai du lait de zébu que j'ai légèrement chauffé puis j'ai employé du jus de citron et du vinaigre blanc pour effectuer la séparation du lactosérum (un liquide aqueux) avec le caillé que je retiens pour faire mon fromage. bien entendu pour un litre de lait je n'obtiens que 100 gr de caillé et 900 gr de lactosérum.
Cette opération m'a fourni un lait caillé qui ressemble à du fromage blanc que j'ai laissé égoutter une nuit entière puis j'ai pressé le reste dans un tissu blanc afin d'en extraire un maximum de lactosérum, puis j'ai mélangé un peu de fromage que j'ai acheté à l'épicerie et que j'ai préalablement râpé afin d'apporter des ferments à mon fromage... cela a donné un peu plus de consistance.

Et Tadaaaa! voici que j'ai réussi mon fromage mais pour que de minuscules fourmis ne viennent pas se nourrir de mon fromage pendant l'affinage je l'ai généreusement enduit de sel et de poivre noir. Et mon fromage commence à bien verdir comme du bleu de Bresse ou du Roquefort. Bon il faut que j'apporte un peu d'amélioration car je l'ai appelé Fortsalé à défaut d'être  Roquefort. (Bon il est vrai que le lait d'ici n'est pas très cher environs 0,50 € le litre)
Mais c'est en fromageant qu'on devient fromager... ou pas...

Mais si vous préférez par exemple l'Emmental français si bien présenté en meule ou en râpé dans de beaux sachets, voici la recette que j'ai trouvé sur Internet: 
Pour l'obtention de l'emmental, le lait est chauffé à 32 °C et ensemencé avec des ferments lactiques spécifiques. Puis il est coagulé avec 17 ml de présure pour 100 litres de lait, avec un apport éventuel de chlorure de calcium4 et de ferments si le lait a subi une pasteurisation. Le caillé est coupé finement puis brassé vigoureusement afin de bien faire égoutter le lactosérum doux. En revanche, le lactosérum acide de caséinerie est obtenu par la précipitation de la caséine par l'acide chlorhydrique (ou sulfurique). 
(et voici mon avis concernant ces fromages industriels: Beurk...beurk...beurk)

 

 

Lire la suite

Connaissez-vous le Kéfir?

23 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

En fait le Kéfir est composé de grains blancs, un levain constitué essentiellement de bactéries et de levures (ce sont des probiotiques... des vrais pas des probiotiques en poudre de perlimpinpin...) et elles sont bénéfiques pour notre organisme.
Cette boisson est connue depuis l’antiquité dans certains pays (Caucase, Russie etc.). Cette boisson a été appelée parfois la "limonade du pauvre" car elle est légèrement pétillante et contient même un peu d'alcool (0,5 à 2 %). Bien entendu cette boisson n'intéresse nullement les industriels car on peut la reproduire à l'infini avec juste des grains de Kéfir, des fruits, une ou deux rondelles de citron et du sucre avec de l'eau .
En effet les grains de Kéfir se reproduisent puisque ses sont des bactéries et des levures qui sont pour ces dernières, rappelons-le, des champignons qui peuvent se reproduire rapidement dans des conditions optimales..
La boisson au Kéfir est une boisson rafraîchissante et très économique puisqu'on peut la renouveler à volonté. Cette boisson sucrée et un peu acidulée est délicieuse quand elle est consommée fraîche.
Les études concernant le séquencement génomique des grains de Kéfir est en cours et a seulement commencé en 2017 au Laboratoire de Structure et Instabilité du Génome situé au Muséum d'Histoire Naturelle de France à Paris.
Et si je vous parlais de la poudre de perlimpinpin des industriel c'est qu'à l'heure actuelle, ce qui est certain c'est que le ferment industriel ne comporte que 6 micro-organismes différents alors que le Kéfir naturel en possède plusieurs dizaines...
Les industriels voudraient bien fabriquer des grains de Kéfir mais ils n'y sont jamais parvenus car la formation des grains de Kéfir est à ce jour inconnu car ce sont de petits grains qui grossissent puis se divisent. Donc si on ne possède pas au minimum un grain de Kéfir c'est râpé car on n'a pas encore trouvé un bébé Kéfir-éprouvette dans les labos.
Pour ma part, je prépare ma boisson de la façon suivante:
Je remplis un récipient en plastique d'un litre et demi avec un couvercle qui se visse puis je mets une bonne poignée de grains de Kéfir issu de la préparation antérieure puis je rajoute du sucre car le Kéfir aime se gaver de sucre (je prend du sucre roux de canne non "bricolé et raffiné"), puis je rajoute une ou deux rondelles de citron de ma production personnelle (bio de chez bio) avec des gaves (psidiums sp. ) , des morceaux de bananes et une gousse de vanille pour adoucir et parfumer la boisson. Mais on peut le faire avec d'autres fruits frais ou secs également ou avec de la cannelle cela ne doit pas être désagréable non plus.
Bien entendu mes grains de Kéfir ont pris une coloration un peu brunâtre à cause de la vanille et d'autres ingrédient secrets comme les baies de genièvres que j'ai rajouté mais les recettes sont illimitées donc c'est selon ce qu'on peut avoir. Sans oublier que le Kéfir est vivant donc ne pas ajouter de miel ou autre antibactériens, ni de récipient en aluminium (réaction chimique en milieu acide) ou de l'eau chlorée du robinet sans l'avoir fait bouillir... Le Kéfir supporte mal l'eau trop douce également car il lui faut des minéraux.
Il faut laisser fermenter pendant 24 à 48 heures pour obtenir une boisson au Kéfir à température ambiante (plus ou moins 20°) dans un endroit sombre.
"Brost "comme on dit chez nous en francique mosellan. Ou "à la vôtre" car étonnamment la boisson issue du Kéfir ressemble à la couleur du champagne... donc on peut également consommer cette boisson issue du Kéfir dans une flûte ou une coupe.

 

Lire la suite

La tourte fait maison

22 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

La tourte de poisson et fruits de mer
Ici à Madagascar, on ne trouve pas sur les étals autant de variétés d'aliments qu'en France mais ici on a des idées pour concocter ce qu'il a de meilleurs avec ce qu'on peut avoir facilement comme par exemple les poissons et les fruits de mer qu'on peut acheter directement au piroguier qui revient de la pêche.
Ainsi par exemple une tourte de poissons et légumes variés garnie de crevettes à faire saliver n'importe qui... car rajoutez à la saveur l'odeur bien particulière du cuit au feu de bois et vous aurez une idée de ce qu'on peut éprouver devant de tels mets naturels au possible.
Bien entendu il ne faut pas s'abstenir pour autant de renier une bonne salade de crudités qui accompagneront à merveille ce plat qui souvent agrémente notre palais.
Et pour prouver mes dires, voici des photos du four à bois ainsi que du trésor qui y a été cuit.

Tourte garnie de poisson, légumes et crevettes... miam.. miam. 

Crudité de Pamplemousse ail oignons tomates et carottes mon hors-d'oeuvre du jour

Four à bois fait maison qui en a déjà vu passer de bonnes cuissons avec salle d'attente attenante...
 

Lire la suite

Perdre du poids sans pour autant perdre son temps.

21 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Je viens de recevoir un mail qui m'a paru intéressant à partager et que j'ai naturellement modifié pour que je le comprenne moi-même et pour ne pas alourdir inutilement en blabla mon article.
De nombreuses personnes ont essayé de maigrir pour ne pas être en surpoids mais sans résultat ou alors avec des résultats en forme de yo-yo (le truc qui monte et qui descend)...
En effet quand on veut faire un régime, souvent on tient quelques jours puis on rattrape ce qu'on a perdu tout simplement parce que notre volonté est vaincue par le petit diablotin qui nous pousse à manger ce qu'on aime et qui envoie au diable toutes les bonnes résolutions.
Mais... mais... mais voici que, non pas Zorro, mais que la cacahuète est arrivééeu... sans s'préssééeu...
En effet, les cacahuètes, malgré qu'elles soient très caloriques, coupent l'appétit car elles sont constituées principalement de graisses, de protéines et de fibres qui sont bien plus longues à digérer. Donc elles augmentent le sentiment de satiété, stabilisent le sucre sanguin et diminuent le risque de faim. D'autant qu'elles doivent être plus longuement mâchées ce qui ralenti leur absorption et provoquent un sentiment de satiété qui évite de trop en manger.
Les cacahuètes contiennent des graisses de bonne qualité comme les acides gras Mono insaturés et Poly-insaturés.
Et même si les cacahuètes sont riches en calories, si on ne les mâche pas trop fins, on n'absorbera pas forcément toutes les calories.
Bien entendu que cela ne soit pas un prétexte pour manger trop de cacahuètes mais si on consomme par exemple une poignée de cacahuètes avant de se mettre à table, cela aidera forcément à réduire son bol alimentaire.
Bien entendu il n'est pas question de consommer des cacahuètes salées ou sucrées ou sous autre forme que des cacahuète naturelles que vous aurez grillées vous-même comme nous le faisons ici à Madagascar où on mélange les cacahuètes avec du sable blanc de la plage avant de les mettre au four en remuant afin de ne pas carboniser les cacahuètes.
Bon appétit.


 

Lire la suite

Quand la flore veut jouer des tours à la faune

20 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Un jour j'ai appris qu'il existait un arbre originaire d'Amérique du sud qui détestait apparemment les singes car il avait mis au point un stratagème qui désespérait les plus hardis de la gente simiesque.
En effet il avait réussi à garnir toutes ses branches d'écailles pointues qui désespéraient la faune qui espérait se percher sur ses branches. Même les oiseaux évitent cet arbre comme la peste car nul espace de ses branches est à nu et n'offre aucun espoir de pouvoir s'y percher.
Le nom vernaculaire de cet arbre peu ordinaire est "le désespoir du singe" (Auricaria araucana). Le genre doit son nom à la région de la cordillère des Andes. L'Araucaria est également appelé « pin du Chili ». 
Je possède deux différentes espèces de cette famille dans mon parc. Le second spécimen de cette espèce ressemble de loin à un conifère mais c'est en réalité le pin de Norfolk (Araucaria heterophylla). Trois représentants de cette famille  existent encore de nos jours sur terre alors que dans d'autres familles d'arbres on peut compter des centaines de spécimens différents disséminés sur la planète.
Ayant toujours été très curieux dans ma vie je me suis toujours passionné pour l'insolite. Ce qui est différent m'a toujours attiré et si certaines personnes aiment se délecter des potins concernant les gens célèbres de la planète, pour ma part c'est la faune et la flore qui m'a toujours intéressé car il existe sur terre une espèce faisant partie intégrante de la faune mais qui l'ignore totalement et se croit supérieur car ce bipède que je ne citerai pas se croit être le nombril du monde... 

 

Lire la suite

La mémoire amplifiée ou diminuée... that is the question.

19 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Je me souviens du temps où le temps n'était pas ce qu'il est aujourd'hui. 
Assis sur les bancs de l'école je passais des heures à regarder s'écouler trop lentement les minutes qui me séparaient de l'heure de la sortie des classes. 
Je n'aimais pas l'école et je me rends bien compte aujourd'hui que c'est du temps perdu et en plus c'est du bourrage de crane qui ne sert qu'à uniformiser les pensées.
Mais je ne demande à personne d'être de mon avis car je suis pour la liberté de penser.
Aujourd'hui je constate pourtant que tout a été fait pour nous apprendre le maximum à grand renfort de punitions à copier cent fois les mêmes choses afin qu'elles rentrent bien dans le crane alors que de nos jours, ces renseignement sont en dehors de nos pensées car avec l'ère numérique des tas d'appareils enregistrent les infos à notre place. Donc il devient inutile d'apprendre par cœur ce qu'on a voulu nous apprendre à l'école.
Aujourd'hui, grâce à Internet on a accès à toutes les infos qu'on désire alors à quoi ça servirait de se décarcasser pour apprendre par cœur?
Oui, je vous vois venir, car vous allez me dire que cette mémoire artificielle va amoindrir notre mémoire biologique... ou notre capacité à apprendre ou faire disparaître le métier d'enseignant... que sais-je?
En fait pour moins de 200 € vous pouvez aujourd'hui vous acheter un disque dur qui permet de stocker l'équivalent du contenu de la Bibliothèque Nationale de France... Hé oui ! Rien que çà... d’autant qu' il existe plus de 1,5 milliards de sites sur le web en plus des infos renouvelées jour après jour et cela représente (tenez-vous bien plus de 200 millions de Bibliothèques Nationales de France en capacité de stockage... Hé oui ! Rien que çà.
Mais encore, ces outils numériques ne risquent-ils pas de nous faire perdre la mémoire? C'est du moins ce que craignent certains neuropsychologues. En effet, notre vie de tous les jours est grandement facilitée car grâce au GPS par exemple, on balance les vieilles cartes routières à la poubelle, les carnets de numéros de téléphones restent au fond d'un placard car le smartphone est là pour mémoriser plus que tous les annuaires du monde... mais je pense peut-être bêtement que nous développons peut-être d'autre facultés de la mémoire que celle d'apprendre bêtement 1+1 ou a+b pour ceux qui ont suivi des études secondaires ou encore peut être à faire de savant calculs de probabilités en études supérieures... que sais-je... n'étant pas adepte des écoles... donc mes connaissances dans ces domaines sont plus que limitées...
Mais pour en revenir à notre sujet du jour concernant la mémoire qui risque de se perdre, cela nous permet par contre des voyages virtuels ou non qui nous font découvrir le monde sans être dans l'obligation d'apprendre par cœur tous les fleuves , les villes, les montagnes ou les mers bordants les pays du monde sans jamais avoir la possibilité de les visiter. 
D'autre part nous pouvons développer des souvenirs épisodiques, des rencontres et autres apprentissages qui ne nous étaient pas toujours permis par manque de temps lors de l'usure de nos fonds de pantalons sur les bancs des écoles.
Bien entendu comme vous l'avez certainement remarqué déjà dans mes articles, moins j'apprends et plus je fait de fautes d'orthographe ou alors j'ai une mauvaise capacité à tourner mes phrase écrites... mais ... mais... mais les correcteurs automatiques sont arrivééeueu, sans s'pressééeueu... et souvent  anticipent nos prises de décision, et nous permettent de laisser plus de place à la rêverie et comme là encore vous avez compris (ce que ne cesse de répéter ma femme qui a la tête sur les épaules), que je ne suis qu'un doux rêveur.
Donc, je pense qu'il ne faut pourtant pas pour autant passer sa vie devant un ordinateur ou devant la télé pour se remplir la tête par tout ce qu'on peut y apprendre mais devenir créatif, inventif et mettre à profit ce que la science nous a apporté pour vivre sa vie en prenant soin de ne pas perdre notre capacité à réfléchir sur le monde qui nous entoure et de savourer chaque jour de la vie comme si c'était le dernier, d'avoir la capacité de s'émouvoir devant les beautés de la nature, d'essayer de comprendre aussi cette nature qui nous environne en vivant plus simplement sans vouloir en faire trop car tant de savoir du passé est déjà enseveli pour toujours à six pied sous terre...

 

 

Lire la suite

Mes pomponettes

18 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Les américains on leurs pom-pom girls, chez  moi, il y a des pomponettes qui occupent actuellement l'espace et mon temps car elles sont bercées par les alizés de l'océan Indien proche et offrent à mes yeux une vision de calme et de paix.

Quand je fais le tour de la maison je constate que ces plantes affublées du nom vernaculaire de "boutons blancs" on fleuri en produisant une multitudes de pompons qui donnent un air de fête à cette journée radieuse qui s'annonce sous les meilleurs auspices.
Cette plante avec ses boutons blancs est pourtant une plante invasive car elle se resème à volonté sans même qu'on soit obligé de le faire et parfois il m'arrive d'arracher de jeunes plants pour ne pas être envahi en des lieux destinés à d'autres espèces.
Le binôme de cette plante est Alternanthera brasiliana  mais elle n'est pas présente qu'au Brésil malgré son binôme car elle se propage à merveille aussi à Madagascar. 
D'après l'ami Googool elle aurait des vertus médicinales et serait même comestible... Bon je veux bien le croire mais je préfère tout de même m'en tenir à mes choux ou à ma salade entre autres légumes.

Par contre je n'ai rien contre le fait qu'elle agrémente ma vision quand je mets le nez dehors.

 

 

Lire la suite

L'arbre papier WC

17 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

En fait il s'agit de l'arbre que les gens d'ici appelle le Niaouli (Melaleuca quinquenervia). Il est de la même famille que les Eucaluyptus et ses feuilles dégagent une forte odeur tout comme les feuilles d'Eucalyptus. C'est très efficace en inhalation quand on a le nez bouché par exemple. Les feuilles peuvent être récupérées pour faire des huiles essentielles également... (cela me fait penser qu'il faudra que je me fabrique un alambic).
Mais ce qui est le plus drôle dans cet arbre qui pousse en masse ici près du lac qui voit son eau s'évaporer vers la fin de l'année quand vient la saison sèche, c'est son écorce molle et douce comme du papier WC car il est possible de gratter l'écorce avec un ongle et de la détacher du tronc comme si c'était du papier. La douceur de cette écorce est remarquable au point que je me suis demandé si je ne vais pas la tester pour rembourrer coussins et matelas.
Il est même possible de dégager des gaines d'écorce sans déchirer l'écorce comme le démontre la photo ci-dessous et si vous mettez un rouleau de papier WC à côté je suis persuadé que de nombreuses personnes ne verraient même pas  de différences.
Et voilà, il suffit de mettre le nez dehors ici pour trouver de l'insolite du fantastique et même de l'incroyable dans mon Eden.

Niaouli poussant en bordure du lac qui s'assèche en fin d'année. 

Jeunes arbres de Niaouli. 

Décortiqué avec l'ongle de mon pouce 

Les feuilles du Niaouli 

Restes laissés par les gentilés de la brousse pour nettoyer le bois de l'écorce. 

Gaine d'écorce d'une branche de Niaouli.
 

Lire la suite

Un ange en béton pour mon Eden

16 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Hé oui, que serait un paradis sans au moins un ange?
En fait, j'ai fabriqué un ange avec des restes de grillage à lapin car chez moi on ne jette plus rien. 
Donc j'ai grossièrement donné une forme humaine à mon grillage en le tordant dans tous les sens.
Puis j'ai mélangé du ciment avec de l'eau jusqu'à obtention d'une pâte avec laquelle j'ai généreusement enduit mon grillage, et couche après couche j'ai essayé de lui donner des formes... mais comme je suis loin d'égaler le talent d'un Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni ou d'un Auguste Rodin, je me contente d'admirer mon oeuvre plus modestement.
Et pourtant, cette représentation avec sa rudesse et son allure bien plantée donne un sentiment de paix et de bien-être à mon Eden. 
Je ne lui ai pas encore trouvé de nom mais je cherche activement et si vous avez une idée, elle sera la bienvenue. 
Peut-être la baptiserai-je avec une bouteille de ma boisson favorite du moment: le "kéfir de fruits" mais ce sera peut-être l'objet d'un prochain article (si mon ange veut bien me protéger jusque là)...


 

Lire la suite

Connaissez-vous les gaulettes?

15 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Non, les gaulettes ne sont pas les jeunes filles des gaulois ou les petites filles du Grand Charles...
Ici à Madagascar, pour se protéger des intrus, on fabrique une barrière naturelle faite avec des gaulettes.
Ces gaulettes sont généralement des tiges de bois d'environs deux mètres de haut coupées dans les buissons de gaves (Psidiums sp.) qui forment de vastes champs de buissons et de broussailles. 
Ces buissons pourraient se transformer en arbres si on les laissait pousser. Pourtant c'est rarement le cas car on a constamment besoin de bois pour alimenter le feu pour faire cuire le riz de tous les jours quand on n'a pas les moyens d'acheter du charbon de bois .
Et naturellement pour réaliser des palissades avec des gaulettes qui sont fixées les unes à côté des autres, il en faut beaucoup.
Comme ces gaulettes ne tiennent pas plus de deux ou trois ans avant de sécher puis de pourrir avec les pluies nocturnes souvent abondantes, il faut les changer régulièrement.
Ainsi j'ai un voisin qui fait partie des forces de l'ordre dans une grande ville de l'Est du pays, absent la plupart du temps, il a laissé faire une palissade avec des gaulettes autour de sa maison inhabitée,  mais les gamins qui vont chercher journellement du bois dans la brousse ont préféré lui piquer jour après jour les gaulettes de sa palissade et à ce jour il ne reste plus une seule gaulette sur sa palissade qui faisait près de cent mètres le long de la piste. Donc si vous avez une barrière de gaulettes, il faut un gardien de gaulettes...

Ainsi va le monde au pays où l’opportunité règne en maître.
 

 

 

Lire la suite

La saison de la vanille

14 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

La vanille qui a produit des fleurs vers le mois d'octobre dans mon paradis arrive à maturité et le moment de faire la récolte est arrivé.
Ce ne sera pas une récolte mirobolante car quatre lianes de vanille seulement portent des gousses mais pour un début, c'est un début prometteur car sur les nombreuses lianes que j'ai mis en terre voilà quelques années, quatre d'entre elles portent une bonne poignée d'environs six à dix gousses chacune.
D'année en année les récoltes seront plus importantes car il suffit de couper le bout d'une liane avec deux ou trois nœuds et de les remettre en terre près d'un tuteur ou d'un arbuste pour que les bouts de liane reprennent racines et se fixent à leurs tuteurs.
En ce qui concerne la méthode de préparation des gousses vertes, il faut procéder tout d'abord à l'opération de l'échaudage qui consiste à plonger pendant trois minutes les gousses dans une eau à 65°... oui mais comment savoir si une eau est à soixante cinq degrés si on ne possède pas de thermomètre? 
Je suis donc allé chez mon ami Googool, celui qui sait tout sur tout et j'ai lu que si on chauffe de l'eau et que de petites bulles de la tête d'une épingle font leur apparition, l'eau est à 71°. 
Donc j'en conclue que si je mets suite à ces bubulles ma casserole hors du feu pendant une minute la température devrait avoisiner les soixante cinq degrés requis... pour plonger les gousses dans l'eau chaude,  puis on les retire et on enveloppe immédiatement après cet échaudage de trois minutes ces gousses dans une couverture, mais une serviette suffira car je place la serviette sur un plateau chauffant qui me servait jadis à réchauffer les jeunes poussins qui s'abritait en-dessous car l'étuvage dure environs 12 heures selon la méthode "Bourbon".
Puis après l'étuvage vient l'opération de séchage au soleil pendant une période d'une à deux semaines puis à l'ombre pendant un mois avant de mettre au repos la vanille en contrôlant régulièrement s'il n'y a pas moisissure pendant... huit mois dans un récipient ou une caissettes tapissée avec du papier sulfurisé...
On peut comprendre pourquoi la vanille  a atteint des prix s'envolant jusqu'à 500 à 600 € au Kg l'année dernière. ce qui justifie une vente à l'unité dans certains supermarchés.
Mais sachant que le kg de truffe se vendait également à partir de 500€ le Kg et le caviar entre 1000 et 2000€ le kg voire beaucoup plus encore pour certains vins et autres mets fantaisistes, je me considère alors en consommateur de ma vanille en personnage qui se permet de manger avec une cuillère en or massif... car je ne vendrai à aucun prix ma vanille car pour moi elle n'a pas un prix mais la valeur de mon travail.

Voici ce qui reste dans mes archives des quelques kg de vanille que j'avais acheté à l'époque où elle était encore à un prix abordable.
 

Lire la suite

Une petite visite de la capitale Antananarivo

13 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Il n'y a qu'un seul aéroport international à Madagascar et il est situé à environs une vingtaine de km de la capitale à Ivato. On y va en taxi ou en taxi-be (genre de camionnettes aménagées en minibus).
La capitale s'étire sur de nombreuses agglomérations et il faut des heures pour en sortir et voir un peu de verdure malgré qu'il y ait des zones de culture du riz parfois entre différents quartiers de la capitale.

La ville haute où se trouvent des ministères, et autres commerces et hôtels entre autres domine la capitale et la ville basse dans laquelle se situe l'avenue de L’Indépendance longue de quelques centaines de mètres entre la Gare et un parc. Cette avenue était souvent encombrée par des embouteillages et autres marchants de rues.
Dans cette avenue de l'indépendance il y a de nombreux commerces sous des arcades ainsi que le nouvel hôtel de ville, et de nombreuses ruelles partent perpendiculairement à cette avenue. pour se perdre dans différents quartiers de la ville. Le centre ville n'est pas très vaste et on peut aisément le parcourir à pied  et d’ailleurs avec les embouteillages on va parfois plus vite qu'en taxi.
Il y a de nombreux bâtiments qui datent encore de la colonisation mais s'il y a également de nombreux quartiers très pauvres, pourtant on trouve également des bâtiment modernes.

Par contre beaucoup de rues sont encombrées par le commerce de l'informel qui se tient souvent sur les trottoirs de la ville obligeant les gens à marcher sur la route et c'est sans compter sur les taxis qui ne font pas le plein dans le réservoir d'essence mais dans une bouteille qu'ils vident au fur et à mesure des courses qu'ils ont à effectuer. Et souvent ils tombent en panne sèche au milieu de la route en créant des bouchons.

Mais comme cela fait des années que je n'ai plus mis les pieds dans la capitale, il y a eu certainement quelques changements.

Voici quelques images de la capitale de Madagascar:

un petit bout de la capitale vue d'une colline

Parfois les trottoirs laissent à désirer une remise en état.

Mais parfois il y a des idées pour être "in the wind"

On s'accroche à la paroi rocheuse comme on peut

Mais souvent on n'a pas les moyens financiers pour construire de belles villas.

Les temples et autres lieux de cultes ne manquent pas dans les pays pauvres car on s'accroche à l'espoir d'un monde meilleur... ailleurs et après la vie sur terre?

Le dimanche matin quand on est à la messe c'est le calme sur l'avenue de l'indépendance... on lave son linge sale dans dans un seau d'eau ou peut-être dans une flaque d'eau?

Mais parfois des dirigeants ont des idées de folie des grandeurs.

Bien entendu dans les banques il y a aussi... de l'argent... même dans un pays pauvre.

Escalier menant de la ville haute vers l'avenue de l'Indépendance.

Vue partielle du palais d'un premier ministre qui n'est plus depuis belle lurette.

Allez, on y croit...

Rue donnant sur l'ancienne ambassade d'Amérique.

Lire la suite

Les 101 Lémuriens

12 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Non ce n'est pas la suite du film les 101 dalmatiens mais c'est selon certaines sources le nombre de primates dont les lémuriens constituent une grande famille à Madagascar. On ne connait pas exactement le nombre d'espèces et de sous espèces que compte cette famille d'animaux magnifiques et pourtant si singuliers. car si certaines espèces sont déjà éteintes ou en voie de l'être, d'autres ont été encore découvertes il n'y a pas si longtemps.
Mais il faut savoir que des études sérieuses de ces espèces n'ont été réalisées que depuis ces dernières décennies.
Si certaines espèces sont en voie de raréfaction et d'autres même en danger d'extinction pure et simple c'est parce que l'homme détruit de plus en plus leur niche écologique et certaines espèces on déjà disparues. 
Le fait que certaines régions soient difficiles d'accès pour l'homme laisse un peu de répit à des espèces qui arrivent pourtant à s'adapter à différentes niches écologiques.
Les variations de taille et autres caractères offrent une disparité importante dans cette famille car le plus petit pèse à peine 30 gr alors que le plus lourds peut peser pas loin de dix kg.
Les espèces qui ont déjà disparues avaient une taille et un poids beaucoup plus important encore.
Toutes les espèces sont endémiques de Madagascar même si certaine espèces ont été exportées ailleurs.
Il y a peu de temps on pouvait lire dans la presse que des lémuriens avaient été chassés pour la viande qui a été vendue sur les marchés et serait même au menu de certains restaurants.

https://fr.mongabay.com/2018/02/lemurien-menu-a-madagascar/

J'ai eu le plaisir de voir de près certaines espèces de cette grande famille et j'ai constaté que ce sont vraiment des animaux exceptionnels.

Lire la suite

La période du carbonifère et le charbon de bois malgache

11 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

En France J'habitais à moins de 10 km du puits de la Houve à Creutzwald la dernière mine de charbon qui a fermé en France,
Le charbon qui était extrait du sous sol français provient des fougères arborescentes géantes ainsi que des grands arbres à graines qui en se décomposant ont formé des couches de charbon il y a des millions d'années... jusqu'à l'apparition des champignons qui ont été capable de se goinfrer de la lignine des végétaux et qui a fortement réduit la production des couches de charbon de la terre.
Par contre ici à Madagascar où on peut encore trouver des fougères arborescentes, en ce qui concerne l'exploitation de charbon de la terre, ce n'est pas apparemment à l'ordre du jour. Ici c'est le charbon de bois qui fait bouillir les marmites de riz tous les jours pour ceux qui peuvent se permettre d'acheter un sac de charbon de bois qui coûte à l'heure actuelle un peu moins de 2,50€ le grand sac. 
Pour faire du charbon de bois, les charbonniers coupent du bois qu'ils entassent sur un tas puis le recouvre de couches d'herbe de feuilles de mousse et de terre afin que le tas soit le plus étanche possible pour que le bois ne puisse pas s'enflammer.
Le bois rougeoie et l'humidité et les gaz contenus dans le bois sont brûlés et il ne reste plus qu'un lignite carbonisée Ce qui fait que le charbon de bois ne s'enflamme plus car il ne contient plus de gaz. 
Le petit fourneau qui sert à faire du feu sous les marmites avec le charbon de bois s'appelle le fatapera
https://van-and-style.com/lifestyle/aventure-madagascar/fatapera-ustensile-cuisine-malgache/
Il est impératif que le charbonnier reste auprès de sa charbonnière... 
Il est à préciser également que la charbonnière n'est pas la femme du charbonnier mais la meule qui produit le charbon de bois.

J'ai connu le dernier chevalet de France, celui de la Mine de la Houve à Creutzwald en Moselle-Est.

Lire la suite

Stop ou encore?

10 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Un p'tit virus de rien du tout a réussi à mettre un frein à la course effrénée au profit et de la surproduction avec un gâchis incommensurable des richesses naturelles qui ne pouvaient plus être compensées car la terre produisait moins en ressources naturelles que ce que l'homme consommait. 
C'était devenu évident qu'il fallait remettre les montres à l'heure et stopper cette course infernale pour le profit au détriment de la planète car nous ne possédons qu'une planète et il est vain de chercher de l'eau sur Mars ou ailleurs si sur la terre il y a des hommes qui meurent de faim et de soif.
Il est devenu impératif de changer de modèle, en consommant moins, en recyclant plus et au lieu d'étudier une obsolescence programmée, pourquoi ne pas revenir à prolonger la vie des produits en les rendant plus durables car la fabrication des produits chinois qui font tourner les usines à fond pour polluer de plus en plus devrait être interdite ou sanctionnée.
Quant aux mamamouchis des pouvoirs qui sont à la botte des lobbys, ils devraient être remplacés par l'intelligence artificielle qui obéit à des lois justes pour tout le monde et pas pour seulement une partie de la population car le changement du chacun pour soi au profit de chacun pour tous devrait figurer dans une constitution mondiale et non plus un nationaliste ridicule qui mène droit dans le mur.
Mais les hommes seront-ils d'accord pour changer de modèle, je peux vous garantir que non car la reprise du chacun pour soi et un dieu pour tous reprendra de plus belles jusqu'au prochain arrêt qui sera peut-être la fin du genre humain car un certain Einstein qui n'était pas n'importe qui aurait dit:" Deux choses sont infinies : l'Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue." 
Pour ma part je crains que l'exploitation de la bêtise humaine n'aura jamais de fin tant qu'il y aura des hommes sur terre... (mais je peux me tromper).
 

 

Lire la suite

Les maisons témoins de Madagascar

9 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Tout d'abord les traditions ont une forte influence sur la construction des maisons d'habitation.
Puis, c'est selon les régions et ce qu'on peut trouver dans la nature en éléments qui permettent de construire d'une façon ou d'une autre les maisons d'habitations.
J'ai visité derrière le palais du premier ministre dans la capitale malgache la reconstitution des différentes types de maisons d'habitation de différentes régions du pays.
Dans la capitale et aux alentours, dans ce qu'on appelle les hautes terres, on trouve beaucoup de latérite, cette terre rouge qui en durcissant au soleil forme un élément assez compact pour construire des murs ou pour servir d'enduit pour recouvrir les murs d'une maison constitués de branchages entrecroisés. Les toits sont parfois constitués de paille de riz. Et les murs de briques fabriqués avec de la latérite.
 Dans d'autres régions ce sont des éléments des différentes parties des arbres ou des plantes diverses qui sont utilisées.
Ici sur la côte-Est du pays les maisons d’habitations sont généralement construites avec différents élément d'un arbre qu'on appelle l'arbre du voyageur (Ravenala madagascariensis)  car on utilise, ses feuilles et l'écorce de son tronc pour les constructions.

 

Mais il y a également des hurluberlus comme moi qui ont construit des maisons et dépendances ainsi que je l'ai fait comme le montre la photo ci-dessus en arrivant avant de tout démonter quand j'ai acheté une maison un peu plus traditionnelle dans mon esprit dont voici une photo prise peu de temps après l'achat.

 

Lire la suite

Ma Suzanne aux yeux noirs

8 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Non, je ne possède pas un harem avec des tas de suzannes par contre je possède trois plantes à fleurs avec, pour deux d'entre-elles un œil noir au centre de la fleur, certainement pour attirer les insectes pollinisateurs.
Cette plante grimpante dont le nom vernaculaire est Suzanne aux yeux noirs (Thunbergia alata) se conjugue chez moi en trois versions, une plante qui donne des fleurs d'un beau jaune d'or avec un œil central noir qui pousse ici à l'état sauvage et que j'ai replanté chez moi, puis j'ai déniché également des graines de la même espèce mais avec des fleurs toutes blanches avec un œil central noir et enfin, j'ai trouvé dans la nature pour agrémenter ma collection une espèce qui est jaune avec au centre un œil clair.
Ces trois plantes invasives de la même espèce se reproduisent maintenant un peu n'importe où dans les endroits qui leurs plaisent et où elles trouve ombrage et humidité. Parfois je suis obligé de rabattre les stolons (tiges rampantes) qui s'enracinent assez facilement pour ne pas qu'elles deviennent trop envahissantes.

 Ma collection composée de trois suzannes.

Il me manque certainement encore des variétés ou des formes de cette espèce mais pour l'instant je me satisfais déjà de ces trois espèces qui agrémentent agréablement ma niche écologique.

Lire la suite

Bonne fête maman

7 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

Ouppsss ! J'ai failli zapper la fête des mères et heureusement que Pierre m'a gentiment envoyé son poème que voici:

A ma Mère,

Ma Mère n’est plus, mais elle est encore en moi

Mon souvenir demeure, elle est là devant moi.

Un amour filial qui sera toujours présent,

Présent dans mon cœur depuis que je suis enfant.

Montrez-lui que vous l’aimez très fort pour toujours

Dans votre cœur, elle restera votre amour.

Maman je t’aime

 

                                                           Pier Cast

 

Lire la suite

Le monde change

7 Juin 2020 , Rédigé par MADAGASTON

En fait, je me souviens alors que je gambadais à travers prés, bois et buissons en culotte courte que la nature sentait bon la géosmine mêlée au pétrichor qui sont des odeurs dégagées par la terre, la pluie et les plantes elles-mêmes. Je respirais à pleins poumons cette odeur si particulière et si naturelle.
En fait ce sont des bactéries qui "travaillent la terre"qui sont projetées par les gouttes de pluie et qui embaument l'air. 
Les plantes ne sont pas en reste dans ces odeurs si particulières car elles sécrètent des liquides huileux qui se répandent sur le sol en temps sec et quand arrive la pluie ces odeurs se mélangent et sont libérées dans l'air que nous respirons. 
Malheureusement les hommes se sont multipliés et il fallait trouver des systèmes afin de nourrir tout ce monde qui ne voulait plus se salir les mains pour planter, biner, arracher les "mauvaises herbes", récolter etc. 
Donc est venu un sauveur qui permet en modifiant certaines plantes de supporter une certaine dose de poison comme le glyphosate de chez Monsieur Monsanto qui veille sur notre santé en éliminant ces adventices qui puisent toute la richesse du sol en jouant des coudes avec les plantes qui sont sensées nourrir la population du globe.
Bien entendu ce Monsieur qui veille sur notre santé nous dit que son produit est biodégradable en six mois. tout en empoisonnant les "mauvaises herbes" et en favorisant les plantes traitées qui supportent le poison.
Donc que faire? Boire de l'eau empoisonnée ou se laisser mourir de soif? 
Car en réalité, c’est quand l’usage devient prolongé et systématique que les problèmes commencent. Des baisses de la productivité ont été observées sur des parcelles pulvérisées pendant 15 ans d’affilée, sans doute car les bactéries responsables du bon travail du sol avaient été elles-mêmes détruites par le produit.
Donc adieu veaux, vaches cochons comme dirait ce cher Jean qui aimait tant se désaltérer dans La Fontaine.

Pour ma part je n'ai pas besoin de produits chimiques pour protéger mes plantes des adventices car je répand régulièrement des feuilles mortes ainsi que du bon fumier de lapins au pieds de mes bananiers et autres plantes.

Voici de jeunes plants de kaki après que les graines aient germées dans ma glacière pendant six mois.

Le manioc par contre n'a rien à craindre des mauvaises herbes car il sait bien se défendre...soit disant qu'il contiendrait du cyanure... mais ne le répétez pas.

Les mûres de mes mûriers par contre sont gorgées d'antioxydants et elles favoriseraient même le ralentissement de la vieillesse à tel point que j'inverse mes années passées sur terre en prétendant que j'ai 27 ans au lieu de 72.

Bien entendu mes pamplemousses ne sont pas aussi beaux et aussi gros que ceux du commerce mais quelle joie de savourer une salade de crevettes rôties avec de l'ail parsemés de dés de mes pamplemousses à chair rouge.

Non, ne cherchez pas, car si vous ne venez pas à Madagascar vous ne goûterez jamais à ces succulents fruits sauvages dont j'ai mis en terre quelques dizaines de plants issus directement des noyaux. Ces fruits qui ressemblent un peu à des grappes de raisin mais allongés comme des olives et selon les gentilés on pourrait même les mettre en saumure et les consommer comme les olives.

Même mes jeunes Tamarins ont un avenir prometteur dans le verger de mon Eden.

Lire la suite
1 2 > >>