Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le paradis à Madagascar

insectes

Papillon qui a terminé son vol

29 Juillet 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #INSECTES

Je me souviens des images où un savant un peu fou muni de son filet à papillon courait derrière un papillon au vol léger, virevoltant dans les rayons du soleil. Les papillons par leur couleurs ont depuis longtemps attiré l’attention d’amateurs qui voyaient là un moyen le faire un commerce fructueux.

Mais si les papillons si gracieux dans leur vol attirent la curiosité et la convoitise des collectionneurs par leurs couleurs et leurs formes, il ne faut pas oublier qu’avant d’être d’inoffensifs papillons, c’étaient des larves voraces, souvent spécialisées pour se nourrir de la végétation et de nombreuses plantations sont parfois entièrement dévastées par ces larves.

 J’ai réussi à sauver quelques plants de cotonniers que j’avais plantés en détachant les feuilles sur lesquelles les larves avaient déjà jeté leur dévolu. Bien entendu d’autres arbustes étaient déjà totalement démunis de feuilles. Le plus souvent j’ai remarqué que les papillons choisissaient les jeunes plants dont les feuilles sont bien tendres pour y déposer leurs œufs. Et j’ai eu un mal fou à sauver mes orangers, pamplemoussiers et citronniers lorsqu’ils étaient encore petits. Tous les jours je faisais le tour de mes arbustes pour y déloger les larves voraces. Puis après un certain temps les larves devenaient moins nombreuses car je suppose qu’une fois que les arbres ont de nombreuses feuilles, si quelques feuilles sont grignotées cela ne cause plus de dommages aux arbres.

Bien entendu il faut aussi laisser la nature un peu suivre son évolution et je ne ferai jamais appel à des produits chimiques pour stopper la prolifération de ces larves. Je me souviens quand j’étais petit et que j’accompagnais ma grand-mère dans son champs de patates et que ses plants de pommes de terre étaient infestés de larves de doryphores. Elle inspectait soigneusement un à un tous les pieds de pomme de terre en écrasant chaque larve entre son pouce et son index, je trouvais cela un peu barbare, mais malgré mon jeune âge je comprenais que ma grand-mère n’avait pas le choix car en ce temps là, les pommes de terre étaient la nourriture de base et on stockait dans la cave les pommes de terre selon leur gabarit. Les grosses pommes de terre étaient destinées à la nourriture humaine, les plus petites étaient  cuites et données aux cochons et les pommes de terres moyennes étaient destinées à être replantée l’année suivante.

Aujourd’hui certains producteurs de fruits et légumes ne font plus appel aux produits chimiques mais à d’autres insectes parasites qui effectuent leur développent dans le corps de leur hôte en parasitant les œufs, les chenilles et les chrysalides des insectes ravageurs et il existe même une famille de champignons qui se développe dans le corps de certains insectes tels les Cordyceps qui sont de véritables zombies qui envahissent le corps de certains insectes et développent leurs fructification qui libérera les spores qui infecteront d’autres insectes.

Mais à force de se débarrasser des espèces qui nuisent au « bien-être » de l’Homme, l’Homme ne se détruirait-il pas lui-même sans le savoir ?

N'étant pas un spécialiste des insectes, il m'est tout de même apparu que cette espèce pourrait se ranger dans la famille des Eudocima, c'est à dire que cette espèce est nommée de façon vernaculaire piqueur de fruits. Et comme c'est la saison des gaves et goyaves (Psidium) ainsi que celle des fruits de la passion (Passiflora), il ne serait pas étonnant que ce lépidoptère ait choisi de venir passer son dernier jour près de chez moi en perdant une partie de son aile gauche.

Lire la suite

Copulation matinale

12 Juin 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #INSECTES

Ce matin en me promenant comme tous les jours autour de ma niche écologique j’ai vu dans l’herbe une tache rouge incendie qui battait de l’aile et en me rapprochant j’ai vu qu’en fait il s’agissait de deux papillons dont l’un avait des ailes partiellement rouge et l’autre des ailes plutôt transparentes.

Leur corps était noir ponctué de points blancs pour l’un et l’autre semblait avoir des points rouges sur son corps noir. Croyant tout d’abord que l’insecte avec les ailes rouges était plutôt mal en point et qu’il n’arrivait plus à voler, j’ai constaté en fait que les deux papillons étaient collés l’un à l’autre et étaient en train de copuler. Bien entendu je ne les ai pas touchés car ils sont chez eux quand ils sont chez moi. C’est moi l’intrus qui s’est permis de creuser mon trou dans cet écrin de nature où je réside sur la côte-Est de Madagascar entre le canal des Pangalanes qui s’étire non loin de la côte sur près de 600 km et le tumultueux océan Indien.

Je n’ai pas réussi à savoir de quel papillon il s’agissait mais je pense que des spécialistes et autres entomologistes se feront un plaisir de nous éclairer par leur savoir. Il est un fait qu’il est extrêmement rare de sortir de chez soi ici sans faire de découvertes parfois surprenantes. Ainsi Madagascar pourrait bien redevenir un sanctuaire des espèces si l’homme ne détruit pas tout avant.

 

 

 

 

 

Lire la suite

Perdre la tête pour une femme.

4 Juin 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #INSECTES

Tigre de l’herbe est parfois surnommé la mante religieuse ( Mantis religiosa) Cet insecte redoutable dévoreur d’autres insectes qui se tient immobile sur une feuille ou sur des brins d’herbe en attendant qu’une proie se présente devant elle pour déplier ses deux pattes avant qui portent des pics capables de se déplier et se replier en une fraction de seconde. C’est le seul insecte qui possède une vue en trois dimensions, ce qui lui permet d’apprécier avec justesse les distances jusqu’à environs une vingtaine de mètres. En plus de cela la mante religieuse est capable de faire pivoter sa tête de 180° sans bouger le reste de son corps.

Ici, sur la côte Est j’en vois assez souvent car je pense que c’est un insecte qui préfère les endroits chauds apparemment car je n’en ai jamais rencontré quand je vivais dans l’Est de la France.

En me promenant autour de chez moi, ici sur la côte-Est de Madagascar j’ai donc aperçu cette mante religieuse accrochée à une feuille de frangipanier qui s’apprêtait à dévorer cette malheureuse sauterelle qui s’est égarée au mauvais moment au mauvais endroit.

Bien entendu, si la mante religieuse est parfois capable d’attraper et de dévorer des espèces plus grosses qu’elle, elle n’est pas à l’abri de nombreux prédateurs car souvent elles peuvent être victimes et se faire manger par des lézards, des serpents des caméléons ou des oiseaux. Parfois pour intimider ses prédateurs la mante se dresse en ouvrant ses ailes et elle peut émettre un bruit en faisant vibrer son ventre contre ses ailes.

En attendant je n’aurai pas voulu naître en mâle de cet insecte car il arrive souvent que le mâle se fasse dévorer par la femelle lors de l’accouplement. Je ne sais pas si c’est une preuve d’abnégation de la part du mâle, de l’inconscience ou un risque mal calculé, toujours est-il que le mâle continue parfois à copuler malgré avoir eu la tête coupée par la femelle. Cela s’appelle perdre la tête pour une femme… ou pas ?

 

Lire la suite

Un papillon à plumes.

5 Mai 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #INSECTES

Pour moi, observer la nature est l’un des plus durables plaisir de la vie dans le paradis que je veux créer dans ma niche écologique. Il y a eu l’arche de Noé et j’ai bien l’intention de réer mon arche faunistique et floristique virtuelle qui accueillera autant d’espèces qu’il me sera capable de le faire.

Chaque jour, je m’émerveille de ce que la nature me réserve. Une fleurette par-ci, un animal par là et cette fois c’est un papillon peu ordinaire que j’ai déniché sur un buisson de Thunbergia erecta.

C’est un papillon assez grand, d’une envergure presque  égale à la largeur de la paume de ma main. Je n’ai pas été en mesure de l’approcher de trop près car dès qu’il sentait une présence il s’envolait.

Ce qui m’a frappé chez ce papillon peu coloré ce sont d’abord ses ailes et son corps comme recouvert de plumes d’oiseaux.

Puis ce sont ses yeux ronds sur les ailes qui montrent de fins reflets bleus, comme s’il vous fixait du regard. Après avoir cherché, j'ai enfin trouvé le binôme de cette espèce qui est un papillon de nuit : Erebus walkeri est son binôme

Madagascar est vraiment le paradis de l’endémisme et tous les jours c’est comme si j’ouvrais un tiroir nouveau et que j’y trouve de jour en jour de quoi donner du plaisir à ma vie. Mais mon plus grand plaisir c'est de pouvoir le partager avec le monde entier.

Erebus walkeri est son binôme

Lire la suite

E.V.N.I

14 Avril 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #INSECTES

Il y a quelques mois, j’ai trouvé une chenille et j’ai transmis les photos sur un site d’entomologistes mais malgré les nombreuses personnes qui ont visité les photos collées  sur le site, personne n’a réussi à mettre un nom sur l’espèce en question. Serait-ce une nouvelle espèce de larve d’insecte qui n’a pas encore été décrite ?

Il est fort probable qu’il existe à Madagascar de nombreuses espèces qui disparaissent avant même qu’on puisse les identifier car la culture sur brûlis, la déforestation et autres causes sont une véritable plaie pour le pays qui pourtant est d’une richesse incomparable sur le plan faunistique et floristique.

J’ose espérer que cette espèce ne finira pas dans les oubliettes de l’histoire et qu’on pourra un jour trouver une personne capable d’identifier l’espèce afin d’enrichir les connaissances sur le vivant afin de sensibiliser le plus grand nombre au trésor que la terre possède encore, même si le plus grand prédateur de la terre a déjà éliminé bêtement de nombreuses espèces pour la seule raison de faire du profit.

Ah oui j’oubliais de préciser qu’E.V.N.I veut dire Espèce Vivante Non Identifiée.

Si je devais la nommer je l'appellerai Chenille à antennes.

 

Lire la suite

Un insecte rare et noble. 

8 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #INSECTES

En début de cette année, j’ai découvert dans mes plantations un insecte peu ordinaire, déjà par sa couleur rouge-orange avec des bandes noires. Il étonne par son allure de locomotive qui traine un wagon derrière lui car je pensais d’abord que c’était deux insectes collés l’un à l’autre en train de copuler mais en fait ce n’était qu’un seul insecte de la famille des coléoptères, insectes qui possèdent un exosquelette c'est-à-dire qui sont pourvu d’un blindage externe rigide.

J’ai envoyé mes trois photos au site Galerie du monde des insectes et c’est deux mois plus tard que je viens de recevoir une réponse à mon questionnement concernant cet insecte et c’est une gentille dame Lysbeth d’Alys qui a validée le nom de cet insecte qui se nomme : Abiphis nobilis.

J’ai donc fait des recherches sur Internet et la seule indication que j’ai trouvé c’est qu’un seul exemplaire de cet insecte est épinglé au Royal Belgian Institute of Natural Sciences (RBINS). Comme cet insecte a également été découvert à Madagascar, il se pourrait que ce soit une espèce endémique. D’autant que je n’ai trouvé nulle part ailleurs des renseignements concernant cet insecte.

Il va de soi que si cet insecte qui a posé pour les photos était un peu intimidé, il a repris allègrement sa route après la séance photo à partir de l'endroit exact où je l'avais trouvé afin qu'il ne soit pas dépaysé et naturellement je l'ai remercié pour sa prestation. S'il ne m'a pas répondu c'est peut-être simplement parce que nous ne parlons pas la même langue.

Cela me fait vraiment plaisir de pouvoir apporter ma modeste contribution à la connaissance des espèces faunistiques et floristiques de Madagascar que je découvre au fur et à mesure du temps qui passe.

Il a rentré toutes ses griffes et autres pour la photo du ventre.

Lire la suite

Encore un sphinx découvert par mon petit Schtroumpf.

24 Novembre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #INSECTES

Mon petit Schtroumpf Kévin huit ans est vraiment attiré par la faune et la flore et il est rare qu’il ne vienne pas un jour de la semaine me demander d’identifier tel insecte ou plante, sujet de sa découverte. Et naturellement un flot de question auxquelles il veut que je réponde suit à chaque découverte.

Bien entendu, comme il ne va pas à l’école car elle n’est pas obligatoire à Madagascar comme bien d’autres choses (et qui m’ont fait me sentir plus libre dans ce pays d’adoption), il apprend ce qu’il a envie d’apprendre et n’a aucune obligation de suivre le troupeau des moutons de Panurge qui apprennent tous les mêmes choses qui seront dépassées avant qu’ils aient terminé leurs études car à mon humble avis l’IA (intelligence Artificielle) remplacera bientôt les professeurs car un certain Monsieur Google en sait déjà plus et peut donner une réponse beaucoup plus rapidement que n’importe quel savant, si émérite soit-il.

Bien entendu les autres professions ne sont pas mieux loties car même le balayeur de rue sera remplacé par des robots. Ainsi il m’est arrivé il y a des dizaines d’années de travailler ponctuellement dans une usine Ford en Allemagne ainsi que dans une usine qui fabriquait des pièces pour Peugeot Citroën en France et j’ai vraiment été à chaque fois étonné par tout ce que les machines peuvent faire à la place des hommes qui ne sont plus là que pour surveiller si tout marche comme sur des roulettes ou s’il n’y a pas d’incidents dans le fonctionnement des machines.

Dans les différentes unités de production où j’ai travaillé pendant une bonne trentaine d’années il en était de même car si au début quand j’ai commencé dans cette branche, les opérateurs ouvraient et fermaient des vannes manuellement et prenaient des notes sur leurs carnets, lorsque j’ai quitté les unités de production, tout était automatisé et programmé pour que l’intervention humaine ne se résume plus qu’à faire des rondes ou se prélasser devant les machines à café. Les vannes étaient automatiques et programmée selon des critères qui ne laissaient pas de place à un oubli ou a une erreur humaine car tout était sécurisé afin que s’il advenait une panne, un système de secours était immédiatement enclenché.

C’est beau le progrès tout de même et si chacun sur terre se spécialisait dans une matière plutôt que d’uniformiser les connaissances, peut-être que le monde irait mieux et qu’on ne ferait pas la course à l’échalote pour être le meilleur parmi le troupeau et rafler la mise.

Mais ce n’est que mon humble avis.

Batocnema coquerelii

Les sphinx sont des papillons capable de voler sur place comme les colibris et certains ont des trompes très longues afin d’être en mesure de puiser le nectar de certaines orchidées mais il y a aussi de nombreuses espèces qui ne se nourrissent pas et n’ont qu’une petite trompe.

Lire la suite