Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le paradis à Madagascar

champignons

Daldinia du capucin Agostino Daldini

15 Août 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

A côté de mon four à bois se trouve tout naturellement un tas de bois mort qui me sert à faire du feu et un jour une boule bleu-violacée a attiré mon attention et comme j’avais déjà vu un champignon qui ressemblait à cette espèce dans le département de la Mayenne en France, je n’ai eu aucun mal à reconnaître cette espèce qui appartient à cette famille de champignon dont on peut être certain en le coupant en deux. En effet la partie intérieure du champignon est assez spectaculaire avec ses bandes concentriques claires et sombres.

Et pourtant, le champignon que j’ai trouvé ici sur la côte-Est de Madagascar où je réside possède une belle teinte bleu-violacée contrairement au champignon de cette espèce que j’ai trouvé en France qui était bien plus sombre voire même noir. Bien entendu il existe des variantes de couleur mais cette espèce de Madagascar est assez originale.

Bien entendu il existe plusieurs noms vernaculaires pour désigner cette espèce qu’on appelle parfois Billes de carbone, Gâteaux du roi Albert ou encore Boules de crampes car selon la littérature ce champignon guérirait ou prémunirait contre les crampes. D’autre part, ce champignon pourrait être très utile aux adeptes du survivalisme car il peut être utilisé comme initiateur de feu. Sa structure interne permet de créer une braise à partir d’une étincelle qui s’étend par la suite et peut servir pour allumer un feu.

Naturellement n’étant pas capable de pratiquer une analyse de l’ADN ribosomique, je ne me hasarderai pas à distinguer mon espèce en lui attribuant un binôme car d’autres espèces qui se ressemblent existent ailleurs au monde. En fait, les vrais mycologues déterminaient jusqu’à ce jour les champignons avec leur microscope… mais comme tout passe, tout lasse, tout casse, on peut désormais ranger les microscopes au placard car ce sont maintenant les analyses d’ADN qui ont pris le relais.

D’autre part, j’ai rencontré un jour un mycophage qui m’a donné une recette pour cuisiner ce champignon, qui, il est vrai est assez coriace. Donc il suffirait selon lui de faire bouillir une marmite d’eau salée, d’y plonger ces champignons avec un  caillou ou un gravier. Et quand le caillou ou le gravier devient mou, il est temps de retirer le champignon qui serait devenu mou lui aussi. Je n’ai jamais osé faire l’essai car si des études sud-coréennes ont trouvé des vertus avec une activité protectrice contre la dégénérescence dans ce champignon, pour ma part je n’en suis pas encore arrivé à me prendre pour une souris de laboratoire.

 

Lire la suite

Connaissez-vous le corail de feu

21 Juillet 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

.Je pense que peu de personnes connaissent cette espèce, car elle est rare. Je l'ai découvert à Madagascar et comme c’est une espèce qui n’a été signalée qu’en Chine, en Corée du sud, au Japon et en Australie, on peut maintenant rajouter Madagascar car je l’ai découvert dans le pré qui jouxte ma maison d’habitation. Cette espèce a poussé dans l’herbe rase en de nombreux exemplaires sur un mètre carré environs. C'est sur la côte-Est de Madagascar entre l'océan Indien et le canal des Pangalanes à une dizaine de km au nord de l'embouchure du fleuve Mangoro.

Cette espèce que les japonais appellent corail de feu, son binôme latin étant Thrichoderma cornu-damae, qu’on peut traduire par Trichoderme en forme de corne de daim. Les japonais l’appellent également champignon de feu. Je ne pourrai pas dire si c’est en rapport avec sa couleur d’un beau rouge flamboyant ou si c’est à cause de sa toxicité car ces champignons contiennent de la Trichothécène parmi les autres mycotoxines.

Sachant que certaines espèces animales comme certaines grenouilles ou des chenilles ainsi que des poissons ont optés pour des couleurs très vives pour décourager les éventuels prédateurs en leur signalant qu’ils possèdent du poison en réserve pour ceux qui oseraient les mettre à leur menu. En serait-il de même pour ces champignons qui veulent ainsi avertir de leur toxicité les prédateurs comme par exemple les mycophages ?

Cette espèce aurait été décrite pour la première fois en 1895 sous le nom de Hypocrea cornu damae, puis en 1905 dans le genre Podocrea, puis en 1994 on le place dans le genre Podostroma et c’est finalement les chinois qui ont eu le dernier mot en le plaçant dans le genre Trichoderma en 2014. Pour ma part je ne compte pas le renommer car je pense que cela leur fait une belle corne d’avoir été baptisé tant de fois depuis leur première description.

Selon certaines sources, ces champignons pousseraient aussi sur du bois. Je n’ai pas poussé plus avant pour connaitre la nature du sol car il se peut très bien qu’il y ait eu du bois enterré à faible profondeur et que ces champignons aient choisi ce substrat pour s’y implanter.

Si jamais je retrouve cette espèce je vérifierais la nature du support. En fait de bois, pour ma part j’ai des tas de bois un peu partout que je laisse se décomposer car si certains tas de bois servent d’abris pour les tangues de Madagascar qui sont des animaux qui ressemblent à des hérissons mais qui n’appartiennent pas à la famille des hérissons. Puis il y a des tas de serpents inoffensifs qui eux aussi trouvent un abri sous les tas de bois déposés çà et là et je ne parlerai pas des autres animaux batraciens, insectes et autres qui colonisent mes tas de bois et de branchages. Bien entendu les champignons se succèdent également pour se nourrir des diverses substances du bois au fur et à mesure de leur décomposition.

Quand on veut de la biodiversité comme je le souhaite, il ne faut pas tout bétonner, tout nettoyer, tout aseptiser etc. car la nature n’a souvent nul besoin de l’homme pour se régir selon ses lois.

Bien entendu je compte apporter moi aussi ma goutte d'eau comme le colibri pour essayer d'éteindre l'incendie en plantant, bouturant tous les jours parfois en semant des centaines de graines, de noyaux, de pépins afin de créer une biodiversité. Peut-être que c'est mieux de montrer l'exemple que de palabrer dans le vide en essayant de sensibiliser les gentilés, non pas seulement à la protection de l'environnement mais en mettant la main dans le fumier de mes léporidés qui enrichissent par leur litière le sol acide qui a été durant des siècle ravagé, dévasté et brûlé par l'Homme. et parfois la récompense est au bout des peines.

Voici quelques exemplaires qui ont bien voulu s'implanter près de ma résidence.

Lire la suite

Mes hygrocybes rouges de Madagascar

15 Juillet 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Comme je réside en lisière de la brousse sur la côte-Est de Madagascar et que j’ai eu sur un coup de folie passagère l’envie durable de créer mon petit paradis sur terre en intégrant autant que possible des espèces végétales les plus diverses possibles afin d’agrémenter ma niche écologique, Il m’arrive tous les jours d’avoir des surprises.

C’est un peu comme si je possédais un semainier et que j’ouvre tous les jours un tiroir différent et qu’en farfouillant dans ce tiroir j’en sorte quelque chose qui m’intéresse. Bien entendu pour que cela soit possible, il faut avoir eu dans son bagage génétique beaucoup de curiosité qui mène autant à regarder par les trous de serrures que de découvrir ce qui se passe entre les brins d’herbe du pré face à la maison.

Et ce jour là je distingue sans aucun mal de petites choses qui tranchent entre la verdure de l’herbe car il est évident que ces petites flammes couleur braise tirant sur la couleur framboise attirent mon attention. Bien que je ne sois pas un grand mycologue j’ai appris vaguement à reconnaitre pas mal d’espèces fongiques dont cette espèce que je suppose être de la famille des Hygrocybes.

Cela me fait penser à mon ami Alphons qui doit bien rire de ce qui arrive au monde actuellement alors que lui est désormais dans l’au-delà. Je me souviens de lui quand il venait aux expositions mycologiques avec sa petite boîte de chaussure en carton où il avait soigneusement déposé sur un tapis d’herbe des espèces rares comme par exemple des Hygrocybe reae qui pourtant ne ressemblaient pas aux espèces que j’ai trouvé ici à Madagascar. Il me disait que ces espèces ne sont visibles que dans des stations totalement exemptes de pollutions.

A chaque découverte de champignons je pense à l’ami Alphonse car c’est beaucoup grâce à lui que je me suis intéressé aux champignons entre autre. Car un jour, un peu désœuvré j’ai ouvert le journal le Républicain lorrain et j’ai vu un tout petit article qui annonçait une exposition mycologique et qui disait que tous les apports de champignons seraient les bienvenus. J’ai donc attrapé un panier et j’ai sillonné haies, bois et prés pour trouver ces perles rares en essayant de ne prendre que de rares spécimens de chaque afin d’avoir un assortiment honorable.

Quand je me suis présenté avec mon panier de champignon, c’est un Monsieur aimable qui a déversé mon panier sur une table et a commencé à écarter les espèces afin de trier les espèces. Puis comme il était seul à mettre en place cette exposition de champignons, il m’a demandé si je voulais bien lui aider. J’ai été très surpris et  honoré qu’on puisse me demander ce service. Mais quand il m’a mis en main une espèce et qu’il m’a demandé de mettre cette espèce sous l’étiquette Stropharia aeruginosa, arrivé à la première table j’ai été obligé de faire marche arrière pour lui redemander de me répéter ce binôme…

Et de fil en aiguille j’ai été sollicité par mon ami Alphonse à chaque manifestation mycologique qui s’est déroulé dans la région de Moselle-Est, jusqu’au jour où j’ai été en mesure d’organiser et animer moi-même des expositions où mon ami Alphonse était tout naturellement devenu un hôte de marque.

Alphonse  lors d'une des dernières expositions de champignons que nous avons fait ensemble

Lire la suite

Elle n'est pas belle ma Trémelle?

14 Juillet 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Une belle découverte sur un poteau de bois d’Eucalyptus robustus a été à l’ordre du jour et ses lobes translucides forment comme des oreilles sur le poteau sur lequel cette espèce s’est implantée. Bien entendu il lui faut un taux d’humidité assez important pour pouvoir se développer. Et c’est justement le cas actuellement sur la côte-Est de Madagascar où j’ai découvert ce champignon.

Sa consistance en gelée tremblante ne font pas trembler mes papilles car si les chinois et autres pays asiatiques mettent ce champignon à leur menu, ce n’est pas mon cas. Pas que je sois capricieux mais j’ai déjà essayé de le manger après cuisson dans une soupe mais je préfère de loin sa cousine l’oreille de Judas qui est plus consistante et qui est d’un niveau gastronomique bien plus élevé notamment dans une platée de riz cantonnais ou une soupe chinoise entre autres.

En France, on peut trouver assez fréquemment tout le long de l’année une espèce semblable mais d’une belle couleur jaune d’or qui pousse également sur du bois morts ou vivant de différents feuillus. J’avais essayé également de cuisiner cette espèce mais j’ai estimé qu’elle n’en valait pas la peine, à moins de ne plus rien trouver d’autre pour mettre dans la marmite par exemple en période de survie. Mais je laisse cela aux candidats qui veulent de l’aventure avec un grand A et qui vont se perdre volontairement sur une île déserte où seul subsistent encore quelques branchages échoués ou dans une forêt primaire.

Bien que les asiatiques aient trouvés des vertus thérapeutiques à ce champignon, je préfère m’abstenir et m’en tenir aux espèces un peu plus consistantes et si je ne trouve rien d’autre, quelques Vesses de loup dans une omelette feront l’affaire. Bien entendu lorsque j’étais encore dans l’Est de la France je trouvais chaque printemps des Entolomes sous les quetschiers, ainsi que des Pézizes veinées et parfois aussi de belles morilles blondes et je ne parlerai pas des seaux de Morillons découverts sous les peupliers baumiers (Tacamahaca). Et quand je montais à l’étage du Muschelkalk les pruneliers avec leurs épines noires cachais souvent des Verpes et même des Tricholomes de la St Georges. Bien entendu, chemin faisant, je ramassais la ciboule sauvage, le serpolet, le Rumex ou oseille sauvage ainsi que les pointes d’orties qui entraient dans la composition de ma soupe du soir.

 Bon je ne vais pas détailler non plus tout ce que je ramassais. En effet, lors de la grande saison fongique il ne m’était pas possible de penser à me confectionner de bons petits plats car j’était trop pris par ma passion de trouver le maximum d’espèces différentes afin de sensibiliser les curieux venus visiter les différentes expositions de champignons que j’ai animé dans l’Est mosellan. Je collaborais également activement au travail de recherche sur la répartition des macromycètes de l’Est de la France dont les données étaient communiquées aux thésards de la Faculté de Pharmacie de Nancy qui avaient choisi de pondre leur thèse en essayant de faire une cartographie selon les trouvailles. A ce propos, chose curieuse, là où habitaient des mycologues il y avait beaucoup plus d’espèces répertoriées que dans des espaces où peu de mycologues participaient au travail de recherche. Mais après tout comme dirait les habitants de la perfide Albion : « nobody is perfect ».

 

Lire la suite

La teinte du Cortinaire couleur de rocou

7 Juillet 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Lorsque je résidais encore en France j’avais découvert une place où poussait le très toxique Cortinaire couleur de rocou appelé parfois aussi Cortinaire des montagnes mais il pousse également en plaine son binôme est: Cortinarius orellanus. J’avais pris les coordonnées sur mon GPS afin de pouvoir retrouver la place où croissait cette espèce afin d’en prélever un ou deux spécimens à chaque exposition de champignon que je réalisais lors de la grande saison fongique en septembre-octobre. Cette place de quelques mètres carrés fournissait en grand nombre ces champignons mais à part cette place, je n’en ai trouvé que rarement ailleurs.

Avant de venir à Madagascar je ne savais pas ce qu’était le rocou qui a inspiré un mycologue à nommer ce champignon d’après la couleur des graines contenues dans des capsules garnies de poils rouges. En effet les graines du rocouyer sont entourées d’une substance d’un rouge sombre bien spécifique et naturellement que cela ait inspiré ce mycologue en pensant que les amérindiens s’en servaient pour se peindre le visage et le corps, il n’y avait qu’un pas. Mais d’après la littérature ce serait plutôt la terre ocre rouge qui servait aux indiens d’Amérique centrale à s’enduire le corps avec cette terre. Car ils faisaient leurs peintures rouge avec du sulfure de mercure et de l'oxyde de fer, ce qui a conduit  à l’époque les blancs à désigner les amérindiens de peaux rouges. Par contre les peuples indigènes d’Amérique du sud auraient bien utilisé depuis des millénaires la bixine et l’oreline, deux colorants tirés des graines du rocouyer qui  auraient servi de protection contre le soleil ou les piqûre d’insectes ainsi que pour colorer les tissus ou la céramique.

Pour ma part, je distribue ces fruits aux gamins qui se font une joie de se barbouiller de rouge avec les graines. On peut s’en servir comme rouge à lèvres ou pour teinter ses cheveux mais la coloration part au premier lavage. Bien entendu il y a des tas d’aliments qui sont coloré avec cette substance qui entoure les graines et cette substance contiendrait même du béta carotène. Et aurait d’autres vertus. En effet le rocouyer est aussi employé en phytothérapie et en plus du carotène il contiendrait également du sélénium. Avec ses propriétés antioxydantes  qui permettent de ralentir le vieillissement cellulaire, je me tâte pour savoir si je ne vais pas me faire des tisanes avec des feuilles de cet arbre, puis d’agrémenter ma viande de lapin avec des racines de cet arbre et pourquoi pas teinter le tout avec la substance rouge qui entoure les graines et qui a une petite saveur de muscade.

En effet j’aurai bien espéré pouvoir prolonger ma vie encore de quelques centaines d’années, sauf que d’un autre côté je sais très bien que les propriétés bienfaisantes des plantes peuvent s’avérer également dangeureuses car une surdose est toujours possible. C’est un peu comme si on passe sous une échelle et qu’on trouve un billet de cent euros en dessous… Mais il se peut très bien aussi que le peintre qui se trouve sur l’échelle renverse son pot de peinture glycérophtalique et que vous soyez noyé de la tête au pied d’une belle couleur brun-rouge, couleur des graines du rocouyer.

 

Lire la suite

Connaissez-vous la fable de l’Agaric et du lapin ?

5 Juillet 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Il était une fois un vieux retraité français qui a décidé de s’expatrier sur la côte-Est de Madagascar et comme tout retraité qui se respecte il décida de faire un élevage de léporidés. Bien entendu qui dit lapins dit aussi litière à débarrasser et comme ce vieux retraité est plutôt un vieux Brad en piteux état plutôt qu’un fringant Brad Pitt, il se consacre à l’étude de la nature et comme il est curieux de nature, il lui arrive de découvrir des champignons parfois sur le fumier de lapin qu’il prend soin d’étendre aux pieds de ses nombreux arbres et autres plantes qu’il met en terre jour après jour. Bien entendu il ne plante pas des arbustes et autres uniquement dans l’espoir de trouver des champignons sous ces arbres mais pour créer une biodiversité qui devrait favoriser l’apparition d’une faune et d’une flore qui ne manquera pas de redonner un cadre de vie plus diversifié que celui qui existe et où l’homme avait réussi à raser en quelques centaines d’années tout ce que la nature avait mis des millions d’années à créer. Donc pour en revenir à notre champignon découvert sur ce fumier de lapins, d’après les critères macroscopiques qu’on peut facilement observer, il parait évident que ce champignon fait partie de la famille des Agarics car il laisse entrevoir entre ses lames des tons rosés et ce n’est pas dû au fait qu’il lui arrive d’arroser ses plantations mais plutôt à la couleur rose des spores.

Et chose étonnante, cette espèce de la flore fongique ne sent pas le fumier de lapin comme on pourrait se l’imaginer mais plutôt une douce et légère odeur d’amande. Il est vrai que pour les champignons, parfois il est difficile de les déterminer car rien ne ressemble plus à un champignon qu’un autre champignon et ce sont les structures microscopiques ainsi que la forme et la couleur des spores qui permettent la plupart du temps de différencier les champignons. Souvent, les champignons ont des préférences sur certains sols ou sur certains supports et souvent aussi ils sont nettement inféodés à des essences très strictes et il est vain de chercher par exemple une espèce sous un épicéa si cette espèce est inféodée au mélèze.

D’autres espèces par contre ne sont pas capricieuses et on peut autant les découvrir sous des feuillus que sous des conifères. Sachant toute fois qu’il aura des espèces qui préfèreront des sols calcaires alors que d’autres espèces se satisferont plutôt de sols siliceux ou autres. Je ne pousserai pas davantage le risque de déterminer ce champignon car sachant que Madagascar est le pays par excellence de l’endémisme dans tous ses états et je laisserais plutôt le soin à des mycologues confirmés de pousser plus avant la curiosité concernant l’étude des champignons poussant sur la litière de léporidés blancs aux yeux rouges… oui je sais que la couleur des yeux et des poils de lapins n’ont rien à voir avec les champignons… et pourtant, des études plus poussés pourraient nous réserver des surprises auxquelles ont ne s’attendait pas du tout car ce sont parfois les choses les plus incongrues qui font les grandes découvertes.

 

Lire la suite

Une cage à mouche bien odorante

28 Juin 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Comme nous nous trouvons en début de l’hiver austral, plusieurs espèces de champignons font leur apparition après une bonne ondée nocturne. Ainsi, lors d’une de mes nombreuses sorties j’ai trouvé ce champignon très coloré et son œuf prêt à s’ouvrir d’où sortiront les branches du champignon qui sont ornée d’une glèbe verdâtre sombre très puante qui attire mouches et insectes qui se gavent avec cette substance qui contient les spores du champignon. Les spores étant des cellules ou parfois même des formations pluricellulaires qui permettent la reproduction.

Donc comme les champignons comme les autres végétaux peuvent rarement se déplacer pour coloniser d’autres espaces, les plantes attirent souvent les animaux pour propager leurs semences. Qui a dit que les plantes étaient bêtes ? Elles font partie du vivant tout comme les animaux ou les être humains.

Cette espèce de champignons a été découvert en Australie puis elle s’est propagée dans de nombreux pays au monde grâce à la mondialisation car on pense que les spores ont été transportées par bateaux en s’accrochant à des marchandises diverses ou des emballages de marchandises. Sachant que les spores de champignons sont parfois capables de voyager dans l’espace, il n’est pas interdit de penser que les champignons peuvent également être des passagers clandestins pour voyager d’un continent à l’autre.

 

Lire la suite

Pycnopore rouge cinabre ou rouge sang ?

18 Juin 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Ici, près de la côte-Est de Madagascar il est fréquent de trouver sur des branches de bois mort des champignons ayant une belle couleur rouge. Bien entendu, les puristes vont faire la différence entre les champignons de couleur rouge cinabre et ceux qui ont une couleur rouge-sang. Je pense qu’il y a aussi des différences concernant les observations microscopiques qui permettent de séparer ces deux espèces. J’ai découvert déjà des champignons de cette couleur voyante avec des pieds bien distincts et d’autres dont le chapeau était collé directement à son support.

A maintes reprises j’avais rencontré des espèces semblables en France également sur bois mort de branches et j’ai été surpris d’en trouver de nombreux exemplaires à Madagascar. Je ne saurai dire si c’est vraiment les mêmes espèces car je ne possède pas de matériel pour faire des déterminations autres que macroscopiques.

Toujours est-il que je suis content déjà de savoir que ces espèces sont des Pycnoporus. Et de toute façon que ce soit des Pycnoporus cinnabarinus ou des Pycnoporus sanguineus, ils ne sont comestibles ni l’un ni l’autre à moins de suivre la recette que m’avait confié un vieux mycologue qui m’a dit qu’il fallait mettre ces champignons dans de l’eau bouillante avec un caillou et quand le caillou serait mou, le champignon serait cuit.

 

Lire la suite

Un champignon flexueux et duveteux

14 Juin 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Lors d’une sortie matinale qui me permet de respirer un bon bol de l’air iodé de l’océan indien j’ai découvert un champignon sur un poteau de Niaouli (Melaleuca quinquenervia).

Ce champignon dont le diamètre du chapeau dépasse légèrement les cinq centimètres dans sa plus grande largeur présente une marge flexueuse-ondulée d’une teinte plus sombre que le reste du chapeau. Le dessus du chapeau laisse apparaitre un fin duvet de couleur ocre clair quand aux pores sous le chapeau, ils descendent même sur un face du pied jusqu’à la moitié de celui-ci, ce qui est rare chez les polypores. A noter également, chose curieuse, les motifs qui recouvrent partiellement les pores et qui ressemblent à une "écriture chinoise ou arabes"

Décidément pour celui qui est curieux de nature et qui s’intéresse à elle, il y a mille et une choses à découvrir chaque jour qui passe. Malheureusement il faudrait pouvoir vivre mille ans pour découvrir tout ce que la nature peut nous offrir et cela ne suffirait même pas pour les curieux comme moi.

Après maintes recherches je n'ai pas réussi à mettre un binôme sur ce champignon 

On peut distinguer très nettement les pores qui descendent sur le pied du Polypore

Lire la suite

Les Phallacées et autres membres de cette famille.

27 Mai 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

En France il m’arrivait souvent de trouver des Phallus impudicus, qui sont appelés de façon vernaculaire « Phallus impudique » et qui sont des champignons qui évoquent la forme d’un pénis en érection issu d’un sac.

Ce champignon dégage une odeur de cadavre en décomposition qui attire les mouches et la glèbe en haut du pied qui contient les spores du champignon est mangée par les mouches ce qui permet ainsi la dissémination de l’espèce.

Ici je trouve communément lors des périodes de pluies des espèces semblables mais qui possèdent un beau voile jaune d’or et qui se nomment Dictyophora lutea mais vous pouvez l’appeler aussi « Dame voilée ».

Il est évident que si toutes les espèces de phallacées prennent naissance dans des sortes d’œufs, aucune de ces espèces n’est comestibles sauf quand le champignon se trouve encore dans son œuf et c’est la partie centrale de l’œuf en forme d’amande qui peut être croquée crue. Il m’est arrivé d’en goûter et cela possède une saveur rappelant vaguement celle d’un radis.

Contrairement à Phallus impudicus, Dictyophora lutea possède une odeur plutôt agréable et l’espèce qui semble être peu courante voire inexistante ailleurs au monde, ici sur la côte-est de Madagascar il y en a beaucoup et j’ai pu en observer tous les jours à plusieurs endroits pendant plusieurs mois en saison des pluies.

Œufs de Dictyophora lutea

 

 

 

 

 

Une autre espèce de cette famille qui se trouve à Madagascar mais également en France et qui a été importée d’Australie est  Clathrus archeri ou « Doigts du diable » car ces branches en étoile rouge ressemblent à des flammes sorties tout droit de l’enfer. Cette espèce produit également une odeur nauséabonde de charogne ou d’excréments qui attirent les insectes nécrophages. En Allemagne on l’appelle « Tintenfisch » (champignon pieuvre).

Cette espèce a été introduite en Europe au cours du XXème siècle.

Et tant qu’on est dans la vulgarité et dans cette famille de champignons, il existe en France aussi une espèce appelée Mutinus caninus ou Satyre de chien. Cette espèce comme le Phallus impudique sort d’un œuf oblong et le haut du pied est également recouvert d’une substance verdâtre qui contient les spores du champignon. Si je n’ai pas trouvé cette espèce à Madagascar, il y a une autre espèce qui ressemble vaguement c’est un Mutinus ressemblant le plus à Mutinus borneensis mais avec quelques différences.

Ne pouvant pas vérifier les caractères microscopiques du champignon, il m’est impossible de dire s’il s’agit vraiment de cette espèce ou si c’est une variété ou une forme de l’espèce et en attendant je vais la baptiser Mutinus madagascarensis car Madagascar étant la championne de l’endémisme il se pourrait fort bien qu’une espèce ait pu évoluer différemment de l’espèce type. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Colus hirudinosus ou appelé vulgairement "cage à mouches".

 C'est un magnifique champignon aux couleurs vives qui fait partie de cette famille mais c’est une espèce thermophile qui aime la chaleur des tropiques car je ne l’ai jamais rencontré en France pourtant il y a, selon la littérature, des exemplaires qui ont été découvert dans le sud de la France. Et pour cette espèce, il existe des espèces avec des différences morphologiques mineures. Cette espèce se trouve souvent sur des matières organiques en décomposition dans le sable.

 

Lysurus periphragmoïdes appelé "champignon puant en treillis pédonculé" est également un champignon des tropiques qui pousse sur sol fertiles ou sur paillis. Le pied du champignon qui sort d'un œuf a une couleur jaune-orange. La tête du champignon ressemble à un grillage de la même couleur que le pied et elle est comblée par la glèbe d’une couleur sombre verdâtre au-dessus de la tige. Ce champignon dégage lui aussi une odeur fétide.

 

Une autre espèce de Mutinus peut être qualifiée de Mutinus ravenelli avec un pied blanc muni de pores et une tête d'un beau rouge ressemblant à la peau d'une fraise des bois.

Et là encore, vu qu’il y a d’autres espèces, variétés ou formes, il est risqué de dire que c’est l’espèce type. Comme il n’y a pas beaucoup de mycologues possédant du matériel adéquat pour la détermination des espèces sous les tropiques, il est évident qu’il y a beaucoup de champignons qui n’ont pas été étudiés microscopiquement.

 

 

 

(Les dessins de Phallus impudicus et de Clathrus archeri ont été réalisés par Roland Sabatier dans le livre le Gratin des champignons qu'on peut trouver dans les bonnes librairies ou encore le commander sur Internet par exemple https://www.amazon.fr/Gratin-champignons-G-Becker/dp/2723406245)

Lire la suite

Geastrum

15 Avril 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Comme ici sur la côte-Est de Madagascar il pleut presque toutes les nuits, il est naturel que les champignons montrent le bout de leur chapeau et certains sont assez étranges et ressemblent à tout sauf à des champignons.

Ainsi ce champignon avec ses branches en étoile qui a décidé de vider son sac contenant des spores  qui sont les éléments microscopiques permettant aux champignons de se reproduire. Dans le cas de ce champignon, ces spores sont contenues dans un sac qui protège les spores jusqu’à ce que le vent les emporte ailleurs où ils trouveront les conditions adéquates pour se reproduire.

Généralement on trouve ce genre de champignon dans l’humus des forêts. Comme il y a de nombreuses espèces de Géastres dans cette famille, je ne me risquerai pas à me prononcer car s’il ressemble au Geastrum triplex ainsi qu’au Geastrum sessile, il lui manque pourtant des caractères distinctifs pour en être sûr donc dans le doute…

On appelle ce genre de champignon Etoile de terre.

Il existe même dans cette famille une espèce hygrométrique qui ressemble et qui par temps sec replie ses branches sur le sac afin d’y appuyer et de chasser les spores contenues dans le sac. Par temps de pluie ses branches reprennent leur position en étoile et s’appuient sur le sol afin de surélever le champignon afin  de ne pas noyer ses précieuses spores dans une éventuelle flaque d’eau.

Qui a dit que les champignons n’étaient pas dotés d’une certaines intelligence ?

 

Lire la suite

Avez-vous déjà mangé des oreilles de Judas ?

12 Avril 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Les oreilles de Judas sont des champignons qui poussent sur différents bois morts ou vivants qui normalement lorsqu’ils sont bien représentatifs ressemblent à des oreilles. Pourquoi leur attribuer le nom de Judas ? Tout simplement d’après la littérature, Judas se serait pendu à un sureau sur lequel poussent aussi parfois ces champignons.

On appelle souvent également cette espèce champignon noir chinois car les chinois exercent une culture massive d'une espèce ou variété de ces champignons.

On retrouve souvent ces champignons parmi les ingrédients qui composent les soupes chinoises ainsi que dans le riz cantonnais et autres recettes.

Ici à Madagascar, ce champignon n’est pas rare et on en trouve à acheter des espèces fraîches sur le marchés local et il suffit de les faire sécher au soleil pour pouvoir les conserver et les consommer au fur et à mesure des besoins.

Naturellement, comme tous les champignons d’ailleurs (y compris le champignon de Paris soit dit au passage), ce champignon contient également des toxines qui s’éliminent à la dessiccation ou à la cuisson.

Ce début d’année ayant été particulièrement pluvieux ici sur la côte Est de Madagascar on a vu des spécimens énormes au vu de la longueur d’un stylo Bic.

Nous en avons donc profité pour faire des réserves en les faisant sécher puis en les conservera dans un bocal hermétiquement clos pour pouvoir garnir certains plats cuisinés pendant la saison où on ne trouvera plus ces champignons.

 

Lire la suite

Le conte des dames voilées.

1 Avril 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Actuellement, et contrairement à l’hémisphère nord, à Madagascar c’est l’automne avec ses pluies nocturnes qui font émerger des merveilles de la terre. Ainsi j’ai rencontré un beau matin deux dames voilées alors que l’humidité du sol diffusait cette odeur agréable de géosmine et de pétrichor mêlé au doux parfum que dégageait la glèbe des dames voilées qui veulent attirer ainsi des insectes afin de disséminer leurs spores et se reproduire. Bien entendu il y a des espèces de la même famille en France qui ressemblent à ces dames mais sans le voile et qui ont une odeur repoussante et cadavérique.

Ces mystères de la terre me fascinent tous les jours car comme un enfant perdu dans un jardin d’Eden je me laisse envahir par tout ce que la nature offre à mes yeux et à mes sens.

Ces dames voilée qui semblaient s’aimer tendrement n’étaient naturellement pas les seules que j’ai rencontré car des dizaines d’autres de la même espèce avaient pris position dans des endroits qui convenaient le mieux à leur courte vie car si ces champignons peuvent se développer en quelques heures à peine, il suffira de quelques heures de soleil pour les faire mourir.

Leur cycle de vie se résume simplement à diffuser leurs semences afin de se reproduire mais dans la terre elles contribuent grâce à leur mycélium à décomposer partiellement la matière organique morte et ainsi faire partie du vivant de la terre en l’enrichissant à leur manière.

 

Lire la suite

Un magnifique champignon blanc

24 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Sur une branche pourrie d’un laurier rose j’ai eu la surprise de découvrir un champignon qui ne répond pas à des critères assez convainquant pour le déterminer d’une façon claire et nette car s’il ressemble à un autre champignon connu, il n’en a pas vraiment l’apparence. En effet les champignons de la même espèce peuvent prendre la plupart du temps des formes différentes mais il y a des caractères communs qui les distinguent.

Ce champignon dont j’ai trouvé deux exemplaires possède  un anneau très marqué sur le pied et qui me ferait penser à une mini-jupe des années soixante. J’ai eu beau chercher,  je n’ai rien trouvé de semblable dans la littérature.

Donc il se pourrait que ce soit une espèce qui n’a pas encore été décrite et j’aimerai tant lui donner un binôme sachant toutefois qu’il s’agit d’une espèce qui entre dans la famille des Lentinus ou assimilés.

Si j’avais le pouvoir de le décrire microscopiquement car on y découvre des caractères qui sont plus probants que la macroscopie et si j’étais en savoir de faire une description latine afin de faire valider un binôme, je l’appellerai Lentinus brevi habitu qu’on pourrait traduire par Lentin à robe courte.

Sachant que Madagascar est le pays par excellence de l’endémisme autant floristique que faunistique, rien ne serait étonnant que de nouvelles espèces non découvertes au monde puissent y évoluer.

 

 

Lire la suite

Champignon ou corail ?

11 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

La nature dans sa diversité crée des formes, des couleurs, des senteurs, des saveurs et autres éléments spectaculaires qui nous laissent rêveur.

Ainsi j’ai découvert dans ma mini-jungle après de fortes pluies nocturnes des champignons qui ressemblent à du corail ; ils sont plutôt flexueux ce qui n’est pas vraiment l’apanage des champignons dits « comestibles » à moins de vouloir les mâchouiller en guise de chewing-gum.

Ces champignons se nourrissent de bois en décomposition et participent à la transformation de la matière organique pour la transformer en humus.

L’odeur de ces champignons est assez forte mais je ne pourrai pas dire à quoi cela me fait penser d’autre qu’à une sorte de cuir. Mais n’ayant pas le nez assez fin pour dire de quel cuir il pourrait s’agir, je préfère laisser l’imagination de chacun y voir le cuir qu’il veut.

Partant d’un pied, le champignon se divise en plusieurs branches qui se terminent par des sortes de spatules. Il y a une vague ressemblances avec certaines Clavulina mais je n’ai pas trouvé d’espèces qui ressemblent vraiment à ce champignon.

Donc s’il y a un mycologue dans la salle, je lui serait gré de bien vouloir me donner son avis afin que je puisse le partager avec les lecteurs curieux de nature.

 

Lire la suite

Hello ! Y aurait-il un mycologue dans l’avion ?

28 Février 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

En m’baladant sous mon anacardier dernièrement un champignon jaune et blanc attira mon regard.

Il n’en fallait pas plus que je rentre dare-dare chercher mon appareil photo (oui je sais je ne suis pas encore arrivé à l’époque glorieuse du Smartphone et autre truc à la pomme).

Donc je cadre, je recadre et je termine par faire des prises de vue sous tous les angles de ce champignon que je classerai à première vue dans la grande famille des Amanites qui ne compte pas moins de plusieurs centaines voire plus encore d’espèces.

N’ayant aucune notion du binôme de cette espèce, j’ai donc cherché sur Google et j’ai trouvé une liste de près de soixante dix espèces de cette grande famille. Et ce qui rapprochait de par sa description le plus à l’espèce que j’ai trouvé c’est (peut-être) Amanita onusta car, rares sont les Amanites qui possède un pied annelé aussi longuement radicant et surtout avec ses restes de voile qui pendent sur les bords du chapeau, ce qui n’est déjà pas si commun.

Bien entendu cela ne suffit pas pour déterminer avec certitude un champignon car pour être plus près de la vérité il aurait fallu que je fasse appel à une réaction neutre de KOH sur le chapeau et que je mettre mon champignon sous un microscope pour déterminer ses basides, ses spores, sa trame lamellaire, son piléipellis etc.

Mais bon, on ne peut pas tout connaitre et je laisse au chercheur de cheveux en quatre le soin de me contredire et je les remercie d’avance s’ils peuvent rectifier le tir s’il y a lieu.

Le jour après (un peu moins frais) 

 

Lire la suite

Les beaux, les bons et les tuants.

26 Février 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

En fait quand on parle de champignons, il y a des bons, des beaux mais aussi des tuants car de par leur pouvoir de pomper de nombreux éléments qui se trouvent dans le sol, certains champignons sont de véritables usines chimiques. Certaines espèces sont en mesure de synthétiser des substances antibiotiques pour se protéger des attaques d’autres espèces ou alors ils fabriquent des éléments abiotiques pour attaquer d’autres espèces et prendre leur place.

Bien entendu certaines substances contenus dans les champignons peuvent ne pas être au goût des humains et, soit ils leurs causent des indigestions voire même de sérieux problèmes d’intoxication qui peuvent avoir des conséquences létales parfois.

Mais évidemment il y a bon nombre de champignons qui perdent leurs toxines à la dessiccation ou à la cuisson tels que les morilles et autres espèces, mais pas toutes.

Et il y a aussi les champignons qui n’ont aucune valeur nutritive ou qui sont trop coriaces pour être consommés mais qui ont pourtant des airs de stars des bois et des prés.

Certaines espèces peuvent se parer des plus belles couleurs et formes quand ce ne sont pas des odeurs qui les différencies parfois des autres espèces car il y a des champignons qu’on peut reconnaître les yeux bandés rien qu’à leur odeur dont certaines ont une odeur de cuir de Russie, de bonbon anglais, de chair de coco, d’anis, de Maggi, de sperme et de bien d’autres odeurs encore plus curieuses. 

Qui a dit que la nature était banale ?

Ce champignon par exemple fait partie de la famille du champignon de Paris dont de nombreuses espèces sont comestibles mais celle-ci par exemple s'en distingue par le fait qu'il est indigeste et on le reconnait par le jaunissement dans les blessures.

Lire la suite

La dame voilée.

23 Février 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

 

  Comme il y a eu de fortes pluies ces dernières nuits, Les champignons ne sont pas en reste pour montrer le bout de leur chapeaux qui peuvent prendre des allures de fête avec des galures et parures insolites.

Il en va ainsi de l’espèce que j’ai découvert ce matin en faisant ma ronde dans ma mini-jungle sur la côte-Est de Madagascar.

 

En fait je n’avais pas besoin de la chercher car cette espèce se distinguait de loin avec son voile qui pend du cou jusqu’au pied. Ce champignon que certains appellent la dame voilée.

Et pourtant la famille de ce genre de champignons n’a rien à voir avec des dames car il fait partie de la famille des Phallacées et son ancien binôme était d’ailleurs Pallus indusiacus avant d’être renommé en Dictyophora indusiata.

Il existe différentes formes de ce champignon car on peut en trouver également avec des voiles blancs.

Sur le mycélium se forme d’abord un œuf puis en quelques heures le champignon prend sa forme avant de se liquéfier souvent quelques heures plus tard après que les mouches ont eu le temps de se gaver de la glèbe brun-vert olive du chapeau dont ils vont disséminer les spores ("graines des champignons") dans d’autres lieux. La glèbe qui recouvre la tête de ce champignon possède une odeur cadavérique pour le plus grand bonheur des insectes nécrophages. Et je dirai même que ce voile ressemble curieusement à une cage à mouche, 

Les chinois qui n’ont peur de rien consommeraient ce champignon par exemple dans de la soupe. Comme quoi, tous les goûts sont dans la nature.

Je me demande même si ce voile ne sert pas à empêcher les insectes nécrophages non ailés de venir se régaler de la glèbe qui se trouve sur le chapeau du champignon? Ceci pour favoriser la gent ailée d'aller disséminer les spores beaucoup plus loin.

Lire la suite

Champignons mangeurs de radiations.

21 Janvier 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Le monde des champignons ne cessera jamais de nous étonner car je viens d’apprendre que certain champignons sont capables de se délecter des rayonnements radioactifs.

On a découvert des champignons qui ont poussé dans le réacteur de Tchernobyl.

Il s’agit d’une levure Cryp­to­coc­cus neofor­mans. C’est une espèce de champignon qu’on peut trouver par exemple dans des excréments de pigeons. Mais il existe d’autre espèces qui ont ces propriétés concernant les radiations, à savoir Cladosporium sphaerospermum et Exophiala dermatitidis.

Cladosporium sphaerospermum  est principalement un agent de détérioration des fruits et légumes, ce qu’on appelle vulgairement une pourriture et peut occasionnellement produire des problèmes chez les patients atteints de maladies des voies respiratoires mais les affections peuvent être traitées le plus souvent avec succès.

Le troisième larron de la foire est un champignon appelé Exophiala dermatitidis. Il est considéré comme un agent pathogène opportuniste chez les humains qui ont déjà des problèmes de santé. On peut trouver ce champignon dans les éviers de cuisine, dans les lave-vaisselle, les saunas et autres baignoires et tout naturellement dans les débris organiques en décomposition. C’est une levure noire qui aime bien la chaleur. Ce champignon ne provoque que très rarement une infection chez les humains.

Mais venons-en aux radiations:

Les radiations causent des lésions à l’ADN, ce qui a pour conséquence un risque pour la santé. En effet, tout être vivant possédant de l’ADN est condamné à avoir de graves problèmes à cause de la radioactivité.

Les champignons dont nous venons de parler ne font pas exception à la règle car leur ADN est également agressé par les radiations sauf que ces espèces montrent une résistance incroyable aux radiations et des chercheurs ont découvert que ces champignons avaient développé un système de réparation de leur ADN. Et chose encore plus étonnante ces champignons semblent se « nourrir » avec des radiations.

Mais il est bien évident que si ces champignons sont capables de se « nourrir » avec des radiations, ils ne sont pas capables de détruire la source de radioactivité qui ne cessera pas d’émettre de la radioactivité. Mais cela pourrait un jour s’avérer utile pour combattre le cancer ou pourquoi pas nous protéger un jour contre la radioactivité ? On a le droit de rêver.

Levure noire Exophiala dermatitidis

==================================================================

Moisissure Cladosporium sphaerospermum

=================================================================

Champignon ressemblant à une levure Cryp­to­coc­cus neofor­mans

Lire la suite

Les oreilles de Judas

6 Janvier 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Si j’habitais à l’île de La Réunion je serai un z’oreille car selon certaines sources,  quand un français venait de France et débarquait à La Réunion, ses oreilles devenaient rouges du fait de la chaleur tropicale.

Mais je n’habite pas à La Réunion mais juste à côté sur l’île de Madagascar. Et ici les étrangers sont appelés « vazaha ».

Mais ce n’est pas le sujet de l’article d’aujourd’hui, mais d’une toute autre sorte d’oreilles, Les oreilles de Judas sont des champignons dont le binôme est  Auricularia auricula-judae. Bien que ce champignon ressemble étrangement à une oreille, on pense que ce nom lui a été donné car on le trouve souvent en tant que parasite du sureau et selon la bible un certain Judas se serait pendu justement à un sureau.

Ce champignon nous l’utilisons ici toute l’année car il est assez commun sur les poteaux des palissades ou autre tronc d’arbres morts ou vivants. Donc on le fait sécher au soleil et on le met dans un bocal hermétiquement fermé et quand on fait par exemple du riz cantonnais, on émiette des morceaux de ce champignon parmi les autres ingrédients mais on peut également en garnir une soupe car les chinois raffolent aussi de la soupe aux champignon noir comme ils l’appellent.

Les oreilles de Judas ont une couleur brunâtre mais deviennent plus ou moins noirs quand ils sont trempés dans l'eau et cuits.

Lire la suite

Renforcer ses défenses immunitaires grâce aux champignons.

10 Décembre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Saviez-vous que les champignons (s’il y en a bien entendu des toxiques), d’autres par contre ont des vertus pour la santé et les mycelia peuvent renforcer nos défenses immunitaires et luter contre les virus, ce qui n’est pas négligeable avec la pandémie qui court les rues actuellement.

Bien entendu peu de champignons parmi les espèces connues possèdent des propriétés bénéfiques pour la santé.

Naturellement de nombreuses espèces de carpophores ou sporocarpes (fruits) concentrent des toxines car chaque champignon est une usine chimique miniature. Mais des mycelia, c'est-à-dire les « racines » des champignons qui sont des filaments qui se trouvent dans le substrat sur lequel poussent les champignons peuvent être bénéfiques pour la santé mais seulement certaines espèces..

Naturellement en Europe l’emploi de ces mycelia est très réglementé contrairement à certains pays asiatiques.

Donc ces mycelia de champignons sont cultivés sur des écorces, des céréales ou dans un milieu liquide en bio fermenteur

Bon, je ne vais pas vous assommer avec les différents avantages de consommer des mycelia de champignons ni comment s’en procurer car il n’est pas possible de se procurer ces mycelia dans les bois et de les consommer sans qu’ils soient traités et présentés en gélules, poudres etc.

A l’heure actuelle on sait par exemple que Coriolus versicolor, Ganoderma lucidum, Laetiporus sulphureus, certains Pleurotes et Phelinus linteus, sans oublier naturellement le fameux Shitaké ont des propriétés bénéfiques dans certains cas mais naturellement il est à éviter de faire sa popote de mycélia soi-même et de croire que les champignons peuvent faire des miracles.

En fait, la mycothérapie peut autant provoquer des déceptions que d’aider certains patients lorsqu’elle est bien employée.

Pour ma part, j’essaie de me rapprocher le plus possible de la manière de vivre de nos ancêtres chasseurs cueilleurs. Non pas en me vêtant de peau de bête et en allant à la chasse pour me nourrir mais par contre, je peux me permettre d’acheter du poisson frais ou fruits de mer directement chez les pêcheurs en pirogues. A la place du gibier je peux taper dans mon élevage d’une centaine de lapins nourris exclusivement d’herbes et de feuilles ainsi que de certaines écorces d’arbres non traitées. Les œufs sont vendus sur le marché local par des éleveurs dont les poules courent en liberté ainsi que des poules du poulailler nourries biologiquement. Je produis en outre déjà pas mal de fruits moi-même et pour ce qui est des autres fruits qui garnissent les corbeilles à fruits tout le long de l’année, ils proviennent directement des producteurs des environs qui possèdent des arbres non traités. Bien entendu il m’arrive aussi de trouver des champignons comestibles, des baies, des noix de coco, des cacahuètes que je grille moi-même au feu de bois etc. La liste serait bien trop longue car il y a également de nombreuse plantes comme par exemple le pourpier qui contient des oméga3 ou encore l’Oxalis et bien d’autres plantes sauvages. Bien entendu j’ai également une activité physique qui me permet de ne pas trop stocker des graisses et l’idéal c’est que j’ai trouvé une niche écologique qui me permet d’échapper aux infections virales du fait de la faible densité de population et d’une promiscuité épisodique avec les autres mammifères.

Actuellement, nous sommes entré de plein pied dans une ère de l’abondance, de la sédentarité et de la promiscuité avec des repas réguliers et copieux, riches en sucres, laitages et céréales avec moins d’efforts physiques et naturellement plus d’infections virales, ce qui n’est plus à démontrer car les épidémies virales partagées avec les mammifères ou les oiseaux ont déjà fait bien des dégâts. Le bétail ainsi que les volailles et autres qui sont engraissés et dans un espace restreint ne sont pas vraiment des aliments sains à mon humble avis. Je ne me vautrerai pas non plus dans les tas de fruits et légumes traités à mort pour être de plus en plus beaux, savoureux et attirants.

Bien entendu l’immunité n’est peut-être pas plus faible aujourd’hui que par le passé mais peut-être est-elle mise à plus dure épreuve… mais je me garderai bien de prétendre qu’une alimentation du paléo ou néolithique serait plus favorable à notre immunité. Pourtant il y a bien des personnes qui croient dans des dieux donc pour ma part, laissez-moi croire en moi.

Mais pour en revenir à nos champignons, pour lesquels j’ai consacré une bonne partie de mes loisirs, il faut savoir que les champignons sont constitués par les fruits qui sont les parties aériennes nommés carpophores ou sporocarpes qui contiennent les spores mais surtout par le mycélium qui se trouve dans le substrat et qui est constitué de filaments qui pourraient être comparés à des "racines".

Sous la surface du sol ces mycelia peuvent s’étendre sur des aires très importantes voire de régions entières qui permettent peut-être aux arbres de communiquer entre eux  comme pour les hommes qui disposent d’Internet ou de la poste pour communiquer.

Je ne reviendrai pas sur le fait que les champignons sont bénéfiques pour les arbres mais il est prouvé qu’ils régissent en maîtres la vie des plantes car s’ils peuvent les nourrir, leur apporter des sels minéraux, ils peuvent également aider à sélectionner les espèces saines et parasiter les espèces faibles pour, par la suite « dévorer » les composants des plantes réduites en déchets organiques..

Bien évidemment il n’y a que les médecins qui pourront vous guider si vous voulez pratiquer la mycothérapie.

"Miam" diront les uns... "Beurk" diront les autres.

Lire la suite

Trouvailles fongiques de mon schtroumpf Kévin.

29 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Mon fils âgé de huit ans est revenu de sa vadrouille dans la mini-jungle qui jouxte notre maison d'habitation et il a fièrement étalé ses trouvailles du jour à savoir des Cèpes qui ressemblent à s'y méprendre aux Cèpes à tête bronzés qu'on trouve en France et qui sont d'excellents comestibles car ils appartiennent à la famille des Cèpes royaux au même titre que les Cèpes de Bordeaux, les Cèpes d'été, les Cèpes des pins ainsi que les Cèpes à têtes bronzés pour les quatre les plus connus.
Mais j'ai goûté un morceau d'un des Cèpes que mon fils à récolté et j'ai perçu une certaine saveur légèrement acerbe sans pour autant être vraiment écœurante comme c'est parfois le cas pour certaines espèces de champignons.
Bien entendu j'ai profité de l'occasion pour faire la leçon à mon fils en lui apprenant que tous les Cèpes ou autres champignons ne sont pas indiqués à mettre à la poêle si on ne veut pas passer soi-même à la casserole et même se faire mettre en bière.
En effet si on est certain qu'un champignon n'est pas toxique à 99%, on s'abstient de le consommer car il suffit de 1% pour avoir de graves problèmes d'intoxication.

On peut trouver en grand nombre ce genre de Cèpes à Madagascar après les fortes pluies. Sa taille est assez importante. La chair bleuit  légèrement à la cassure.

Lire la suite

Connaissez vous le shiitake?

10 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Il existe des champignons que l'on peut cultiver aisément sans problèmes majeurs. Ainsi le Shiitake ou Lentin du chêne (Lentinula edodes) est de ceux-là car il nécessite peut de connaissances et on peut cultiver ce champignon par exemple sur une bûche ou des bout de grosses branches de chêne coupées depuis peu et qui n'a pas eu le temps de se dessécher.
Pour ce faire, il suffit de laisser flotter ces bouts de bois pendant quelques jours dans de l'eau de pluie de préférence ou dans une rivière ou autre point d'eau non pollué, puis on perce des trous dans les bouts de chêne qu'on a préalablement sorti de l'eau puis à l'aide d'un marteau on enfonce dans les trous percés du "blanc de champignons "(mycélium) qu'on trouve dans le commerce parfois dans les jardineries ou autres. 
Il ne faut pas négliger de laisser couler de la cire de bougie sur les trous remplis de "blanc de champignons" afin que les limaces ou autres insectes ne viennent pas  se délecter du "blanc de champignons".
Puis on entrepose ce bois dans un endroit à l'ombre dehors ou à l'intérieur en recouvrant ou en entourant d'une bâche en plastique afin de maintenir le tout humide.
Et... yaka attendre que les premiers fruits du champignon apparaissent pour les mettre à la poêle. Un régal.

J'ai testé cela en France et pendant cinq ans périodiquement les champignons faisaient leur apparition jusqu'à ce que le bois de chêne soit complètement réduit en bouillie.
Il est bon de savoir que ce champignon est excellent pour la santé car d'après certaines recherches ce champignon apparaîtrait comme un trésor de bienfaits car il réduirait le taux de cholestérol et stopperait la croissance du virus de la grippe. Avec ses vitamines, sels minéraux et oligo-éléments ce champignon est intéressant également concernant ses vertus diététiques.
D'autre part, les japonais ont remarqué que les billes de bois sur lesquels la foudre était tombée produisaient plus de carpophores que les autres bouts de bois qui produisaient des shiitakes et ils ont donc fait subir des électrochocs aux billes de bois inoculés de mycélium de ce champignons et le rendement en a été nettement augmenté.
Si j'étais chercheur de laboratoire  et pas seulement chercheur de champignons, je testerai la consommation de ce champignon contre le virus de la Covid 19 (ne sait-on jamais car cela ne mange pas de pain de faire des essais).

Avez-vous remarqué ses lames en forme de dents de scie? Par contre on ne mange que le chapeau et les lames car le pied est très coriace.

Lire la suite

Le rosé des prés n'arrose pas les prés.

2 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Un cousin du champignon de Paris qui vit à la campagne et surtout dans les prés ou les pâtures est repérable de très loin car si vous voyez des cercles concentriques où l'herbe est plus verte dans les prés, vous pouvez être certain que c'est un endroit où vous avez de la chance de trouver des champignons car si le rosé des pré est le champion des ronds de sorcières, il est loin d'être le seul champignon qui dans les prés forme ces cercles où l'herbe est plus verte. d'autant que ces cercles de champignons peuvent se rencontrer également dans les bois.
Dans le temps quand on ne s'expliquait pas ce phénomène, on pensait naïvement que c'était des sorcières, des fées, des elfes et autres lutins qui la nuit venue avaient dansé en rond dans l'herbe et que l'herbe devenait de ce fait plus verte ou que le fait de danser en rond faisait pousser les champignons en formant des cercles.
De nos jours alors que des spécialistes se sont penchés sur ce phénomène, ils expliquent parfaitement cela. En fait les champignons par leur capacité à synthétiser des substances abiotiques et antibiotiques pour s'implanter ou défendre un endroit qui est propice à leur développement sécrètent des sels ammoniacaux, nitrates etc. qui ont un effet de fertilisation.
Ainsi l'apport de nitrates et d'eau de pluie suffit à augmenter la poussée d'une herbe plus verte alors qu'à l'intérieur du cercle, le sol a été épuisé par les cercles des années précédentes où la plupart des éléments nutritifs ont été "pompés" par les champignons car les cercle s'agrandissent d'année en année. 
Et voilà toute l'histoire de ces fameux cercles dont certains de nos jours vont croire que ce sont les martiens qui sont venus envahir la terre avec leur soucoupe volante qui aurait appauvri l'herbe à l'intérieur de ces cercles tout en déversant des substances sur le pourtour de la soucoupe volante, ce qui aurait comme conséquence de produire une herbe plus verte ou une poussée de champignons.

Mais si vous ne croyez pas celle-là, je peux très facilement vous en inventer une autre.
 

Dessin du rosé des prés qui arrose les prés par Roland Sabatier dans le livre "Le gratin des champignons".

Lire la suite

Un champignon spectaculaire

1 Octobre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

La Vesse de loup géante
Encore un champignon comestible qu'il est impossible de confondre avec une autre espèce toxique ou non. Vu sa taille spectaculaire, les autres espèces de cette famille sont beaucoup plus petits. 
Ce champignons pousse souvent dans les prés, les parcs à vaches et sa taille peut atteindre des dimensions spectaculaires. Il m'est arrivé de trouver des endroits où poussaient plusieurs spécimens de la grosseur des ballons de foot, voire plus gros encore.
Ce champignon est comestible et la recette est facile car on le coupe en tranche qu'on fait revenir dans une poêle agrémenté de ce qu'on aime.
Sachant qu'un champignons peut aussi bien accompagner un plat de viande qu'un plat de légumes… mais… mais… mais attention aux excès car si on dit de l'alcool qu'il est à consommer avec modération, il en va de même des champignons qui sont de véritables bombes chimiques car s'il contiennent des éléments bénéfiques pour le corps humain,  si on ingère trop d'éléments bénéfiques, ceux-ci peuvent avoir des effets contraires dans certains cas. 
Je dis ça je dis rien.

La Vesse de loup géante (Calvatia gigantea). Le champignon spectaculaire que nous avons présenté au public parmi d'autres espèces avec mon ami Alphonse qui malheureusement nous a quitté après une vie consacrée à sensibiliser ceux qui le désiraient au monde mystérieux et combien passionnant des champignons macroscopiques.

Il est a préciser que ce champignon se consomme jeune, frais et bien ferme encore. Il peut atteindre des dimensions importantes en une seule nuit. Et ce champignons arrivé à maturité peut laisser s'échapper des millions voire des trillions de spores.
 

Lire la suite
1 2 > >>