Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le paradis à Madagascar

Mes hygrocybes rouges de Madagascar

15 Juillet 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #CHAMPIGNONS

Comme je réside en lisière de la brousse sur la côte-Est de Madagascar et que j’ai eu sur un coup de folie passagère l’envie durable de créer mon petit paradis sur terre en intégrant autant que possible des espèces végétales les plus diverses possibles afin d’agrémenter ma niche écologique, Il m’arrive tous les jours d’avoir des surprises.

C’est un peu comme si je possédais un semainier et que j’ouvre tous les jours un tiroir différent et qu’en farfouillant dans ce tiroir j’en sorte quelque chose qui m’intéresse. Bien entendu pour que cela soit possible, il faut avoir eu dans son bagage génétique beaucoup de curiosité qui mène autant à regarder par les trous de serrures que de découvrir ce qui se passe entre les brins d’herbe du pré face à la maison.

Et ce jour là je distingue sans aucun mal de petites choses qui tranchent entre la verdure de l’herbe car il est évident que ces petites flammes couleur braise tirant sur la couleur framboise attirent mon attention. Bien que je ne sois pas un grand mycologue j’ai appris vaguement à reconnaitre pas mal d’espèces fongiques dont cette espèce que je suppose être de la famille des Hygrocybes.

Cela me fait penser à mon ami Alphons qui doit bien rire de ce qui arrive au monde actuellement alors que lui est désormais dans l’au-delà. Je me souviens de lui quand il venait aux expositions mycologiques avec sa petite boîte de chaussure en carton où il avait soigneusement déposé sur un tapis d’herbe des espèces rares comme par exemple des Hygrocybe reae qui pourtant ne ressemblaient pas aux espèces que j’ai trouvé ici à Madagascar. Il me disait que ces espèces ne sont visibles que dans des stations totalement exemptes de pollutions.

A chaque découverte de champignons je pense à l’ami Alphonse car c’est beaucoup grâce à lui que je me suis intéressé aux champignons entre autre. Car un jour, un peu désœuvré j’ai ouvert le journal le Républicain lorrain et j’ai vu un tout petit article qui annonçait une exposition mycologique et qui disait que tous les apports de champignons seraient les bienvenus. J’ai donc attrapé un panier et j’ai sillonné haies, bois et prés pour trouver ces perles rares en essayant de ne prendre que de rares spécimens de chaque afin d’avoir un assortiment honorable.

Quand je me suis présenté avec mon panier de champignon, c’est un Monsieur aimable qui a déversé mon panier sur une table et a commencé à écarter les espèces afin de trier les espèces. Puis comme il était seul à mettre en place cette exposition de champignons, il m’a demandé si je voulais bien lui aider. J’ai été très surpris et  honoré qu’on puisse me demander ce service. Mais quand il m’a mis en main une espèce et qu’il m’a demandé de mettre cette espèce sous l’étiquette Stropharia aeruginosa, arrivé à la première table j’ai été obligé de faire marche arrière pour lui redemander de me répéter ce binôme…

Et de fil en aiguille j’ai été sollicité par mon ami Alphonse à chaque manifestation mycologique qui s’est déroulé dans la région de Moselle-Est, jusqu’au jour où j’ai été en mesure d’organiser et animer moi-même des expositions où mon ami Alphonse était tout naturellement devenu un hôte de marque.

Alphonse  lors d'une des dernières expositions de champignons que nous avons fait ensemble

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article