Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le paradis à Madagascar

Quand les exportateurs de Madagascar se font taper sur les doigts.

22 Novembre 2020 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #LA VIE A MADAGASCAR

Sachant que la monnaie de Madagascar, l’Ariary n’a aucune valeur en dehors des frontière de l’état, de nombreuses entreprises exportatrices ont ouvert un compte à l’étranger afin d’y stocker les devises étrangères résultant de leur exportations et qui leurs permettrons de payer des achats d’importation.

Mais l’état malgache ne l’entend désormais plus de cette oreille car si des devises étrangères n’entrent pas dans le pays, il va y avoir des problèmes pour taxer ces devises et la balance commerciale sera déséquilibrée ou comme je m’imagine les rentrées de devises vont manquer dans le pays ce qui risque d’avoir des conséquences sur le PIB ou autre. Je n’y connais rien en commerce international mais toujours est-il qu’il va y avoir des sanctions qui vont tomber pour toutes les entreprises exportatrices ne déclarent pas leurs  gains.

En fait, fini la récré et "entrez dans le rang une fois pour toute" ont annoncé les dirigeants du pays.

Ah ! Ah ! Dur d’être un exportateur à Madagascar.

https://www.madagascar-tribune.com/Non-rapatriement-de-devises-1594-societes-sanctionnees.html

Comme ailleurs au monde les entreprises malgaches ont pignon sur rue.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
En "principe", l'entité malgache exportatrice devra émettre une facture de vente qui, quelque soit la devise de paiement, sera comptabilisée et valorisée en ariary comme un revenu soumis à la taxation malgache.

En règle générale, toute devise non nationale n'est jamais détenue en dehors de son pays d'origine, sauf exception comme par exemple les euros/pétro dollars qui permettaient aux créanciers du Moyen -Orient n'ayant pas confiance dans les USA de détenir des dollars auprès d'une banque non américaine.

Principe de base: un commerçant français peut détenir un compte en dollar auprès de sa banque française- par exemple, le Crédit VelomaKisyColleSypik, mais en réalité, les dollars seront une créance du Crédit VelomaKisyColleSypik auprès d'une banque américaine. Ce ne sont là que quelques principes élémentaires du marché du Forex, du "correspondent banking" et des comptes "nostro/vostro".

Il est possible que la loi malgache oblige le commerçant à convertir immédiatement ses devises en ariary.

Qu'en pensent mes lapines?

Veloma,
JP
Répondre
M
Mes lapines pensent que j'ai raison de cacher mes devises sous mon matelas même si cela ne vaudrait pas le coup de venir le chercher... mais j'ai grand espoir que ce billet fera des petits car on sait bien que l'argent attire l'argent.
J
Top, merci pour tout, au plaisir de vous voir sur mon blog. https://jouet-matheo.blogspot.com/
Répondre