Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le paradis à Madagascar

Actes de banditisme à Mahanoro

16 Juillet 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #LA VIE A MADAGASCAR

Ici sur la côte-Est de Madagascar, il y a une petite ville bien tranquille où naturellement il y a de petits larcins d’opportunistes comme un peu partout au monde, mais parfois les choses dérapent et aux ventres vides la raison déraille pour certains qui se mettent en tête de former des bandes afin d’attaquer et de voler les gens plus fortunés qu’eux.

Ainsi on a vu dernièrement des forces de l’ordre cagoulées arriver en masse dans la petite ville, ce qui est assez inhabituel, sauf quand un ministre ou autre membre politique vient rendre une petite visite de politesse ou pour une inauguration.

Renseignements pris chez l’épicière du coin, il paraitrait qu’il y a un groupe de bandit qui est en train de semer la panique et qu’une personne a  même été sévèrement blessé à la tête par des voleurs et a été obligé d’être hospitalisée.

Bien entendu il y a eu déjà des vols de zébus par le passé et même des tombes qui ont été saccagées par des pilleurs de tombes, mais actuellement cela parait être plus grave au point que les autorités locales ont décidé de faire appel à du renfort venu d’une grande ville de la côte-Est afin de régler ce problème. Les forces de l’ordre ont déjà réussi à capturer plusieurs membres du groupe des voleurs et poursuivent à cette heure leurs investigations afin de rétablir le calme et la sécurité des habitants.

A la vue de ce déploiement massif des forces de l’ordre, les habitants ont été rassurés et grâce à eux la vie peut reprendre son cours habituel. Sauf que certain « dahalo » comme on appelle communément les voleurs à Madagascar ont décidé de mettre la ville à sac.

A l’origine, les « dahalo » sont des marginaux dans le sud de Madagascar qui ne possèdent rien ou peu de biens. Et pour survivre ou pour s’enrichir ils font des vols occasionnels de zébus. Sachant que pour se payer un zébu un agriculteur devait travailler pendant un an. Mais par la suite cette pratique a pris de l’ampleur au point que des groupes de voleurs se sont organisés en bandes pour réaliser des vols organisés de grand banditisme au point d’attaquer des villages entiers.

Donc ici quand les voleurs ont vu des policiers qui commençaient leurs investigations, ils n’ont pas attendu que les policiers leurs mettent la main dessus mais ils se sont réfugiés dans la brousse où il était impossible de les retrouver..

Naturellement, les policiers ne sont pas nés de la dernière pluie non plus et ils ont adopté une autre stratégie en quittant les lieux pendant plusieurs jours puis ils sont revenus sans prévenir et ont arrêté tous les jeunes et moins jeunes qui étaient assis toute la sainte journée à jouer aux cartes car ceux qui ne travaillent pas doivent avoir d’autres méthodes pour subsister.

Je sais par expérience que les policiers d’ici ne sont pas comme en France où on matraque les manifestant quand ce n’est pas en leur balançant des grenades lacrymogènes ou leur crever un œil avec leurs lanceurs de balles. Non, ici les méthodes sont d’un tout autre ordre.

En effet, un jour, en rendant une visite de courtoisie à un inspecteur de police que je connaissais bien, il était justement en train d’interroger un jeune homme et il m’a demandé si je pouvais l’attendre un moment afin qu’il finisse son interrogatoire. J’étais debout dans le couloir qui menait au bureau de l’inspecteur et au bout de quelques minutes la porte du bureau s’est ouverte et le jeune homme est sorti du bureau de l’inspecteur avec une mine déconfite en se tenant la jambe et en boitillant. J’ai demandé à l’inspecteur ce qui était arrivé au jeune homme et l’inspecteur en souriant m’a dit qu’il avait obtenu très gentiment les renseignements qu’il désirait avoir grâce à un bon coup de brodequins dans le tibia du prévenu.

Ce qui veut bien dire que parfois quand la ruse n’est plus de mise les arguments ne manquent pas pour autant.

Photo des célèbres "cagoules" comme on les appelle ici, que j'ai eu l'occasion de prendre en photo lors d'un défilé militaire à la fête nationale de Madagascar. On peut nettement distinguer que les brodequins de la police de Madagascar peuvent avoir en plus d'habiller les pieds, aussi une autre utilité sans équivoque.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Michel Grand-Didier 17/07/2021 10:39

La torture est interdite en France cher Gaston et les " bandits " ont le droit d'avoir un avocat qui les fait sortir en général dans, la journée...Il n'y a que dans des pays corrompus que l'on peut faire ce genre de choses...

MADAGASTON 17/07/2021 12:00

Oui mais, dans les pays corrompus il n'y a pas de ministre de la justice qui est mis en examen... actuellement. Et il suffit de demander au juge Thiel qui a passé à la télé dernièrement et qui a admis qu'en France un criminel a été obligé d'aller se faire mettre quelques points de suture avant d'être reçu par le juge car l'interrogatoire a été un peu... très mouvementé... En fait les avocats n'ont pas d'obligation de résultats et ne sont là que pour essayer de démontrer qu'il peut y avoir des doutes concernant l'inculpation d'un prévenu. En fait le prévenu peut très bien avoir glissé de sa chaise et s'être fait mal au genou qui sait? l'inspecteur n'a pas voulu me donner plus de détails car c'est moi qui ai peut-être mal compris ce qu'il voulait dire. Car moi aussi je peux être l'avocat du diable en trouvant des prétextes bidons.