Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le paradis à Madagascar

La flamme des bois a enflammé mon cœur

5 Avril 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #FLEURS-PLANTES

Youpiii ! J’ai réussi à avoir trois espèces de buissons avec des fleurs de couleurs bien distinctes les unes des autres. Pas sur le même arbuste bien entendu mais je ne rejette pas l’idée d’essayer de greffer les trois variétés ou formes de fleurs sur le même arbuste un jour.

Le vrai binôme de cet arbuste qu’on appelle communément Flamme des bois est en réalité : Ixora coccinea. Les branches de cet arbuste se bouturent très facilement ici sous les tropiques et je ne me prive pas de raccourcir les branches régulièrement afin de les bouturer et ainsi d’en faire de nouveaux buissons fleuris.

Alors que le monde est en ébullition de rage d’être privé de liberté à cause d’un minuscule virus improbable à limiter, ici au fond de ma brousse, je ne reçois personne et pourtant je suis relié au monde entier avec plus de 21 000 visiteurs avec qui j’ai le plaisir de partager mes découvertes et autres pensées au jour le jour.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-Pierre 05/04/2021 13:03

Mon cher Gaston,

Tu es donc le scientifique le plus recherché de la terre, celui qui a créé le coronavirus avec toutes tes manipulations naturelles de la nature?

Déjà 21.000 visiteurs de ton site infectés!

Je blague.

Veloma et excellente fête de Pâques,
Jean-Pierre

MADAGASTON 05/04/2021 13:20

Non, Jean Pierre dans l'hémisphère sud on ne célèbre pas le début du renouveau car ici nous sommes actuellement en automne, donc on fête la récolte massive de certains fruits. Contrairement au printemps qui fait son apparition dans l'hémisphère nord et dont on fête le printemps depuis des millénaires avant même que les dieux ne fassent leur apparition sur terre en étant créé par l'imagination des hommes. Mais chacun a sa liberté de penser et que la mienne n'empiète pas sur celle des autres.
Car la liberté de chacun s'arête là où commence celle des autres.