Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le paradis à Madagascar

Savez-vous planter du riz…

18 Mars 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #FLEURS-PLANTES

Oui, peut-être partout au monde des hommes sèment du riz, sauf à Madagascar. En effet pour nourrir ma centaine de léporidés j’ai soumis l’idée de semer du riz dans une parcelle de terre près de la maison. Sauf qu’à Madagascar si les hommes sèment du riz « ça pousse pas » telle est la réponse de ma divine Sergine qui en sait bien plus que moi concernant les us et coutumes de Madagascar.

Quand j’ai voulu demander la raison pourquoi la main de l’homme ne pourrait pas faire pousser du riz en semant les grains. Pour toute réponse elle m’a répondu, que c’était un travail de femme. J’ai été dans l’obligation de me contenter de cette réponse au risque de mécontenter ma divine Sergine qui a donc engagé une femme qui est venue avec son gamin, et qui munie d’un bâton a fait un trou à côté de l’autre pour y enfouir ces précieuses graines de riz « sauvage » qui n’a pas encore subit les affres d’une manipulation génétique.

Ainsi dans certains pays les vendeurs de graines qui font tout ce qu’ils peuvent pour que plus personne ne puisse faire pousser les graines issues de leurs plantes n’ont pas jugé rentable de faire de la manipulation et j’ai l’heureux privilège d’avoir trouvé à Madagascar un pays où ces apprentis sorciers qui sont devenus des lobbies internationaux n’ont pas encore pris la peine de venir avec leur mains griffues avides de faire de l’argent au détriment de l’être humain… mais pour combien de temps encore ?

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Gérard Martin 05/04/2021 18:42

En commençant la lecture de votre blog sur le riz, je me suis douté où vous vouliez en venir au sujet du fait que ce rôle est dévolu aux femmes car il en est aussi question dans cette émission de F-Culture écoutée il y a quelques jours:

https://www.franceculture.fr/emissions/entendez-vous-leco/entendez-vous-leco-emission-du-mardi-30-mars-2021

Au Vietnam dans le delta du Mékong où il y a remontée de l’eau salée en raison du changement climatique on abandonne la culture traditionnelle du riz pour celle des crevettes car la salinité des eaux des rizières impropre à cette culture augmente. Il est vrai sur le riz sauvage, à l’instar du petit épeautre, n’est pas hybridé. - cf. l’Ouvrage du Dr. Jean Seignalet (+) « L’Alimentation ou la 3e medecine ». Mais la culture bio en France fait de plus en plus de la grosse cavalerie distribuée par des multinationales européennes du bio. Du riz sauvage de Camargue avec peu de qualités gustatives. Même certains riz à risotto italien proprement indigestes. Nous passons en Suisse où nous avons trouvé du local de petite production. C’est cher en prix mais encore moins que de la viande correcte de boucherie!... Voilà mes expériences sur le riz! Bien à vous

Michel Grand-Didier 21/03/2021 11:17

Bonjour Gaston,
Rien ne vous empêche de planter du riz, imposez vous !
L'égalité des sexes doit se faire aussi à Mada, dites le à votre chère épouse !

MADAGASTON 21/03/2021 13:59

Bonjour Michel, vous avez certainement raison en ce qui concerne l'égalité des sexes sauf que vous ne connaissez pas ma divine Sergine car si je suis pour l'égalité hommes-femmes, c'est elle qui définit les mesures et je m'y plie volontiers car je suis également pour la paix des ménages. ;-)

Rotsaka 18/03/2021 10:53

Bonjour
Oui souvent plutot un travail de femme mais pas seulement. Peut etre un fady de votre région ou meme de votre commune voire de la famille de Sergine.
Riz pluvial ou riz en riziere ? Riz pluvial j imagine mais si deuxieme cas, je vous invite a consulter le travail du pere De Laulanie, d Antisrabe, qui a inventé le système de riziculture intensif (SRI). Un paquet de techniques simples qui permettent d obtenir de hautes rendements rizicoles sans plus d engrais ou de produits chimiques, juste en jouant au mieux sur la connaissance du développement du riz.
Tellement efficace que c est diffusé dans plein de pays de par le monde, meme des pays qui sont producteurs de riz historiques en Asie.

MADAGASTON 19/03/2021 07:19

Bonjour,
Effectivement, comme vous le dites si bien, il est difficile, voire parfois impossible de changer les habitudes et les coutumes, même en ce qui concerne l'optimisation d'un rendement.
En ce qui me concerne, comme je ne possède pas de rizière, je compte sur la pluie et un terrain qui a accumulé de l'humus produit par les feuilles des arbres qui ont amendé le sol. ainsi que par un enrichissement grâce au fumier de lapin dont j'ai généreusement tapissé le sol.
Je veux bien vous croire quand vous dites que vous vous êtes déjà cassé le dos en plantant du vary. Pour ma part quand j'étais un gamin dans les année 50, j'aidais souvent ma grand-mère à piocher les pommes de terre et à arracher les mauvaises herbes entre les pieds de patates et maintenant, soixante ans plus tard je comprend mieux la relativité car le temps parait beaucoup plus lent en piochant des patates ou en plantant du vary que d'être assis à côté d'une belle jeune fleur des îles... mais ce n'est que mon avis personnel.
Bien entendu il y a des tas de moyens d'optimiser un rendement, mais pour ma part si j'arrive déjà à produire assez de vary pour apporter un complément à l'alimentation de mes lapins, ce sera déjà tout bénéfice et nul besoin de vouloir en faire trop car c'est le fumier de lapin qui m'intéresse car je veux produire autant d'arbres fruitiers que possible afin que mon fils puisse partager les fruits de mes efforts et pour lui apprendre à lui ainsi qu'à ceux qui y sont sensibles que si on veut posséder quelque chose il faut se donner un peu de peine, même si cela revient plus cher qu'en se procurant la même chose en l'achetant bêtement.
En règle générale, je pense que si on nourrit bien la terre elle nous en sera reconnaissante en nous offrant ses fruits.
Ainsi, hier j'ai trouvé des champignons au pied d'un arbre où on avait l'habitude de déposer nos déchets. C'était un agaric qui avait une bonne odeur d'amande contrairement à son sosie non comestible qui pue l'encre. Et j'ai donc dégusté une bonne omelette aux champignons hier soir.
Bien entendu ceux qui n'ont pas de connaissances en mycologie, je ne leur recommande pas de suivre mon exemple car rien ne ressemble plus à un champignon qu'un autre champignon et il faut des dizaines et des dizaines d'années d'étude pour pouvoir identifier un grand nombre d'espèces et là encore il faut rester humble car être sûr à 99% ne suffit pas pour éviter totalement le risque de se tromper.

Rotsaka 19/03/2021 06:03

Bonjour
En tous les cas, dans le Betsileo, les hommes, bien que moins nombreux que les femmes, participaient au repiquage du riz. Je l ai fait plusieurs fois, ca casse le dos a la longue et c est un coup a prendre pour repiquer a la bonne profondeur et s en planter trop de grains a chaque fois.
Je ne pense pas que ce soit le fait que les hommes soient indisponibles mais a mon avis, il y a un partage des taches qui considère que c est plutot féminin comme activité (un lien avec le fait que c est un acte de "mise au monde" du riz), un peu comme en France ou les femmes avaient souvent la tache de la traite en charge. Je dis cela aussi car les taches qu'occupent les hommes dans les rizieres sont nombreuses et fatiguantes (planage avec les zebus a l origine du tologn'omby, sarclage...) et si ils n etaient pas raisonnables, ce ne serait pas bien fait non plus et ils ne seraient pas plus raisonnables.

Pour la culture en elle meme, je ne connais pas M Serpantie et a vrai dire, je n ai pas bien compris son texte, mais pour avoir pratiqué le SRI avec nombre de paysans, ca marche et cela vous amene a 4 ou 5 T par ha au lieu de 1 ou 1,3 T. Mais il s agit de revoir les pratiques traditionnelles en profondeur et évidemment pour des gens qui ont leurs habitudes, un changement n est pas facile ni rapide. Encore moins quand cela signifie prendre un risque par rapport a ce qu'on sait déjà en pratiquant ce qu'on ne connait pas.

Repiquage précoce (ketsa valo andro : plants de 8 jours), écartement assez large, repiquage en ligne et pas en foule, assecs fréquents et sarclages fréquents avec un apport de fumier permettent un tallage tres important et donc bien plus de pieds et pour finir de grains. Les grands principes.

Mais c est bien entendu valable pour du riz de riziere et pas pour du riz de collines (pluvial).

je suis certain que dans votre région, il peut y avoir 2 saisons et peut etre plus meme surtt en rizieres. Mais sur les hauts plateaux, comme il y a un bel hiver, une seule qu'on alterne avec une contre saison en privilagiénat une légumineuse comme le haricot pour enrichir le sol et faire un petit revenu.

Bien a vous

MADAGASTON 18/03/2021 17:54

Bonjour Rosaka,
En fait, je viens d'avoir des infos complémentaires concernant cette "coutume" que les femmes se réservent pour planter du riz.
Il y aurait pourtant des conditions, car si un homme vit seul sans femme, il a le droit de planter son riz. Donc je ne pense pas que ce soit un fady, mais simplement comme les hommes de la brousse préfèrent souvent s'imprégner de tokagasy, il est donc préférable que ce soit les femmes qui sont les véritables piliers des foyers à Madagascar qui le font. La plupart du temps, ce sont elles aussi qui vont vendre le produit de leur récolte ou de la pêche de leur mari sur les étals des marchés car elles paraissent plus raisonnables que les hommes dans bien des domaines ai-je pu remarquer.
Les femmes malgaches sont courageuses et travailleuses alors que certains hommes seraient plutôt olé olé et préfère siroter leur THB à l'ombre des cocotiers assis sur leur talons. Mais naturellement ce n'est pas le cas de la majorité, loin de là...
En ce qui concerne la culture du riz dont je ne connais absolument pas, ni la provenance ni même la qualité je remet cette culture dans les mains du hasard car ce riz est destiné à apporter un complément à la nourriture des lapins. Donc il suffit peut-être d'échelonner les semailles pour avoir du riz en permanence à moins qu'il y ait des périodes moins favorables, mais je pense que simplement c'est la nature du sol et de l'irrigation ainsi que la densité de plantation qui font que cette méthode est meilleure qu'une autre. Voici ce que j'ai pu pêcher dans une rizière qui appartient à un certain Google: Les résultats de cette expérimentation de masse révèlent une situation d’échec à Madagascar au regard des promesses de l’inventeur et de ses successeurs. Les adoptions opportunistes (incitations conditionnelles, compétitions, promotion sociale, désir de distinction) dominent, les adoptions par intérêt direct existent mais sont plus rares et restent le fait des plus aisés. En tout cas la « légende urbaine » est devenue une pratique observable, donc une innovation agricole, ce qui nous a permis de l’étudier in situ. (en parlant du système de riziculture intensive. Dixit Georges Serpantié )