Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le paradis à Madagascar

Elsie

12 Février 2021 , Rédigé par MADAGASTON Publié dans #SOUVENIRS

Je viens de retrouver un texte qui me concerne grâce à Eugène Hoen Maître d’école à la retraite qui a eu la bonne idée de rassembler les bulletins contenant des textes libres des écoliers. Ces bulletins avaient été imprimés par notre regretté maître d’école Jean Pierre Ehl.

Ces bulletins imprimés à l’école communale contenaient les textes  des écoliers d’il y a plus de soixante dix ans et j’ai découvert ainsi que j’ai été la vedette effrontée d’un récit de l’époque alors que je n’avais que deux ans à peine.

En effet j’avais déjà écris un article concernant mon ange gardien ; la charmante Elsie qui s’occupait de moi quand j’étais tout bambin, mais j’étais loin d’imaginer qu’à cette époque dont je n’ai plus que de vagues souvenirs j’étais déjà un bambin effronté.

Elsie avait douze ans à l’époque de cette histoire et moi j’avais deux ans et Voici donc le texte libre de mon ange gardien qui s’intitule :

Plouf ! dans l’eau.  Raconté par Elsie Hoen (12 ans).

 Je vais souvent chez mes voisins ; les Mouseler m’amuser avec le petit Gaston. L’autre jour, j’entre dans la chambre. Gaston n’est pas là. Où peut-il bien être ? Me demandé-je. Je vais voir dans un tonneau posé derrière la maison. Mon petit Gaston est accroupi dedans. Je lui demande : «  Que fais-tu là ? » Pas de réponse. Je le sort de sa prison. Il crie et bat des jambes. Je le pose par terre ; il saisit un tisonnier et s’élance vers moi. Je fais plusieurs fois le tour de la table. Il me poursuit en riant follement. Soudain, je perçois un cri puis un iii prolongé ; j’accours… et que vois-je ? Gaston tombé dans un seau d’eau.

Quelle grosse punition pour ce petit bonhomme ! Elle est peut-être un peu mérité, car souvent, Gaston et un peu effronté.

Texte original imprimé en 1950

Gaston le petit effronté à 2 ans.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article